AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle   Dim 31 Juil - 20:29

Welcome Home

Was never much but we made the most



Les derniers pas sont probablement les plus durs, les plus douloureux, comme si le perron devenait une montagne infranchissable, parée de pièges en tout genre capable de nous dévorer. L’épuisement avait effacé notre crainte de l'obscurité, oubliant même l’existence du noir qui nous entourait. La panique était secondaire, passant après le besoin et l'envie de rentrer. L'air est plus respirable maintenant qu'il fait nuit, que la vapeur s'est dissipé au dessus de Balgram tout en laissant entrer la fraîcheur. Il n'est pas comme celui de l'Autre Côté, plus frais, moins irritant et encombré, loin de toutes ces industries, loin des remparts. Le changement est flagrant, presque douloureux pour les poumons, surtout après un tel séjour, un tel voyage pour rentrer.

J'envie Guine, déjà à moitié endormie dans les feuilles de Thé de la sacoche, tel un lit douillet et terriblement confortable qui la borde en douceur alors que ce monde lui rend sa Poussière, notre Poussière, nous ravive et nous cajole. L'arôme me parvient à travers notre lien, démangeant mes doigts qui rêvent déjà d'en consommer dans une tasse chaude et bienveillante. La douleur est encore là, mettra probablement quelque jours avant de s'estomper. Une seule, une seule petite tasse et nous devrons économiser le reste à nouveau. L'abondance de Thé nous manquerai presque déjà.

Les rideaux sont fermés, mais je peux percevoir la faible lueur de quelques chandelles qui illuminent une pièce ou deux. Long soupir en jetant un regard -tout de même méfiant- à ma montre. Il se faisait tard, trop tard et je doutais fort que les aiguilles monstrueuses nous mentent. Peut-être un oubli. Je reste tout de même prudent, tâchant de faire le moins de bruit possible pour éviter un potentiel réveil, nous n'étions certainement pas en état de nous confronter aux pleurs d'Hélionne et couinement de Tias, pas avant une bonne et longue nuit de sommeil bien méritée, même si nous mourons d'envie de les serrer contre nous sans jamais les laisser à nouveau. Nous rêvions aussi d'un bain chaud, même si un bain de Thé paraît nettement plus tentant, enlever les restes de sables qui s'était introduit un peu partout. Quoi que ce sable douteux voulait faire dans le désert, nous étions désormais en sécurité, nous avions vaincu et étions sorti la tête haute. Enfin plutôt en rampant que de façon énergique, certes, mais vainqueurs tout de même. Qui pouvait se venter d'être revenu indemne ? Bien que le nombre de jours m'échappe. Une semaine ? Quelques jours ? Un peu plus ? Je ne sais plus, tout ce que je sais, c'est que les heures de sommeil se comptes sur mes doigts.

D'instinct, mes pieds nous dirigent vers la source lumineuse, accélérant le pas en retrouvant Liscialle, comme s'il me poussait des ailes, me fichant de la quantité de sable ou de crasse pour l'enlacer, peut-être un brin trop fort d'ailleurs. J'en profite pour capturer son odeur, m'en imprégner une bonne minute, tout comme la sensation de ses mèches brunes entre mes doigts. Long soupir d'aise sans pour autant la relâcher, baiser furtif déposer sur son front avant s’enfuir à nouveau mon visage dans ses cheveux. J'en oublie totalement Delenrorn qui doit probablement s'impatienter alors que la furette semble plus qu'en harmonie entre sommeil et feuilles de Thé, murmurant plutôt à l'oreille de Li, éloges à n'en plus finir pour lui montrer à quel point elle m'avait manqué.

