AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Lun 11 Juil - 23:32

Mushroom

And you've just had some kind of mushroom, and your mind is moving low


L'eau, c'est fade l'eau, ça n'a aucun goût, c'est dérangeant, dégoûtant, simple et dénué de tout intérêt. L'eau, ça laisse un picotement amer dans les doigts, dans les griffes, c'est douloureux l'eau. C'est idiot, idiot de vouloir garder le plus de sachets possible pour Balgram, conserver les précieuses feuilles alors qu'elles apaiseraient le feu qui va finir par nous dévorer. Elles nous nargues ces feuilles, tentent de nous hypnotiser avec leur odeur qui s'échappe de la sacoche. Je les sens moins que Guinerain et son museau affuté, certes, mais elle traverse notre lien, comme si elles se pavanaient nues devant nous. Nues. C'est idiot, les feuilles ça ne porte pas de vêtements, enfin je ne sais plus. Elles seraient mignonnes avec de jolis nœuds ou petites robes.

Les yeux peinent à rester ouverts, épuisement prenant le pas, d'ailleurs en parlant de pas, ceux-ci sont lourds, la plante des pieds me fait mal. Mes doigts massent les pattes arrières de Guine dans un réflexe mécanique, comme si cela allait apaiser. Je ne sais pas ce qu'il y a de plus douloureux, le picotement des doigts ou celui des pieds. Je jette de temps à autre un regard en direction de la matriarche, s'assurant qu'elle nous suit, bien que je ne sois pas réellement sûr qu'elle soit bel et bien là. Par moment, elle ressemble plus à un flou sinueux qu'autre chose et c'est bien connu, le flou, ce n'est pas des contours nets et précis, le flou et bien c'est flou et ça peut être n'importe quoi avec une forme semblable à la Balshilek.

« Oh Pal, tu as vu ces champignons, tu crois que nous avons rétrécis ? Oh poussière, moi qui me trouvait déjà petite ! Et si on nous écrasait ! Vu leur taille je ne doute pas qu'un pied géant se promène. Tu crois qu'on s'est transformé en fourmi ? Dans ce cas tu es une jolie fourmi. » « Aucune idée. Je devrais probablement escalader, on sera fixé. On devrait voir les pieds géants arriver de loin. » « Je suis presque sûre que si on en mange un morceau on deviendrait des géants nous aussi. Tu crois que je changerai de forme pour une girafe, ce ne serait pas très pratique. » « N'empêche je le redis, je suis presque certain d'avoir vu des feuilles de thé habillées, c'est pour ça qu'elles nous narguent, elles sont nues. Avec leurs jolies petites fesses de feuilles qui se dandinent. C'est tout de même joli une feuille nue, bien qu'un peu indécent. » « J'y pense ! Les champignons le sont aussi ! Il va vraiment falloir que quelqu'un les couvre, je me sens terriblement gênée. » « M'en occupe. »

Je n'abandonne pas la sacoche pour autant, tentant d'escalader le tronc, enfin je suppose que c'est un tronc, d'un champignon. Je ne sais pas encore comment le couvrir, mais je trouverai une solution, en prime nous pourrons tester sa théorie du gigantisme, même si je ne me souviens pas d'un tel effet. Enfin je ne suis pas certain de me souvenir de grand chose. Au bout d'un bon mètre-cinquante, mes membres glissent, postérieur touchant le sol alors que j'enlace toujours le champignon, joue se collant à lui avec tendresse alors que le rire monte, incapable d'être retenu, Guinerain enchainant les roulades dans le même état d'euphorie à quelques centimètres de moi. Il est doux mon champignon, agréable et il sent bon, je n'ai pas envie de partir et de le laisser, il est drôle aussi, comme si nous venions d'entendre une blague digne de ce nom. Et si nous en faisons notre maison ? Comme dans les contes et autres histoires que je raconte le soir à Hélionne, elle aussi aimerai probablement vivre dans un champignon avec Tias. Comment creuse-t-on un champignon géant d'ailleurs ? Il finirait par pourrir non ? Oh quelle horreur !

