AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 Rencontre au Paradis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 14
❧ PIECES D'OR : 415
❧ AVATAR : Imogen Poots
❧ CREDITS : Alaska


MessageSujet: Rencontre au Paradis    Jeu 21 Juil - 12:37

Rencontre au Paradis

 



La première chose que l’on ressent en passant la porte de la Fleur de l’Orpheline c’est la caresse d’un doux parfum fleuri. Après, vous êtes assaillit par l’ambiance délicate presque fragile qui y règne. En tout cas c’est ce que j’ai toujours voulu faire ressentir à mes clients. J’ai mis une parcelle de moi dans cette boutique, et si vous y prêtez attention, il est fort possible que vous sentiez tout cela.

Ce matin, je m’affairais comme d’habitude à ranger les nouveaux plants que j’avais fait pousser. Tout en essayant de reproduire une certaine harmonie de paix et de sérénité. Ce qui était loin d’être chose facile, compte tenu du passé sombre qui continuait à la hanter. Sirrh me suivait de près, ne laissant pas plus d’un mètre entre nous. Il me regardait travailler dans un silence religieux.  La boutique semblait déserte en ce début de matinée et cela me désolait. Pourtant les affaires tournaient plutôt bien en ce moment, mais pas aussi bien que je l’aurai souhaité. Alors je mettais encore plus d’ardeur au travail en espérant que dans un future proche, elle devienne incontournable.

Absorbée dans mon travail, je m’acharnais à finir la mise en place des mes dernières roses. J’avais mis un temps certain à les faire pousser, très rares et extrêmement fragiles, elles faisaient ma fierté. Vêtue d’une robe en dentelle blanche, je flottais au quatre coins de la boutique en recherche de la perfection à laquelle j’aspirais. Puis je croisais mon regard dans le miroir délicatement posé sur le mur en fond de boutique. Je l’avais mis en place pour donner de la profondeur et ainsi la faire paraître plus grande que ce qu’elle n’était. Au début je pensais que c’était une bonne idée, mais à force de tomber nez à nez avec mon reflet, je changeais d’avis. Au premier abord mes traits auraient pu paraître délicats, tendre presque doux. Mais mon regard tomba sur ma joue, ou plutôt ce qui en restait. Rien qu’au regard de l’immonde cicatrice, je ressentais la morsure du verre et les réminiscence de cette soirée cauchemardesque. Mon coeur rata un battement, la grosse tête de Sirrh se posa subtilement sur ma hanche. C’était sa manière à lui de me soutenir, et je voyais bien dans son regard triste l’ombre du regret qui le hantais lui aussi. Comme pour signifier notre lien, lui aussi avait la joue barrée d’une cicatrice elle aussi vestige de notre passé. Je secouais la tête afin de me retirer toutes idées noires et repartis dans ma quête de perfection. Une bonne heure plus tard, la boutique retrouvant forme humaine, je passais la porte de l’entrée et tournais le panneau qui passa de fermé à ouvert.

C’était alors toute fière de mon travail, que je me postais près de l’entrée prêt à accueillir tous clients qui passeraient la porte de mon paradis.
Que le temps me paraissait long, pourtant la journée s’annonçait belle. Le ciel était bleu, la chaleur supportable et le petit vent permettait de ne pas en souffrir. Le temps idéal pour faire des emplettes non ? Sirrh se posta devant l’entrée comme pour surveiller tous ceux qui pourraient franchir le seuil de la porte. Pas très commercial je sais, mais ça me plaisait de me sentir en sécurité. Un oeil sur moi, un autre sur la porte, il veillait à mon bien être d’une manière surprenante.

Je laissais Sirrh à son poste de garde du corps, tournant le dos à la porte, je continuais de mettre en rayon quelques plants, harmonisais les couleurs des fleurs. Toujours en quête de l’Eden que je voulais recréer. Je fus vite absorbée par ma besogne sans plus prêter aucune attention à l'entrée, laissant à Sirrh cet honneur.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 94
❧ PIECES D'OR : 1495
❧ AVATAR : Amra Cerkezovik
❧ CREDITS : Lemon Tart


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Rencontre au Paradis    Ven 22 Juil - 23:43

Rencontre au Paradis

Ce rêve bleu... Je n'y crois pas c'est merveilleux...