Je me décide enfin à relâcher mon emprise, esquissant un sourire tout en effleurant sa joue d'un pouce. « Ils dorment ? » La question, murmurée faiblement et à peine audible, n'a probablement pas de sens. Bien entendu qu'ils dorment à cette heure, bien qu'une certaine déception s'installe, probablement visible, forcé d'attendre difficilement le réveil de notre fille. Les autres questions attendront probablement demain, connaitre leurs aventures et les dernières nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle   Dim 31 Juil - 22:56

Welcome Home

We await your love like a thief in the night  


Les chandelles projettent leurs ombres le long des murs, flammes tremblant dans un courant d'air imperceptible que ni Ed ni moi ne voulons chercher, nous régalant de cette ambiance étrange qui convient à notre humeur tandis que je recouds une chemise presque à aveugle, mes doigts suivant aisément les coutures du vêtements que je répare, rattachant la dentelle qui s'en était partiellement décrochée, griffes et poids de Tias trop même pour mes points. Je la solidifie désormais, pique et repique, minuscules points qui se succèdent et renforcent le vêtement, mes oreilles tendues guettant les pleurs d'Hélionne. Elle s'est enfin endormie dans notre lit il y a de cela une ou deux heures, Tias un chaton blotti dans ses bras, passage du temps quelque chose dont je n'ai pas réellement conscience ce soir au-delà du fait qu'il continue de marquer l'absence de Palareth et l'affaiblissement de Guinerain, Ed leur jetant un regard avant de me suivre hors de la pièce à regrets. Les voir le distrait de sa tristesse le soir, comme être en colère l'occupe le jour, tandis que je contente de m'occuper. Il n'empêche, les jours passent trop vite, et trop lentement, inquiétude au creux de nous montant, presque suffisante pour nous faire regretter de ne pas pouvoir simplement boire une tasse de Thé et laisser les feuilles nous distraire. Si elles peuvent anesthésier les liens et apaiser la douleur causée par la perte d'un Daemon, elles peuvent sûrement apaiser l'absence de Palereth et Guinerain, nous en sommes certains... Mais le geste semble trop final, mes doigts se refermant toujours sur ces feuilles auxquelles nous sommes habituées, si fades en comparaison. Le fond de feuilles aromatiques, nous le gardons, précieusement, pour leur retour, peu importe quand il prendra place.

Bruits de pas, ma tête se redressant tandis qu'Ed manque tomber à terre tant il se retourne vite, les bras de mon mari me pressant contre lui, chemise oubliée glissant de mes doigts et sur la banquette. Qu'importe l'odeur de sueur et de crasse, qu'importe la sensation caractéristique de terre et de sable incrusté dans le tissu de son veston, qu'importe les protestations de mes côtés qui font s'agiter les ailes d'Ed. Mes bras se referment autour de Palareth, quelques larmes de soulagement m'échappant alors que je sens enfin ses lèvres contre mon front et son visage caché dans mes cheveux dénoués, sa voix qui me murmure des compliments que je n'entends qu'à moitié, plus préoccupée par les battements de son cœur qui résonnent contre mon oreille, une de mes mains montant pour se perdre dans ses cheveux, l'autre s'accrochant désespérément au dos de sa veste comme pour l'empêcher de disparaître. J'aurai presque peur d'être endormie, si je ne sentais pas sa chaleur traverser le tissu fin de ma chemise de nuit et de ma robe de chambre, si je ne pouvais pas discerner cette odeur qui n'est qu'à Palareth sous l'odeur du manque de bains.

Ed s'agite, s'inquiète, tandis que mes mains agrippent enfin le visage de Palareth et que je me redresse pour enfin l'attirer vers le mien, mes lèvres trouvant aisément les siennes, l'embrassant sans me soucier de rien d'autre, doute que ce ne soit qu'un rêve se dissipant aussi aisément qu'un voile de brume dans le vent, ne prenant pas la peine de répondre à sa question. Il est bien là, et un soupir rassuré m'échappe tandis que nos lèvres se séparent et que mon visage se niche dans son cou, peu désireuse de me détacher de lui maintenant que je l'ai retrouvé, Ed attendant poliment la fin de notre baiser pour demander où est Guinerain, inquiétude perçant dans sa voix me faisant lui adresser un murmure d'excuse mental. J'aurai dû m'inquiéter d'elle en premier au lieu de simplement me réjouir du retour de Palareth, mes doigts traçant sa mâchoire, début de barbe piquant leur pulpe.