« Oh Avaïane c'est toi ? Viens câliner mon champignon, tu ne le regretteras pas ! Je crois que nous allons le baptiser Bolbodror, c'est drôle Bolbodror, c'est Guine qui a trouvé. » J'ai chaud, trop chaud, je crois que Guine aussi, probablement sa fourrure, pourtant je continue de sourire et rigoler comme un nigaud et Guine couine toujours avec ce bruit tellement particulier propre à sa forme et qui ressemble à un rire, son rire, qui ne fait qu'augmenter encore plus mes éclats tellement il est communicatif en plus de Bolbodror.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2180
❧ PIECES D'OR : 9240
❧ AVATAR : Mia Wasikowska
❧ CREDITS : Vintage Phonic & Acidbrain


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Jeu 14 Juil - 14:29

Mushrooms

What have these mushrooms all done to my mind Running through the pines my head feels wrapped in twine


Une envie de champignons, soudaine et dévorante. Une envie d'impressionner ma cousine, surtout, de lui prouver que je suis capable de faire plus que des tartines et des soupes, voire de l'impressionner en lui prouvant que je ne mourrai pas de faim avec mes maigres compétences culinaires. J'ai des oignons, j'ai de la crème, j'ai des lardons. Et j'ai envie de champignons. Une crème de champignons bien chaude et poivrée, avec une tartine de pain frais et épais, la mie légèrement acide et parfumée par le levain... j'en salive d'avance, contemplant un instant mon établi vide de tout projet. La période est creuse, nulle montre à réparer ou horloge à régler ou huiler, et je comptais en profiter pour travailler sur un réveil... mais cette envie de champignons me dévore et me tire un soupir, changeant rapidement ma robe au prix d'une au tissu plus épais et solide, vert sombre probablement moins salissant que le gris pâle que j'avais sélectionné quand je comptais rester chez moi.

Bottines lacées et panier passé à mon bras, je me mets en route, saluant brièvement de la tête quelques personnes que je croise en me retenant d'accélérer mon allure. Je ne fais rien de mal, je le sais, mais cette simple entorse à mes habitudes me rend malgré tout anxieuse, petite boule dure au fond de mon ventre qui fait s'abaisser mon visage. Je n'ai qu'une hâte, atteindre la forêt de champignons et m'y abriter, loin des regards et des murmures. Je préfère ne pas penser aux mots qui peuvent être échangés derrière mon dos, pas avec mon anniversaire qui approche, rendant plus certain encore ce qui est une évidence depuis longtemps; vieille fille, sur l'étagère, folle, travaille bien mais pas un bon parti. Je me force à respirer à la place, tandis que je passe sous les premiers pieds épais, odeur de l'humus emplissant mes poumons.

Je m'enfonce davantage dans la forêt, odeur des champignons autour de moi faisant tourner ma tête. De temps en temps, un bolet ou une girolle particulièrement belle rejoint mon panier, mais je ne m'arrête jamais bien longtemps, désireuse de m'éloigner toujours davantage du village. Je me prends même à laisser mon esprit dériver, à m'imaginer à Balgram, mon daemon à mes côtés, petites cornes s'enfonçant dans mon dos pour me contraindre à avancer, sabots résonnant sur les pavés comme pour marquer le passage des secondes, voix résonnant dans mon esprit en un parfait contrepoint au passage perpétuel du temps. Poussière, que j'en rêve ! Tout laisser derrière moi et traverser un Passage, explorer Telgram toute entière, apprendre leurs techniques d'horlogerie, ou me trouver une petite place à Balgram, une petite boutique discrète dans le renfoncement d'un mur ou d'une muraille, enfin trouver quelqu'un qui voudrait bien de moi, fonder une famille, images tournant dans mon esprit.