Des gâteaux. Il fallait chercher des gâteaux pour le garçon qu'on avait probablement traumatisé l'autre fois. Le pauvre ne venait pas des Limbes, il ne savait que ce qu'était le danger, il en avait été tout secoué, ça s'était vu. Jo l'avait vu alors ça s'était vu. Elle avait pensé tout d'abord à lui trouver des fleurs, mais les gens auraient jasé, alors elle trouverait des gâteaux. Restaient à choisir quels gâteaux, combien, et à le retrouver,ce qui ne serait pas une mince affaire puisqu'ils ne connaissaient pas son nom. Mais qu'importait, ils trouveraient, ainsi que des gâteaux. De toute façon, un mec silencieux avec un lézard bavard que l'épaule, elle doutait qu'il y en ai beaucoup qui courraient les rues...

Toute à ses pensées, Joah marcha encore et encore vers ce qui lui semblait être une biscuiterie. Du moins il lui semblait qu'elle trouverait ça, elle avait cru en voir une dans ce coin là il y a quelque temps déjà. Missa, lui, était persuadé que non et qu'il aurait fallu aller à droite dans la rue où il avait dit pour descendre la rue perpendiculaire à celle d'un petit parc où ils n'allaient jamais, mais il s'avérait que Joah avait décidée de l'ignorer. Si c'était lui la tête de mule de la force, Jo avait une défense sans pareille: si elle n'était pas d'accord, elle faisait la sourde oreille et suivait son idée. Parfois cela réussissait, d'autre non, selon de quoi il s'agissait, mais elle s'en fichait: elle aimait beaucoup suivre son intuition quand elle en avait une.

Pour cette fois ci il fallait se rendre à l'évidence, elle aurait mieux fait de suivre sa genette. Mais il était trop tard pour faire demi-tour maintenant, alors elle errait à travers les rues en espérant retrouver sa biscuiterie ou un quelconque raccourcis pour y arriver enfin. Ce fut à ce moment-là que son regard fut attiré par une boutique pas comme les autres. Aucun doute là-dessus, elle n'était jamais allée dans ce coin-là, puisque c'était la première fois qu'elle voyait une boutique de ce genre. Il fallait dire qu'une boutique débordante de fleur et de plante en tout genre ce n'était pas très commun par ici... Les gens étaient fascinés par l'ère du progrès, et surtout par l'utile. L'efficace. Le tout de suite. Alors non, des fleurs, elle n'en voyait pas souvent, et ce n'était pas dans les Limbes qu'elle allait en trouver... Il y avait autre chose qui la troublait quelque peu dans cette boutique, mais elle ne savait pas exactement quoi. Ce fut Missa qui lui fit remarquer: il y avait un lynx qui les regardait. En effet, la porte de la boutique possédait une vitre, et au dessus de la pancarte «ouverte» un lynx les fixait. Missa lui rendait son regard, somme toute assez captivé par l'intensité du daemon qu'il regardait. Il était clair que c'était un daemon: il semblait jeune, mais ses yeux étaient remplis d'un passé lourd. Du moins c'était ce que Missa croyait. Il ne s'expliquait pas de tels yeux autrement.

Viens, Jo, allons-y...

La genette avait à peine soufflé ces mots, de sorte que Joah l'entendit à peine. Elle dénonça les sourcils, ne sachant ce qu'il lui prenait: pourquoi donc Missa voulait-il aller voir des fleurs? Ils avaient pourtant rejeté l'idée d'en offrir à l'homme au lézard presque en même temps qu'ils l'avaient eu. Et pourquoi être aussi captivé par ce puma? Elle n'arrivait pas à comprendre ce qu'il ressentait ce moment-là et c'en était déroutant. Certes elle n'était pas fine en analyse de sentiment, même les siens n'étaient pas toujours forcément decryptables, mais jamais le coeur de sa deuxième moitié d'âme n'avait battu de la sorte. Alors elle suivit Missa, intriguée par son comportement. Et puis de toute façon, qu'importait, ils avaient fini le travail depuis quelques heures déjà et ne reprendraient qu'à la tombée de la nuit. Ils dormiraient demain. Et ces fleurs et ces couleurs dans la boutique... Définitivement, ça valait le coup d'oeil.