"Hélionne et Tias sont endormis dans le lit, elle dort avec moi ces temps-ci, mais je ne doute pas qu'elle nous réveillera avec ses cris de joie en te voyant dans le lit avec nous lorsqu'elle s'éveillera. Tu veux que je fasse couler un bain ? Je pourrai faire réchauffer le reste de soupe et de tourte pendant ce temps... Et Guinerain ? Elle va bien ?"

Ed se rapproche, anxieux, tandis que mes yeux cherchent ceux de Palareth en quête d'une quelconque réponse. Je ne la vois pas sur lui et ses poches ne semblent pas gonflées par la forme d'une furette endormie, mais peut-être est-elle autre part ? Dans son sac peut-être, mes doigts effleurant le cuir de la besace tandis que la question m'échappe, priant pour que ce soit bel et bien le cas, pour son bien autant que pour celui de Delenrorn. La Poussière fasse que Guinerain aille bien, pour notre bien à tous les six, alors qu'Ed se retient de simplement plonger son bec dans la besace et que mes doigts enlacent ceux de Palareth avec anxiété. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle   Lun 1 Aoû - 0:52

Welcome Home

Was never much but we made the most



Le contact est rassurant, chaleureux, amplifiant cette sensation d'être enfin à la maison, de pouvoir ôter ses chaussures et ne plus repartir. Le baiser est rendu avec tout autant d'engouement, inconvenable, entreprenant, m'y raccrochant. Pas un mirage, pas un étrange champignon, juste Liscialle et la douceur de sa peau, la chaleur de ses lèvres, la délicatesse de son odeur. L'épuisement rend le vertige encore plus délicieux, la ramenant d'une main dans le creux de son dos, savourant encore et encore jusqu'à ce que le contact soit rompu, créant une brève déchirure et mécontentement, m'en voulant presque d'avoir ouvert la bouche. D'un autre côté, un ne pouvait pas dire que j'étais agréable à toucher ou même sentir en cet instant, moi-même parvenant presque à déceler l'odeur de crasses épouvantable, acquiesçant presque instantanément à la proposition d'un bain.

Je note l'inquiétude de Delenrorn dans sa voix, n'ai pas le temps de répondre que Liscialle ouvre les lèvres pour m'indiquer que notre fille se porte bien. J'attends la fin de sa tirade pour ouvrir la sacoche avec un sourire de vainqueur, regard désolé pour le nombre incalculable de feuilles de Thé qui la rempli, main plongeant dedans pour en chercher le poil putoisé, effleurant le ventre de la furette qui s'étire et fait tomber un amas de feuilles hors de son nid, émergeant à peine en bâillant à s'en décrocher la gueule alors que mes doigts l'extirpent avec précaution.

« Nous allons bien, fragiles, forcément, on s'en remettra, on a connu pire. Oh et désolé pour les feuilles de Thé, je ne voyais pas pourquoi ne pas profiter de l'occasion pour remplir les stocks, d'excellente qualité, loin de cette espèce de menthe moisie qu'on trouve dans les Limbes, rien que d'y repenser j'en ai des frissons. Je vais d'abord faire chauffer un peu d'eau, une bonne tasse ne serait pas de refus avant de faire quoi que ce soit. Oh Poussière Guine, qu'est-ce qui t'as pris de dormir là-dedans ? Tu sens le Thé à des kilomètres et ne fait que me donner encore plus soif. » « On ne peut pas en dire autant pour toi, tu empestes c'est affreux Pal, on dirait l'odeur d'un cadavre, pourquoi crois-tu que je m'y suis réfugiée ? Tu devrais essayer de te rouler dans le Thé, ou du moins prendre un bain infusé, c'est vraiment agréable et tu sentirai teeeellement bon... »