Une voix familière m'interpelle, mon attention se posant sur Palareth enlaçant un champignon, longue silhouette pâle en retrait me faisant un instant cligner des yeux avant que je ne la reconnaisse. Ainsi, Palareth a retrouvé sa mère. J'en suis ravie pour lui tandis que je m'approche, odeur des spores me faisant fermer les yeux, un quasi-vertige me saisissant. Ce doit être la faim qui s'installe, rien d'alarmant à cela. Ou le comportement de Palareth, que je trouve pour le moins étrange même venant de lui, tandis que mes lèvres s'étirent en un pâle sourire et que je m'approche.

"Boldrobor ? Drôle de nom, mais seyant je trouve, c'est original au moins. Qu'est-ce que tu fais ici Palareth ? Je croyais que tu comptais retourner auprès de ta famille sitôt ta mère trouvée ? Ne me dis pas que Bolbrodor a poussé là où le Passage se trouvait, je ne tiens pas à ce que nous devions encore traverser le Bois de Tulgey pour vous en trouver un autre..."

Ma main se pose sur le tronc du champignon, mes poumons se gonflant autant qu'ils le peuvent dans la cage de mon corset tandis que je respire, odeur me faisant de nouveau tourner la tête. Mes jambes se dérobent sous moi, me faisant tomber à moitié contre Palareth, gloussement m'échappant tandis que le contenu de mon panier manque se renverser sur mes jupes étalées autour de moi en un désordre parfait. Je devrais y broder des horloges, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 290
❧ PIECES D'OR : 3385
❧ AVATAR : Nicole Kidman
❧ CREDITS : Mad Hattress & roller coaster


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Ven 15 Juil - 18:32

Mushrooms

The last mushroom Makes room for the unknown

Après le désert, les plaines, silhouettes épuisées se trainant lentement dans l'herbe, pieds alourdis de fatigue. L'herbe se court sous les semelles de Palareth, chatouille la plante des pieds de Sereryse, matriarche lasse ne laissant rien paraître de la soif et de la fatigue, douleur rongeant son ventre et sapant ses forces. Elle a presque l'impression qu'elle a redoublé depuis cette gorgée de thé, soulagement si momentané et superficiel ne faisant que renforcer le contraste avec la douleur perpétuel qui hante ses veines et ses os, qui gronde dans son esprit aussi sûrement que sa rage. Elle n'en dit rien, se contente d'avancer en silence, encore et encore, regard perçant en dépit de l'épuisement fermement accroché à son fils et à son âme, bien décidée à les trainer de force à travers un Passage s'il le faut. Ils ne vivront pas de nouveau cette douleur, pas si elle a son mot à dire. Norhwenar lui en vaudrait trop de n'avoir pas su protéger Guinerain de nouveau, d'avoir de nouveau manqué à son devoir maternel. Plus jamais ils ne souffriront de la sorte, si elle a son mot à dire, et l'idée que les évènements puissent conspirer contre elle est balayée avec dédain. Ils lui ont volé son âme, ils ne vont pas encore lui prendre son fils. Elle le défendra bec et ongles cette fois, même de lui-même, flash de détermination brûlante au fond de ses iris pâles lorsque le serment est fait. Plus jamais.

Mais la soif, la soif grandit, et l'eau a été bu, réserves partagées entre les trois silhouettes, dernières gouttes péniblement rattrapées du bout de la langue. Il ne fait pas si chaud, hors du désert, mais la chaleur l'habiter désormais, avoir envahi son corps même, tissu protecteur délaissé lentement, passé autour du bâton qui soutient les quelques baluchons si légers et si lourds à la fois, chaque souffle lui semblant brûlant lorsqu'il s'échappe d'entre ses lèvres en un sifflement las, gelé lorsqu'il s'y glisse en un murmure discret. Elle est épuisée Sereryse, envie de simplement s'arrêter et s'allonger montant en elle, seulement gardée sous contrôle par la vue de Palareth. Elle ne peut pas s'arrêter, pas tant qu'il n'est pas en sécurité à Telgram, là où son âme ne se fera plus dévorer.