Lorsqu'ils passèrent la porte, Joah enleva sa casquette vieillie par le temps en une petite courbette. Il était vrai qu'elle n'avait pas beaucoup pris soin de ses vêtements aujourd'hui. Certes elle était bien habillée pour quelqu'un comme elle, afin de ne pas trop se faire remarquer dans les rues des quartiers aisés, mais elle n'avait pas beaucoup forcée comme elle l'avait fait il y avait quelque jour de cela avant d'aller voir Liscialle à la boutique. Elle s'était contentée d'un de ses pantalons gris de travail et de mettre un T-shirt propre sous sa veste. Le look n'était pas d'un grand goût mais assez passe partout, ce qui lui suffisait. Gardant sa casquette sous le bras comme elle avait vu faire quelques gentleman, elle salua le daemon.

Bonjour. Je viens juste visiter la boutique. Si ça ne dérange pas...

Elle avait déjà fait quelques pas pour fermer la porte derrière elle, ne voulant pas laisser le vent s'engouffrer trop prestement, et ce qu'elle vit une fois à l'intérieur lui coupa le souffle. Des couleurs, des plantes partout, quelques batailles avaient réussi à entrer mais se contentaient de passer de pots en pots paisiblement, l'air que Joah respirait était nouveau, frais, plein d'odeurs nouvelles et d'atomes inconnues. Le regard de Joah balaya la salle lentement puis tomba sur un homme tout au fond de la boutique, qui la regardait aussi. C'était un homme maigrelet aux traits fins, les cheveux courts bruns en bataille, un peu comme elle, habillé à la va vite, un peu comme elle encore. Il se tenait droit mais semblait un peu gauche, pas très à l'aise avec lui-même, sa main droite battait près de lui, on eu dit qu'il ne savait qu'en faire. Jour fronça les sourcils se demandant que voulait dire le regard mi surpris mi méfiant qu'il lui offrait mais quand l'expression de l'homme changea aussi elle aperçut les coins du grand miroir. Il donnait une profondeur à la pièce qui, si elle était plus petite que ce que Joah croyait, était assez remplie pour que le miroir donne une impression de profusion. Une fois la pièce analysée, Jo se tourna de nouveau vers le félin pour souffler quelques mots.

C'est magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 14
❧ PIECES D'OR : 415
❧ AVATAR : Imogen Poots
❧ CREDITS : Alaska


MessageSujet: Re: Rencontre au Paradis    Sam 23 Juil - 23:05

Titre

 




Je tournais les pots, changeais de quelques millimètres la place de certaines fleurs, laissant mon perfectionnisme s’exprimer. Concentrée sur ma tâche, et ayant pleine confiance en Sirrh, je ne m’occupais guère de la porte d’entrée. Je savais pertinemment qu’il me préviendrait au moindre danger. C’est fou comme le passé peut vous laisser des traces, des failles dans votre âmes qui se font connaitre de temps en temps. Penchée au dessus d’une rose qui accaparait mes soins, je sentis à peine le vent soufflé, faisant flotter mes long cheveux bouclés. Quelques minutes passèrent, continuant de m’affairer, un doux frisson courra le long de mon dos. Loin d’être désagréable sans pour autant s’avérer agréable, c’était le genre de réaction que provoquait un regard dans mon dos. Relevant la tête, je croisais d’abord mon reflet dans le miroir, j’évitais alors toute confrontation pour soulever mon regard. Je fus alors immédiatement absorbée par celui de l’homme se tenant derrière moi. Son visage avait des traits fins et délicats évoquant celui d’une femme, cependant une coupe de cheveux d’homme contrastait de manière délicate. Le mélange semblait si parfait qu’une certaine harmonie se dégageait de lui. Je restais là, à le fixer durant une bonne minute avant que le rouge ne me monte au joue. De panique, je me tournais vivement en faisant tomber sur mon passage la rose dont je m’occupais. Elle s’écroula sur le sol dans un bruit sec. Saleté de maladresse…