Oh ce n'était pas l'envie qui manquait, bien qu'elle finirait probablement par vouloir me dévorer dans une sorte d'auto-canibalisme. Je m'assure un instant qu'elle tienne relativement bien sur ses pattes avant de la laisser rejoindre le manchot de façon maladroite et hasardeuse entre fatigue et trop plein d’effluves des feuilles séchées, se frottant affectueusement à ses plumes durant une bonne minute avant de me suivre dans la cuisine de façon tout aussi hasardeuse, nos démarches allant de paire et dans ce qu'on aurait presque pu qualifier d'harmonie si elles avaient étés plus gracieuses et nettement moins ridicules. Les gestes sont plus automatiques que réfléchis, picotement des doigts tremblants qui remplissent la bouilloire d'eau jusqu'à rebord tout en préparant un bouquet à plonger dedans. L'attente paraît longue, une éternité alors que l'odeur encrée dans le poil de mon Daemon me rend dingue. Je me contente donc de dévorer Liscialle du regard, scruter ses moindres faits-et-gestes pour ne pas perdre le moindre trait, Guine préférant rester dans la douceur des plumes de Delenrorn, à nouveau somnolente, extériorisant notre fatigue commune alors que je tente de la dissimuler autant que possible. La chaleur du Thé est le bienvenue, apaisant tout ce qui n'allait pas, refroidissant notre lien qui continuait de brûler.

Nous ne quittons pas les talons de Li et Delenrorn, observant l'eau couler dans la baignoire alors que je termine la tasse de Thé emportée avec soin. J'échange un bref regard avec Guine avant d'envoyer de l'eau sur ma femme et son manchot dans un rire étouffé. « Laisse-moi deviner, il a fait le manchot grognon et insupportable durant toute notre absence. » Je peux soudainement sentir le regard de Guinerain, accusateur et scrutant Delenrorn pour savoir comme il comptait réagir et répondre à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle   Lun 8 Aoû - 13:16

Welcome Home

We await your love like a thief in the night  


La besace s'ouvre, véritable nid de feuilles de thé duquel Palareth extrait Guinerain, vue de la furette ôtant une tension dont nous n'avions plus réellement conscience à Ed. Je peux sentir quelque chose se dénouer en lui, boule de colère et de haine, de terreur et d'amertume, écho amplifié de mon anxiété de ces derniers temps qui se délite et se dissipe, laissant derrière elle affection et soulagement, bec de mon âme plongeant dans la fourrure si parfumée avant que nous ne nous mettions en marche pour la cuisine. De nouveau, Ed profite d'avoir sa moitié contre lui, la couvant d'attention et d'affection, tandis que j'observe Palareth préparer du Thé, croisant son regard alors qu'il me fixe en retour avant de me nicher contre lui. Il empeste, c'est le moins que l'on puisse dire, mais qu'importe. Il est ici, il est avec moi, et je ne pourrai demander autre chose à la Poussière si je le souhaitais que ceci, mon mari et son âme avec nous, chez nous, là où il pourra voir grandir sa fille, là où d'autres paires de pieds la rejoindront peut-être, un jour. Là où nous serons en sécurité.

Le bain est prêt, gouttelettes contre ma peau me tirant un rire, avant que la tête d'Ed ne s'abaisse, commentaire de Palareth et regard de Guinerain comme une condamnation. Oui, il a mal vécu la séparation, et je ne lui en veux pas tandis que je l'enlace, ailes se refermant autour de moi et bec plongeant contre mon sein en quête d'un abri, misère résonnant le long de notre lien. Il craint la colère de Guinerain, sa déception, mes doigts se glissant dans ses plumes pour le consoler. Je ne lui en veux pas, pas alors que je connais aussi bien que lui la douleur d'être laissée derrière, impuissante à faire autre chose qu'attendre, larmes montant à mes yeux à cette idée. Deux fois déjà que nous nous trouvons séparés par un monde tout entier, deux fois que nous ne pouvons que nous inquiéter et tenter de prétendre que nous allons bien, sourire triste étirant mes lèvres à cette idée tandis que j'observe Palareth, mon Palareth.