Elle ne relève pas l'approche de la Forêt de Champignons Sereryse, pas avant que Guinerain ne parle, paupières épuisées clignant lourdement tandis qu'elle tente de dénouer le dialogue qui s'établit entre son fils et son âme, les suivant entre les anciens pieds, espoir qu'un Passage soit non loin tentant de survivre tant bien que mal face à leur étrange comportement. L'instinct la fait protester l'escalade de Palareth, voix rauque et râpeuse de déshydratation lui ordonnant de redescendre sans succès avant qu'elle ne renonce, partiellement rassurée de voir le tronc impossible à monter. Elle s'échoue sous un autre champignon à la place, bâton et baluchons déposés à ses côtés dans un murmure soulage, tête oscillant sous la fatigue qui tente déjà de planter ses griffes en elle, maintenant qu'elle est à terre. Le sol est frais, odeur de spores et d'humus emplissant l'air, rayons du soleil des flaques entre les champignons géants, le lieu étrange à ses yeux même en comparaison du reste des paysages de l'Autre Côté. Un instant, elle note le fait que son fils n'a toujours pas lâché le champignon, les roulades de Guinerain, la présence de l'horlogère et de son panier, fille frêle approchant sans crainte de son enfant et lui parlant aisément. Ils sont proches, ainsi ? Une part d'elle s'en réjouit, de savoir l'horlogère plus que cette créature craintive et soumise qu'elle présente au monde (le spectacle un peu trop familier, un peu trop semblable à ce qu'elle ressent face à son époux, avant qu'elle ne perde son âme et sa peur), une autre part se satisfait de savoir que Palareth avait une alliée en ce monde, quelqu'un pour prendre soin de lui. Le reste s'inquiète de savoir cette étrangère d'un autre monde en possession d'un morceau du cœur de son enfant, s'inquiète de lui savoir une nouvelle raison d'être venu ici en plus du Thé et de la piété filiale. Ce n'est pas une bonne chose cette proximité, pas aussi longtemps que cette fille sera ici. Les choses auraient été différentes si elle avait été Sentencée aussi, une amie qui aurait pu le suivre (une femme qui aurait pu irriter son épouse, sourire jouant un instant sur les lèvres de la matriarche à cette idée avant de disparaitre, effacé par les mots et le comportement de l'horlogère. Il est plus que temps d'intervenir).

"Palareth, Guinerain, peut-être devriez-vous conserver vos forces, de sorte à ne pas épuiser plus que nécessaire ? Et ravie de vous voir Mademoiselle, je ne suppose pas que vous auriez du Thé pour mon fils ? Je crains que la soif ne lui soit montée à l'esprit."

Une toux silencieuse agite la matriarche alors qu'elle se tait de nouveau, silhouette sinueuse se courbant sur elle-même, main plaquée devant sa bouche avant qu'elle ne se redresse, hésitant un instant à approcher de ce champignon au nom immonde donné par son fils qui la rendrait presque reconnaissante de ce qu'il n'ait été en mesure de nommer sa fille. Elle ignore le nom que son épouse aura donné à l'enfant, information oubliée ou jamais connue, dédaignée au profit de choses plus importantes, mais elle est certaine qu'il sera bien meilleur que ce... nom, inutile et ridicule. A l'image du champignon même, qui semble influencé les deux jeunes gens sous lui, matriarche veillant à garder un tissu pressé devant son visage en s'en approchant. Juste au cas où.

"Ne voulez-vous manger quelques fruits séchés, ou sucer une ou deux feuilles de Thé ? Nous avons largement de quoi... Imaginez, toute la saveur du Thé, concentrée le long de vos papilles... Allons, Palareth, Guinerain, n'êtes-vous pas tentés ? Il vous faut juste vous éloigner de votre ami champignon, nous pourrons reprendre la route ensuite... Je suis certaine qu'il ne souhaite guère vous faire souffrir quelque séparation... Vous ne voudriez pas le rendre triste, n'est-ce pas ? Et vous êtes bienvenue pour vous joindre à nous, Mademoiselle... je crains de n'avoir oublié votre nom, malheureusement."