J’ouvris la bouche pour m’excuser de ma conduite plus que malpolie, mais aucun son ne sortit de ma bouche. La surprise me coupa toute envie de parler. Sirrh se trouvait docilement assis au côté du jeune homme. Un peu plus et il ronronnerait de plaisir comme un chat… De l’extérieur, on pourrait croire à une scène tout à fait banale, mais je connaissais mon Sirrh bien mieux que qui conque. Depuis Père, il n’a jamais été aussi détendu devant un homme. Ses yeux fixaient une ravissante genette, surement la daemon du jeune homme, mais au lieu de la méfiance commune à son regard, c’était plus de la curiosité que j’y voyais briller. Un ange passa, ce fut bien la première fois que je restais bloquer aussi longtemps, de gène je passais la main dans mes cheveux. Puis tout à coup, mon cerveau se remis en marche et je me penchais à toute vitesse pour ramasser mes bêtises, en prenant soins de ne pas recroiser son regard.

Une fois mes bêtises écartées je me relevaient doucement, sentant ma gène, Sirrh vint se poster à côté de moi. Cela semblait si différent, il passait doucement sa tête sur ma jambe, mais pas pour me protéger plus pour me calmer. Il semblait comprendre et voire tellement plus que moi, je lui enviais souvent cette qualité. Reprenant conscience, je souris à l’homme en face de moi. Par réflexe je passais une main sur ma joue, comme pour dissimuler la cicatrice qui faisait ma honte. Je savais d’expérience qu’elle effrayait certain, et je ne pouvais pas me permettre de perdre un client de plus.

Soyez le bienvenu à la Fleur de l’Orpheline, que puis- je faire pour vous ?


Ma voix était douce, révélant une certaine fragilité que je ne saurais dissimuler. Une fois qu’il me sentit rassurée, Sirrh se posta en face de la genette, l’observant sans aucune gène. Puis, typique du félin, il commença à tourner autour des nouveaux venus. Je connaissais cette façon de faire, il les observait, les dosait, pesait le pour et le contre. Cela semblait sa manière à lui de calculer le risque qu’il prenait à les laisser m’approcher. Au diable la bien séance ? Non ! Horrifiée, je pris un ton un peu plus sec qu’à l’accoutumer qui tranchait de mon allure si fragile.

Sirrh assez. Est-ce des façons ?  Tu vas mettre nos clients dans l’embarras.


J’étais douce certes, mais je savais mettre les intonations quand elles étaient nécessaires. Il était certain que ma réplique ne souffrait d’aucune désobéissance. Et ce fut le cas, arrêtant son petit manège (non sans pousser un petit grognement de frustration), il revint s’assoir à côté de moi. Les aurait-t il pour autant lâché des yeux ? Bien-sûr que non. J’avais beau avoir une certaine autorité sur lui, il faisait ce qui lui semblait bon, bonnes manières ou pas.

Veuillez lui pardonner, je me nomme Évaly Eoras, je suis la propriétaire de la boutique.

Je continuais de sourire, essayant de faire bonne figure derrière tout le petit numéro que nous venions d’offrir. Honteuse mais professionnelle, j’attendis patiemment que le jeune homme m’explique ce qu’il cherchait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 94
❧ PIECES D'OR : 1495
❧ AVATAR : Amra Cerkezovik
❧ CREDITS : Lemon Tart


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Rencontre au Paradis    Mar 26 Juil - 0:53

Rencontre au Paradis

Ce rêve bleu... Je n'y crois pas c'est merveilleux...






Soyez le bienvenu à la Fleur de l’Orpheline, que puis- je faire pour vous ?


Votre boutique est très jolie, oui. Enchanté, Madame Eoras, je m'appelle Jo Fiorino. Mais vous pouvez m'appeler par mon prénom ce sera plus court.
Ce n’est rien d’extraordinaire vous savez.. Je fais juste, enfin, je… Je fais juste pousser des plantes.