"Tu en parles comme si ne pas nous inquiéter était facile..."

"J'étais en colère... ils étaient pas vous, et on devait prétendre que vous étiez en vacances et que tout allait bien, et pendant ce temps on s'inquiétait et Hélionne et Tias pleuraient et vous réclamaient... C'était pas la meilleure réaction, mais c'était la mienne."

Ses ailes se haussent et s'abaissent tristement, mots marmonnés contre mon sein avant qu'il ne se redresse et ne quitte la pièce, mes lèvres effleurant rapidement celles de Palareth avant que je lui murmure que nous allons leur faire chauffer de quoi manger après leur bain et le laisse avec Guinerain, m'empressant à rejoindre mon bêta de manchot misérable à l'idée d'avoir déçu sa furette, doigts glissant dans ses plumes pour le rassurer. Ça ira, elle comprendra. Nous lui expliquerons sinon, la manière dont leurs absences nous affectent. Tout ira bien, vraiment, Ed me laissant un regard sceptique de sa place près d'Hélionne et Tias pendant que j'attrape une chemise de nuit pour Palareth et que nous nous éclipsons, toquant rapidement à la porte de la salle de bain pour leur signaler que nous leur avons laissé chemise et rob de chambre avant de continuer notre chemin, Ed se laissant glisser en bas de l'escalier sans enthousiasme. Il nous reste de la soupe, de la tarte aux pommes, inquiétude et espoir m'en faisant faire encore et encore, du ragoût et des pommes de terre, pots chauffant tandis que leur contenu bouillonne doucement et que je mets la table directement dans la cuisine. A cette heure, nul ne pourra le protester, tandis que je vérifie que le thé est encore chaud et vais chercher une grande boite métallique où dissimuler ne fut-ce qu'une partie des feuilles ramenées par Palareth. Je ne suis pas confortable avec l'idée qu'elles puissent être trouvées, Ed allant chercher et me ramener tant bien que mal une seconde boite où mettre le reste, odeur du Thé s'infiltrant entre ses plumes et me collant à la peau. La tête m'en tourne, regard tenté vers la théière avant que je m'en détourne et nous prépare une infusion à la place.

L'odeur de la verveine et du sureau me monte au visage, légère et agréable, si différente de l'arôme du Thé, minuscules particules de feuilles brisées flottant à la surface et enrichissant son odeur. Elles n'étaient pas volontaires, simplement accrochées à mes doigts, mais je n'en hésite pas moins à porter la tasse à mes lèvres, mouvement amorcé avant que je ne la repose. Ed n'a pas tant d'hésitation, bec plongeant dans le liquide, notre lien vibrant de plaisir alors que je vérifie que tout soit chaud, mon visage se tournant finalement vers l'entrée de la cuisine, sourire glissant sur mes lèvres.

"Le Thé et le repas sont chauds, et tu auras de la tarte aux pommes. Je crains de n'en avoir constamment fait durant votre absence... Hélionne commence d'ailleurs à développer un goût pour les pommes, elle aussi, elle tient bien de son père..."


D'eux-mêmes mes bras se renouent autour de son cou, quémandant un nouveau baiser, assoiffée de l'affection de Palareth après tout ces jours passés à m'inquiéter, tandis qu'Ed hésite à s'approcher, craignant la réaction de sa furette, bec baissé et ailes repliées contre lui, contrition dans chaque ligne de son corps et de notre lien me faisant me détacher légèrement de mon mari, visage se nichant contre son torse alors que je lance un regard inquiet de Guinerain à mon daëmon. J'espère qu'elle ne sera pas fâchée contre lui... pas quand elle sait pertinemment combien il l'aime, et déteste se trouver impuissant. Ed n'est pas le daëmon le plus mature qui soit, mais je le connais, je sais qu'il a bon fond. La colère prend simplement trop le dessus sur le reste, parfois. C'est plus facile pour lui d'être en colère et amer qu'inquiet, comme l'inverse l'est pour moi. Poussière, faites qu'elle ne le lui reproche pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle   Jeu 11 Aoû - 11:20