Elle ne s'en excuse pas pour autant, tandis qu'elle passe une main dans les cheveux de son fils et retourne à ses baluchons, sortant un sachet des précieuses feuilles qui la répugnent tant. Elle espère que leur promesse les sortira de leur torpeur, les ramènera à la réalité et à la Poussière qui chaque instant disparait un peu plus de Guinerain, leur rappellera l'urgence de leur quête de Passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Dim 17 Juil - 10:51

Mushroom

And you've just had some kind of mushroom, and your mind is moving low


Je hausse les épaules aux question d'Avaïane, comprenant à peine leur sens alors que mes doigts s'agrippent toujours au colosse. J'ignore qui de Guine ou moi s'indigne en premier, regards passant du champignon à l'horlogère de façon synchronisée. « Poussière, il a poussé sur un passage ? Ça fait vraiment longtemps que je suis là alors, rien remarqué. » « Je suis toujours là en plus, je crois qu'on a vaincu la malédiction ! Il va falloir faire une fête. Champignon grillé pour tout le monde ! » Les rires se mêlent à nouveau, saisissant mon daemon dans mes bras pour une étreinte méritée face à cette révélation, je tombe en arrière, perdant l'équilibre.

Avaïane qui semble désormais comprendre la même chose que nous. La furette évite un contact de justesse alors que la blonde tombe à moitié sur moi, riant encore plus face à sa maladresse. Peut-être qu'on devrait vraiment le creuser, en faire une caverne, voir s'il a bel et bien un passage à l'intérieur. Est-ce que c'est possible ? Ne devrait-il pas être en partie à Balgram dans ce cas ? Je n'ai jamais entendu de rumeur comme quoi un demi-champignon géant c'était installé. Ce serait horrible, le pauvre.

Toujours au sol, mes yeux se relèvent en direction de la voix qui ne comprenait visiblement rien à toute cette histoire. Je ne suis pas certain d'en avoir compris le fil d'ailleurs. « Pourquoi nous serions épuisés ? Nous allons parfaitement bien ! Je crois que je ne me suis jamais senti aussi bien pour tout vous dire. Juste ce fichu picotement dérangeant, pourquoi l'air veut-il donc nous brûler ? Nous ne sommes pas des combustibles, d'ailleurs il augmente c'est stupide, mais je suis certain que ça va passer, Bolbodror va régler ça. » « Et pas de Thé, surtout pas de Thé ! Il faut économiser, c'est tellement précieux et rare le Thé, ce serait idiot de gaspiller ! » Pourtant il faut avouer que le fait d'imaginer son goût nous fait saliver et tourner la tête, sans parler du sachet qui s'agite sous nos yeux. Non, Guinerain a raison, il ne faut pas, le manque de Thé est assez difficile à combler comme ça à Balgram. Puis pourquoi voudrions-nous nous éloigner de notre champignon ? « Elle doit être jalouse, il n'a pas l'air de beaucoup l'aimer. »

J'en oublie le Thé en moins d'une seconde à la dernière phrase, visage s'indignant alors que le poil de ma moitié s’irise. « Il est hors de question qu'elle vienne ! Non mais imaginez un peu une locale à Balgram ! Autant directement l'envoyer dans le bois de Tulgey et ne jamais la faire revenir ! Et si les autorités s'en rendent compte ? Puis quand bien même qu'est-ce qu'elle ferait dans les Limbes ! Elle n'y survivrait pas la pauvre ! Pire qu'une amputée dans la jungle entravée par des lois stupides et désuètes le tout enfermé entre quatre murs. C'est loin d'être une proposition intelligente et pertinente et s'il faut, je l'enchaine à une pendule dans son atelier. Non elle ne viendra pas, hors de question !  » « Pourquoi partir d'ailleurs ? On est si bien ici, c'est joli en plus. Je comprends pourquoi mon Pal y a passé plus de temps. Et si on restait vivre ici ? Nous n'aurions qu'à envoyer une lettre pour que Delenrorn, Liscialle, Hélionne et Tias viennent aussi. Je suis sûre qu'ils trouveraient ça tellement plus agréable que Telgram. »