Joah eu un temps d'arrêt, ne prenant même pas en compte le léger recule de son interlocutrice. Juste faire pousser des plantes? Comment une personne pouvait-elle a ce point ne pas se rendre compte d'une faculté aussi hors du commun? Faire pousser des plantes, des fleurs si jolies, créer des odeurs, un autre monde, elle pouvait créer une forêt si elle en avait le terrain elle en était sûre. Il était vraiment dommage qu'une personne aussi impressionnante se rabaisse à ce point. Mais ça, Joahlya ce serait sentie mal de le faire remarquer, peut-être de peur de paraître déplacée ou d'en rajouter trop... De toute façon elle n'en eu pas besoin, quelqu'un d'outrement mieux placé qu'elle se chargea de faire les compliments.

Lily est la meilleure dans son domaine vous savez !

Joahlya sourit au daemon en hôchant de la tête. Elle le croyait totalement. Lily... Quel beau surnom c’était, Lily. Bien-entendu elle ne se permettrait pas de l’appeler comme ça, mais c’était tout de même un surnom magnifique, il était doux à la prononciation, se posait délicatement sur la langue... Il était parfait pour elle. Joah s’autorisa le soupir le plus discret du monde. Bien que Missa ne la reprenne pas, elle avait totalement conscience de se faire des idées depuis qu’elle avait mis le pied dans la boutique. Depuis qu’elle avait vu le joli visage d’Evaly. Ces beaux sourires et regards plein d’envie n’auraient jamais aucune suite, et il fallait qu’elle s’en détache. Faire demi-tour maintenant était une bonne idée. Oui voilà, faire demi-tour, elle allait faire demi-tour et reprendre la recherche des gâteaux...

Si cela vous intéresse, je pourrais vous montrer la serre ? A moins que vous soyez attendus bien évidement ?

Un grand sourire éclaira son visage.

Oui bien-sûr! Enfin nous ne sommes pas... Oui vous pouvez nous montrer... Enfin si ça ne dérange pas! Et non nous ne sommes pas attendus...

Finalement Joah opta pour la meilleure option, se taire et emboiter le pas. Missa, lui, était plutôt amusé: son humaine avait totalement oublié sa nouvelle résolution prise deux minutes plus tôt. Lui aussi savait qu’il était impossible d’aller plus loin, tout d’abord parce que eux, et ensuite parce que leur situation, mais il avait aujourd’hui envie de s’autoriser à rêver. Il avait compris que le lynx boréal aussi en avait envie. Alors, puisqu’ils étaient sans doutes tous les quatre dans le même cas, pourquoi ne pas profiter de ce moment, de cette brèche dans le temps? La genette emboita le pas de son humaine, se plaçant aux côtés du Lynx. Son pas était souple, il était apaisé, en pleine confiance.

Missa. Un plaisir.

Joah, elle, suivait la fleuriste avec un léger retard, toute occupée qu'elle était à dévorer du regard les milles et une couleurs qui s'offraient à elle, tout accaparée par ses centaines d'odeurs. La serre était juste magnifique. Comme la boutique, mais en cent fois mieux. Elle laissa le bout de ses doigts se promener délicatement sur quelques pétales qui dépassaient puis reporta son attention sur Evaly. La femme avait l'air fière de sa boutique, elle avait une certaines prestances, elle était de ceux qui géraient, pensait Jo. Elle n'était pas comme elle, qui se laissait porter tout en demandant conseils à maman. Joah essaya d'imaginer sa vie sans sa mère et un frisson de peur remonta sa colonne vertébrale: non, impensable. Pas sans maman, pas encore. Joah fit quelques longues enjambées pour rattraper Eva et la questionna d'une voix douce.

Tout ceci... Toutes ces plantes... Vous avez tout fait... Et vous gérez tout toute seule?