Welcome Home

Was never much but we made the most



Long soupir de la part de Guinerain, son regard sombre se levant vers le ciel alors que Delenrorn ouvre le bec. Visiblement la boutade était plus réaliste qu'autre chose et le manchot avait du être insupportable envers tout Daemon qui l'avait regardé un brin de travers. Mais l'heure n'était pas aux remontrances et à la liste de méfaits du manchot, me contentant d'embrasser le front de Liscialle alors que la furette se frotte dans les plumes avant de nous retrouver seuls face à la savonnette qui hurlait déjà de devoir être confrontée à un tel taux de crasse, un véritable défi pour elle qui n'a connu que propreté.

Mes doigts s'occupent d'abord de ma moitié, cherchant à éliminer les derniers grains de sables coincés entre ses poils tout comme son arôme de Thé. Elle pique du nez à plusieurs reprise dans l'eau chaude, massée doucement pour effacer un brin nos courbatures. Heureusement qu'elle n'est pas une tortue, ou un autre animal dont les muscles sont difficiles à détendre. Je la laisse enfin s'enrouler dans les serviettes après l'avoir séchée alors que l'eau terni au fur et à mesure que ma peau est immergée et frottée. Ce fichu sable est partout, qu'importe qu'il soit de la Poussière ayant perdu de sa brillance ou non. Un véritable envahisseur qui s’agrippe comme un crustacé le ferait à un rocher. Peut-être que ce sable était Norhwenar, particules de sa Poussière qui tentait de revenir à Balgram avec nous et qui n'avait pas trouver d'autres moyens que de s'infiltrer sur nous. Peut-être qu'il fallait que je le récolte si nous voulions le revoir.

Nous sortons de la salle de bain à pas feutrés, poils encore humides me chatouillant la nuque et humidifiant la chemise. Nous faisons d'abord escale, guidée par une envie irrésistible, dans la chambre d'Hélionne et Tias, vide, enchainant avec la notre par déduction, entre-ouvrant la porte aussi discrètement qu'il m'était permis pour m'installer un instant sur le bord du lit. Mes doigts se perdent tendrement sur le front et dans les mèches sombres de notre fille, corps de Guine s'enroulant autour de son Daemon, langue glissant affectueusement dans ses poils. Je retiens l'envie de la réveiller pour la prendre dans mes bras, de la faire rire en chatouillant son ventre ou en faisant des grimaces, de leur montrer que nous étions là.

Dernier baiser sur la tempe avant de s'extirper en douce pour retrouver le rez-de-chaussée dont une délicieuse odeur s'échappe et creuse instantanément mon estomac. Les quelques mots nous arrachent un léger rire, fier de savoir qu'Hélionne commençait à développer un sens raffiné du goût. « C'est un salon de pâtisserie que nous aurions dû ouvrir. » Je reste tout de même un brin contrarier par le fait qu'elle ait enchainé les tartes durant mon absence et pas avant, prêt à donner quelques nouvelles recommandations pour l'avenir en bon mari capricieux. L'odeur de l'arôme du Thé nous parvient, nez plongeant instantanément dans le cou de Liscialle qui venait visiblement d'utiliser un nouveau parfum terriblement délicieux, lèvres s'y déposant à plusieurs reprises comme pour tenter de déceler également le goût. La furette fait de même, roulant dans les plumes du manchot, museau beaucoup plus affûté que mes narines cherchant l'odeur.