J'approuve l'idée d'un nouveau rire avant de soupirer d'aise, même si l'air continue de vouloir se servir de nous comme charbon. Est-ce qu'on ressemble à un tas de cailloux sombres ? Nos mâchoires se crispent un brin de concert, ne préférant pas en parler sinon notre envie de rester ne sera pas approuvée du tout. C'est ridicule, nous sommes largement en âge de prendre des décisions sans qu'elles ne soient toujours contestées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2180
❧ PIECES D'OR : 9240
❧ AVATAR : Mia Wasikowska
❧ CREDITS : Vintage Phonic & Acidbrain


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Lun 18 Juil - 1:13

Mushrooms

What have these mushrooms all done to my mind Running through the pines my head feels wrapped in twine


Je ris de ma place dans l'ombre rafraichissante de Bobodor, écoutant Palareth et Guinerain sans prêter la moindre attention à leurs mots, mes mains tombées se fermant sur le vide tandis que je bascule plus en arrière, allongée dans la mousse qui forme un matelas confortable quoique source de quelques démangeaisons. Ce n'est pas grave, je suis trop occupée par les rayons du soleil qui filtrent entre mes doigts et les spores qui volent autour de nous comme de la neige, à moins que ce ne soit de la Poussière, calculant comment réussir à m'en servir dans une horloge. Une horloge à Poussière, ce serait bien. Ou un réveil qui sonne quand les rayons du soleil touchent son cadran. Ou ooooooooooh, une montre qui se recharge avec le soleil ! Une montre à cadran solaire ! Je suis certaine que ce serait révolutionnaire, une montre toujours à l'heure, quoique le soleil n'est pas toujours des plus ponctuels... Mon visage se tourne un instant vers Palareth et Guinerain, les observant, avant de décider que les montres les détestent trop pour que leur avis puisse être considéré. Les montres ont toujours raison, après tout, et je prends le temps de contempler la mienne pour m'assurer qu'elle approuve mon idée. Poussière merci elle est à l'heure, elle semble même satisfaite.

Je veux cependant un second avis, me tournant vers la mère de Palareth et la fixant un long moment à la recherche d'une montre de col ou de quelque montre bracelet, sans succès, finissant par me redresser et m'avancer vers elle, me saisissant de ses bras pour les inspecter, mes sourcils se fronçant en notant l'absence de montres, avant de vérifier son cou, sa taille, ses chevilles, indifférente aux protestations. Je peux sentir la contrariété monter en moi en constatant l'absence de marqueur temporel, l'absence de montre et d'horloge et de pendule et de réveil, pas même une minuscule montre incrustée dans une pique à cheveux ou un peigne, mes mains délaissant l'autre femme tandis que je vais enlacer Bonordor pour me réconforter, protestations éclatant à mes côtés me faisant froncer les sourcils, mes mains relâchant le champignon, poings trouvant mes hanches. Je suis bien assez âgée pour destiner moi-même de ma vie ! D'autant que je ne suis pas mariée et n'ait plus de père, et Palareth n'est pas légalement mon frère et n'a donc nulle autorité sur moi. Non, je suis en colère, mon doigt tremblant tandis que je pivote dans sa direction.