Le «toute seule» était sorti du bout des lèvres, soufflé par une Joah impressionnée. Certes elle n'avait pas encore la réponse, mais le fait d'avoir à se le demander additionné au reste de la serre la laissait pantoise. Elle ne savait que dire d'autre mais rester près d'Evaly à l'écouter ou même en silence lui suffisait amplement. Elle la regarda discrètement, son regard s'arrêta quelques minutes sur sa cicatrice, puis se fondit dans ses cheveux, analysant la courbe de son nez ou encore ses longs cils. Avant de paraître insistante, Jo préféra regarder droit devant elle mais ne put s'empêcher de lâcher des mots agréables.

Je suis heureux de vous avoir rencontré aujourd'hui.

Le rose lui monta aux joues tandis qu'un petit silence s'installait. Non ce n'était pas son genre de dire ceci, mais aujourd'hui elle était un homme nouveau, et elle avait envie de saisir ces quelques minutes de confiance en elle pour dire ce qui lui tenait à coeur, puisque c'était surement pour ensuite ne plus jamais se revoir. Alors oui, voilà: elle était heureuse de l'avoir rencontré aujourd'hui. Et mille choses encore, mais c'était tout.


Dernière édition par Joahlya C. Fiorino le Jeu 4 Aoû - 14:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 14
❧ PIECES D'OR : 415
❧ AVATAR : Imogen Poots
❧ CREDITS : Alaska


MessageSujet: Re: Rencontre au Paradis    Mar 26 Juil - 21:30

Titre

 



Père avait toujours été très strict vis à vis de mes relations, qu’elles soient amoureuses ou simplement amicales. Les apparences avaient une grande place dans sa vie et par certain côté, dans la mienne aussi. Je savais que le temps ni ne changerait ni ne guérirait mes blessures mais j’avais gardé l’espoir que ce serai le cas. A ma façon de lui sourire, je devinais le regard réprobateur de Père mais surtout j’entendais la voix de Mère répétant sans cesse « Evy, tu n’en fais vraiment qu’à ta tête… » suivis d’un soupir las mais amusé. Malheureusement, cela ne pouvait se passer que dans mon esprit. Une onde de tristesse traversa mon corps malgré moi, même invisible je sentais sa présence si dérangeante et à la fois si habituelle.

Il me félicita de ma boutique, il la trouvait belle, instantanément je sentis une nouvelle onde, mais de fierté cette fois me secouer toute entière. Pourtant je sentais comme un malaise s’installer, et je ne pouvais me sortir de la tête qu’il avait l’air tout sauf à l’aise ici. J’avais appris au file du temps à faire confiance à mon instinct, à me confiance. Mais cette fois, j’essayais de me persuader du contraire, feignant ne rien sentir pour ne pas percer cette bulle de bonheur que je ressentais enfin. Jo, enfin c’était comme ça qu’il se présenta, m’appris qu’il ne connaissait rien aux fleurs, ce que je trouvaient surprenant. Puis il s’emmêla dans une histoire de gâteau, de connaissance, que j’eus du mal à suivre.

Sirrh restait fidèle à lui même, continuant de les observer avec une once de curiosité. Il les scrutait de son regard mystique, les analysait, j’arrivais presque à distinguer les rouages de son esprit tourner. Il semblait hypnotisé, comme absorbé par la conversation. Lui qui pourtant ne se permettrait jamais de laisser une personne m’approcher, me regarder, me sourire comme le faisait Jo. Gênée, je passais ma main dans mes cheveux (Père aurait détesté cela), puis je souris. C’était ma manière à moi de cacher ce sentiment que je passais à côté de quelque chose d’important.

Jo m’expliqua qu’il était tombé sur la boutique par pure hasard, attiré par son charme atypique. Il est vrai que tout ce qui n’était pas attrait à l’évolution n’intéressait pas beaucoup de monde. Je voyais les choses autrement, les plantes pouvaient être très utilises. Mère m’avait appris à faire des remèdes pour guérir de certains maux et même certains poisons. Pour moi, l’avenir se tenait exactement dans cette boutique mais je me serais bien gardée de faire partager cette opinion à la face du monde. Alors je laissais les gens penser que mon art était inutile sans y prêter grande attention.