« Il ne faut pas s'en servir comme parfum voyons, même si l'odeur est délicieuse, il vaut mieux le garder pour le boire tellement il est rare. Quoi que cela permettrait peut-être de faire autoriser les feuilles à Balgram. » « Un parfum au Thé, je suis certain que ça ferait un carton, c'est une idée merveilleuse ! Nous aurions du y penser plus tôt ! Même si je n'ai pas vraiment envie que tous les Amputés veuillent dévorer les gens ou se mettent à le boire. » « Oh j'imagine bien le premier qui oserait tenter de renifler Liscialle et Delenrorn d'un peu trop près... Puis nous aurions aussi l'air un brin suspects le nez et le museau plongé constamment lorsque la soif vient. »

Léger rires communs qui s'élèvent à ces images, me détachant à contre coeur de Liscialle alors que Guine entretient l'étreinte en escaladant le manchot, pour aller manger, enfin plutôt dévorer, la nourriture déposée avec soin sur la table. C'est vrai que j'avais faim, ne tentant même pas de me souvenir de notre dernier repas, ayant refuser de toucher aux champignons. « Nous sommes partis longtemps ? Nous vous avons bien dit que nous reviendront en deux morceaux. Il ne s'est rien passé de grave durant notre absence ? » Ma moitié s'occupe de prendre les dernières nouvelles alors que ma bouche est pleine, préférant laisser ma langue avaler plutôt qu'extérioriser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle   Dim 14 Aoû - 0:43

Welcome Home

We await your love like a thief in the night  


L'odeur du Thé semble s'être accrochée à moi en dépit du fait que seules mes mains aient touché les précieuses feuilles, comme une entité vivante déterminée à nous envahir, plumes d'Ed aussi imprégnées que ma peau par l'arôme, si la manière dont Guinerain se glisse dans ses plumes est une quelconque indication. Je peux le sentir se détendre, crainte le quittant lentement, son bec la couvrant de caresses et de baisers tandis qu'un soupir m'échappe, peau frémissant sous les baisers que Palareth laisse dans mon cou, mes paupières luttant avec l'envie de simplement s'abaisser et de me laisser m'endormir de la sorte, nichée dans les bras de mon mari, bercée par son affection. Ed approuve de sa place, tenté par l'idée de se nicher contre Guinerain et Tias et d'enfin sombrer dans un sommeil réparateur. Nous en avons tous les deux besoin je le crains, Palareth et Guinerain plus encore. Mais l'heure de nous coucher n'est pas encore venu, et nous rions à la place de leurs réflexions, pensée malicieuse d'Ed me glissant que je ne dirai pas non à sentir le Thé si cela signifiait que Palareth ne s'éloignerait plus jamais de moi. La remarque lui est retournée dans un regard amusé, bec claquant de rire avant de se détourner alors qu'une de mes mains se glisse dans les cheveux de mon époux, démêlant doucement les mèches encore humides.

"Ce serait certainement amusant... Une pâtisserie où chaque gâteau serait infusé de Thé ! Je parie qu'à terme, les Passages seraient ouverts à tous simplement pour que personne n'ait à s'en penser... Mais il faudrait des stocks insensés pour ça... il n'empêche, je me demande quel goût aurait une tarte aux pommes, si je faisais caraméliser dans mélange de sucre et de Thé..."

La réflexion est pour le moins incongrue, et pourtant l'idée fait son chemin alors que je me saisis de ma tasse et m'installe aux côtés de Palareth, dédaignant la chaise qui lui fait face. J'ai besoin de le sentir près de moi plus de le voir, profitant sans la moindre honte de sa chaleur, rire tendre d'Ed résonnant dans mon esprit tandis qu'il retrouve avec bonheur son rôle de perchoir, ailes élevant Guinerain et l'amenant davantage à notre hauteur. Elle parle, et Palareth dévore, bonnes manières conservées de justesse davantage du fait de son éducation que d'un quelconque souci d'élégance, je suspecte, ma tasse portée à mes lèvres dissimulant mon sourire. Le goût du Thé envahit aussitôt ma bouche, immensément léger et pourtant immédiatement reconnaissable, les saveurs de ma tisane gagnant une profondeur que je ne leur connaissais pas, pour tout ce que je l'ai toujours trouvée agréable. A croire que les quelques morceaux de feuilles qui flottaient dans l'eau sont suffisants pour envahir mes papilles et alourdir mes paupières, ma tête se posant contre l'épaule de Palareth alors que je reprends une gorgée et rassemble mes pensées.