"Veux-tu bien te calmer ! Je suis amplement en âge de décider pour moi-même si je souhaite venir à Telgram ou non, et vraiment, crois-tu que je suis assez folle pour traverser sans même prendre quelques affaires et stocks de Thé avec moi, sans compter de quoi travailler et présenter mon travail ? Bien sûr que non ! Si je décide un jour de traverser, ce ne sera pas sur un vulgaire coup de tête, je te remercie ! Et vous Madame, je vous remercie de votre invitation, mais vraiment, comment puis-je faire confiance à une personne qui n'a pas de montre ? C'est incompréhensible vraiment, comment voulez-vous que le Temps vous vienne en aide si vous ne lui prêtez pas le moindre respect ?! Pour le reste, nous acceptons volontiers quelques feuilles de thé, merci. Et ne songe même pas à bouder Palareth, tu ne voudrais pas me rendre triste, n'est-ce pas ?"

Sans attendre de réponse, je l'entraine vers sa mère, m'installant au sol sans souci des manières tandis que je reprends la parole, me tournant vers Palareth.

"Dis, si tu décides de faire venir ta femme et ta fille, est-ce qu'il ne vaut mieux pas vous installer juste contre un Passage côté Telgram ? Comme ça vous pourrez me rendre visite, et vous garderez vos daemons ! Ça serait dommage que ton Hélionne perde son Tias après tout, je sais que je suis encore triste d'avoir perdu mon Eysteinn... mais j'ai pu le voir à la Fête des Lanternes, il est beau ! Même si il n'avait pas l'air très solide... vous pensez que lui faire manger des choses de Telgram quand je l'aurais retrouvé l'aidera à rester ?"

Machinalement, mes yeux oscillent de Palareth à sa mère en attente d'une réponse. Ils sont de là-bas, ils devraient bien savoir, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 290
❧ PIECES D'OR : 3385
❧ AVATAR : Nicole Kidman
❧ CREDITS : Mad Hattress & roller coaster


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Lun 18 Juil - 3:18

Mushrooms

The last mushroom Makes room for the unknown

Ils vont bien, vraiment ? Elle peut sentir son sourcil qui se hausse, Sereryse, tandis qu'elle observe son fils et son âme, tous deux dans un état second et l'horlogère qui semble être elle aussi sous influence, étendue comme elle l'est sur le sol et comme fascinée par le jeu des rayons lumineux entre ses doigts. Elle ne cherche pas à savoir ce qu'il se trame dans son esprit, occupée à fixer son fils et tenter de saisir si la soif, la fatigue, ou le champignon sont responsables de son état, en oubliant de prêter attention à l'horlogère. Mauvaise décision, tandis que cette dernière se saisit de ses poignets pour les inspecter avant de pousser sa fouille plus avant, Sereryse se redressant sitôt que la jeune a lâché sa cheville, bouche s'ouvrant pour la sermonner avant de se refermer en la voyant s'éloigner vers le champignon. Poussière, quelque chose flotte de toute évidence dans l'air, pour que cette créature si timide se conduise de la sorte, et elle en laisserait presque passer l'irrespect de son fils tant le spectacle cause en elle une fascination horrifiée et inquiète à l'idée de ne pouvoir convaincre Palareth de reprendre leur marque et de devoir assister à la disparition de Guinerain comme elle a dû assister à celle de Norhwenar. C'est hors de question, ses mains se crispant tandis qu'elle approche de son enfant, devançant l'horlogère qui semble elle aussi irritée. Étrange. Elle ignorait qu'elle était capable de telle émotion, Sereryse. C'est une découverte bienvenue.

"Je reste ta mère, Palareth, et je te prierai de surveiller ton langage ! Il en va de même pour toi Guinerain, l'absence de Norhwenar ne t'autorise pas à oublier tes manières ! Je désirais simplement inviter cette pauvre fille à prendre le Thé avec nous, Poussière, je ne doute pas qu'elle en boive tout comme tu le fais. Quand à écrire pour faire venir Liscialle et ta fille, ne te faut-il pas un Passage pour cela ? Sans compter que je ne doute pas que ton épouse préfère que tu lui proposes tel changement en personne."