J’eus soudain un hoquet de surprise en entendant parler la genette. Je ne devrais pas je le sais, les daemons peuvent parler quoi vous et moi. Mais Sirrh ne fait acte de cette faculté qu’en cas d’extrême urgence. Nous n’avions pas besoin de cela pour nous comprendre l’un et l’autre, notre relation se trouvait au dessus des mots. Je dû mettre quelques secondes en m’en remettre, je sentis mon visage perdre de sa couleur et la tête me tournée. Je sentis le regard de Sirrh se poser sur moi à la fois inquiet et mécontent que je ne réponde pas tout de suite.

- Je… Je…

Les mots restaient bloquer dans ma bouche, comme si ma gorge se serrait tellement qu’elle empêchait quoi que ce soit d’en sortir. Expliquer mon métier ? A des inconnus ? Mes vieilles peurs irrationnelles refirent surface, la seule personne que je côtoyais était SIrrh et ce n’était pas pour rien. Quelle tristesse que d’avoir peur de l’inconnu…

- Ce n’est rien d’extraordinaire vous savez.. Je fais juste, enfin, je… Je fais juste pousser des plantes.

Craintive, je reculais d’un pas. Je n’aimais pas les questions, surtout quand elles tournaient autour de moi. La peur de faire un impair, que l’on découvre mes secrets, que Mère soit donc morte en vain. Je baissais les yeux, le rose au joue, honteuse et à la fois heureuse que quelqu’un prêt attention à moi.

Lily est la meilleure dans son domaine vous savez !


La voix de Sirrh me fit relever la tête. Il était tellement rare que n’entendre ce grain de voix grave et légèrement ronronnant. Son ton évoquait sa fierté mais aussi la marque de son territoire et ainsi il sentait un véritable besoin de me protéger, de me défendre. J’étais à lui et il voulait que tout le monde le sache. Il marquait son affection par ce petit surnom que lui seul me donnait. Cette marque me soulagea un peu et je souris à mes nouveaux clients. Si Sirrh leur faisait confiance, je pouvais en faire autant non ?

- Si cela vous intéresse, je pourrais vous montrer la serre ? A moins que vous soyez attendus bien évidement ?

Reprenant le contre le sur moi même, je gratifiais Sirrh d’un petit hochement de tête. Lui signifiant ainsi ma gratitude et tout l’amour que je lui portais. Que serais-je sans lui ? Rien. Sans attendre la réponses de mes invités (j’avais vraiment du mal avec les bonnes manières….), je me dirigeais vers la serre. Passant devant le miroir, je poussais une porte bien dissimulée qui menait tout droit au paradis, ou du moins, à mon paradis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 94
❧ PIECES D'OR : 1495
❧ AVATAR : Amra Cerkezovik
❧ CREDITS : Lemon Tart


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Rencontre au Paradis    Jeu 4 Aoû - 14:00

Rencontre au Paradis

Ce rêve bleu... Je n'y crois pas c'est merveilleux...





Ce n’est rien d’extraordinaire vous savez.. Je fais juste, enfin, je… Je fais juste pousser des plantes.

Joah eu un temps d'arrêt, ne prenant même pas en compte le léger recule de son interlocutrice. Juste faire pousser des plantes? Comment une personne pouvait-elle a ce point ne pas se rendre compte d'une faculté aussi hors du commun? Faire pousser des plantes, des fleurs si jolies, créer des odeurs, un autre monde, elle pouvait créer une forêt si elle en avait le terrain elle en était sûre. Il était vraiment dommage qu'une personne aussi impressionnante se rabaisse à ce point. Mais ça, Joahlya ce serait sentie mal de le faire remarquer, peut-être de peur de paraître déplacée ou d'en rajouter trop... De toute façon elle n'en eu pas besoin, quelqu'un d'outrement mieux placé qu'elle se chargea de faire les compliments.

Lily est la meilleure dans son domaine vous savez !