"Vous êtes partis un peu plus de deux semaines... J'ai fait croire aux clients que vous aviez dû partir chercher un paquet, ce n'est pas tout à fait faux en soit, même si ta mère n'est de toute évidence pas un livre ou quoi que ce soit d'autre... Jo est passé une fois à la boutique, mais je crains que son passage n'ait été court, entre notre fatigue et Hélionne qui te réclamait. Pour le reste... je suppose qu'il ne s'est rien passé de bien important ?"

Machinalement, mon regard cherche Ed dont le bec claque en considération, esprit repassant les deux dernières semaines dans sa mémoire avant que sa voix ne s'élève, aussi teintée d'hésitation que la mienne. Nous avons passé ce temps dans une telle brume de colère, d'inquiétude et d'épuisement que même nos souvenirs nous semblent peu fiables, mes sourcils se fronçant sous l'effet d'une crainte renouvelée en dépit de toute raison simplement en y repensant. Je ne peux que me blottir davantage contre Palareth et reprendre une gorgée de ma tisane, drainant ma tasse avant de me redresser, le débarrassant rapidement pour changer mes idées alors qu'Ed raconte la fois où il a surpris Hélionne et Tias en train de babiller ensemble, notre fille tentant apparemment d'apprendre à son âme à prononcer Papa et Mama et Dele et Guine, le spectacle attendrissant au-delà de ce que les mots peuvent décrire. Si je l'ai manqué, étant occupée par le jardin pour me changer les idées, Ed lui y a assisté de là où il les surveillait, amertume fondant un instant à leur vue comme mon anxiété lorsqu'il me l'a rappelé, mes lèvres s'incurvant en un sourire à ce souvenir tandis que je dispose deux parts de tarte aux pommes dans une assiette pour Palareth et une lichette spécialement pour Guinerain dans une plus petite assiette, leur amenant avant de prendre la tasse de mon mari et de le resservir en Thé, me versant une nouvelle tasse de tisane par la même occasion avant de faire de même pour Ed à sa demande. La verveine et le sureau sont devenus nos alliés ces derniers temps, mélange parvenant à nous détendre assez pour que nous puissions tenter de dormir sans trop avoir à craindre les cauchemars. Ce soir, alliés à la solidité de Palareth contre mon côté, ils me tirent un bâillement, ma main le retenant de justesse avant que ma tête ne se repose sur l'épaule de mon mari. Que m'importe de paraître envahissante ! Il m'a terriblement manqué, sa présence encore incertaine pour une part de moi qui reste persuadée que ce n'est qu'une farce terrible, que je me réveillerai demain mon ouvrage entre les mains et Palareth présent dans mon esprit seulement.

"Vous resterez ici quelques jours, pas vrai ? La boutique peut attendre que vous vous soyez reposés... et qu'en est-il de ta mère ? Je suppose que tu l'as trouvée, où se trouve-t-elle ? Je peux lui faire une chambre demain si nécessaire... Hélionne serait ravie de faire sa rencontre, je n'en doute pas."

Qu'importe le manque d'affection que je lui porte, elle n'en reste pas moins ma belle-mère, et la présence d'Hélionne parviendra peut-être à la distraire de l'absence de Norhwenar... je doute fort qu'elle soit rentrée de l'Autre Côté aussi indemne que Palareth semble l'être, pour tout ce que je préfère taire le doute avant de lui poser la question à voix haute. Je préfère rester dans l'ignorance un moment encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Welcome Home » ❧ Ft. Liscialle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « I've come home » ❧ Ft. Liscialle
» Haute Fidélité et Home cinema
» HOME (film)
» Home déco
» HOME - un film de Yann Arthus-Bertrand (1:33:39)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Quartier de Valtourbe :: Les Habitations-