Joahlya sourit au daemon en hôchant de la tête. Elle le croyait totalement. Lily... Quel beau surnom c’était, Lily. Bien-entendu elle ne se permettrait pas de l’appeler comme ça, mais c’était tout de même un surnom magnifique, il était doux à la prononciation, se posait délicatement sur la langue... Il était parfait pour elle. Joah s’autorisa le soupir le plus discret du monde. Bien que Missa ne la reprenne pas, elle avait totalement conscience de se faire des idées depuis qu’elle avait mis le pied dans la boutique. Depuis qu’elle avait vu le joli visage d’Evaly. Ces beaux sourires et regards plein d’envie n’auraient jamais aucune suite, et il fallait qu’elle s’en détache. Faire demi-tour maintenant était une bonne idée. Oui voilà, faire demi-tour, elle allait faire demi-tour et reprendre la recherche des gâteaux...

Si cela vous intéresse, je pourrais vous montrer la serre ? A moins que vous soyez attendus bien évidement ?

Un grand sourire éclaira son visage.

Oui bien-sûr! Enfin nous ne sommes pas... Oui vous pouvez nous montrer... Enfin si ça ne dérange pas! Et non nous ne sommes pas attendus...

Finalement Joah opta pour la meilleure option, se taire et emboiter le pas. Missa, lui, était plutôt amusé: son humaine avait totalement oublié sa nouvelle résolution prise deux minutes plus tôt. Lui aussi savait qu’il était impossible d’aller plus loin, tout d’abord parce que eux, et ensuite parce que leur situation, mais il avait aujourd’hui envie de s’autoriser à rêver. Il avait compris que le lynx boréal aussi en avait envie. Alors, puisqu’ils étaient sans doutes tous les quatre dans le même cas, pourquoi ne pas profiter de ce moment, de cette brèche dans le temps? La genette emboita le pas de son humaine, se plaçant aux côtés du Lynx. Son pas était souple, il était apaisé, en pleine confiance.

Missa. Un plaisir.

Joah, elle, suivait la fleuriste avec un léger retard, toute occupée qu'elle était à dévorer du regard les milles et une couleurs qui s'offraient à elle, tout accaparée par ses centaines d'odeurs. La serre était juste magnifique. Comme la boutique, mais en cent fois mieux. Elle laissa le bout de ses doigts se promener délicatement sur quelques pétales qui dépassaient puis reporta son attention sur Evaly. La femme avait l'air fière de sa boutique, elle avait une certaines prestances, elle était de ceux qui géraient, pensait Jo. Elle n'était pas comme elle, qui se laissait porter tout en demandant conseils à maman. Joah essaya d'imaginer sa vie sans sa mère et un frisson de peur remonta sa colonne vertébrale: non, impensable. Pas sans maman, pas encore. Joah fit quelques longues enjambées pour rattraper Eva et la questionna d'une voix douce.

Tout ceci... Toutes ces plantes... Vous avez tout fait... Et vous gérez tout toute seule?

Le «toute seule» était sorti du bout des lèvres, soufflé par une Joah impressionnée. Certes elle n'avait pas encore la réponse, mais le fait d'avoir à se le demander additionné au reste de la serre la laissait pantoise. Elle ne savait que dire d'autre mais rester près d'Evaly à l'écouter ou même en silence lui suffisait amplement. Elle la regarda discrètement, son regard s'arrêta quelques minutes sur sa cicatrice, puis se fondit dans ses cheveux, analysant la courbe de son nez ou encore ses longs cils. Avant de paraître insistante, Jo préféra regarder droit devant elle mais ne put s'empêcher de lâcher des mots agréables.

Je suis heureux de vous avoir rencontré aujourd'hui.

Le rose lui monta aux joues tandis qu'un petit silence s'installait. Non ce n'était pas son genre de dire ceci, mais aujourd'hui elle était un homme nouveau, et elle avait envie de saisir ces quelques minutes de confiance en elle pour dire ce qui lui tenait à coeur, puisque c'était surement pour ensuite ne plus jamais se revoir. Alors oui, voilà: elle était heureuse de l'avoir rencontré aujourd'hui. Et mille choses encore, mais c'était tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre au Paradis    

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre au Paradis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tva en direct`avec monsieur paradis
» Escalier du paradis
» Notre petit coin de Paradis !
» Jersey... Paradis fiscal.
» Le paradis du chocolat...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Quartier de Valtourbe :: Les Commerces-