Si tu ne peux pas les vaincre, convaincs-les. Elle tente de s'en convaincre elle-même Sereryse tandis qu'elle observe l'horlogère exploser (si l'on peut appeler ça exploser, même ses colères semblent comme effacées, un paradoxe qu'elle n'aurait jamais pensé rencontrer) et entrainer son fils dans sa direction, matriarche se rasseyant et ouvrant un sachet de feuilles de thé avant de se mettre en quête d'une gourde d'eau, souriant tandis qu'elle en trouve une et verse une partie du précieux liquide dans deux récipients, déposant un sachet des précieuses feuilles à leur côté. Elle a tout aussi soif qu'eux, mais si elle doit convaincre Palareth, mieux vaut sans doute l'inconfort de la soif et l'apaiser en prenant soin de l'horlogère dont elle ignore toujours le nom.

Ses lèvres tressautent discrètement face au discours de l'horlogère, mots étrangement sensés pour une native de ce monde, de surcroit dans un état second, Sereryse approuvant ses mots d'un hochement et se retenant d'ajouter que ce sera plus simple pour stocker le Thé, une simple annexe de l'Autre Côté où le conserver, le préparer et le consommer, et la loi telgramienne ne pourra pas même protester, coincée par ses propres règles. Il ne faudrait pas encourager Palareth sur cette voie, pas alors qu'il est hautement probable que telle idée n'enthousiasme gère sa femme. Elle retrouvera déjà un époux à la santé mentale douteuse, il ne faudra pas aggraver la situation plus que nécessaire, pas quand il s'agit de son fils et qu'il s'est mis dans tel état pour elle. Elle lui doit bien de l'aider à préserver son mariage, vœu muet fait tandis qu'elle songe à comment répondre à l'horlogère. Quelles étranges idées a cette fille, vraiment !

"Je crains de ne pas être en mesure de vous répondre, hélas, mais passer du temps à Telgram ne vous serait pas détrimental en soit... mais Palareth a raison quant à votre statut, vous n'existez pas là-bas après tout. Il vous faudrait des papiers, une identité toute entière, et je doute hélas que cela puisse s'obtenir de manière fort légale... Mais ne vous en faites pas, je ne doute pas que vous le retrouviez un jour, il vous a déjà retrouvé une fois après tout, nul besoin de vous alarmer outre mesure. Prenez plutôt une feuille de thé, ça ne pourra que vous faire du bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Sam 30 Juil - 12:28

Mushroom

And you've just had some kind of mushroom, and your mind is moving low


Le ton monte et venant d'Avaïane, c'est terriblement dérangeant, comme si deux choses incompatibles étaient en train de se mêler. Je n'aime pas ses mots, sa lubie, son désir de Balgram que j'ai toujours trouvé idiot. Qui serait assez censé pour quitter ces plaines verdoyantes pour un endroit où tout en entravé et sans dessus dessous. Ils sont à Balgram les fous, nulle part ailleurs. Le poil de Guine se dresse à nouveau, parfait écho de ma moue contrariée et de ma langue qui se prépare à asséner les coups. Comme si grâce à ce champignon, nous étions redevenu un seul et même être sur une même longueur d'onde, oubliant la marque encore en train de cicatriser dans ma paume, signe de nos précédents différents.

« Connais-tu seulement Balgram ? Cette ville ô combien merveilleuse que tu n'as connu que quelques minutes ? Sais-tu ce qu'on fait aux amputés ? Ne pense même pas trouver du travail, tu n'es qu'un tout petit parasite pour les employeur et personne ne te louerai quoi que ce soit en tant que demi-personne et si tu sais dormir tranquille au coin d'une ruelle sans que des mioches te shoot dedans, estime toi heureuse. Et puisqu'on en parle, qui te dis que tu rencontrera un jour ton daemon ? Jamais tu n'as connu la poussière, il te faudrait probablement des décennies pour espérer le voir, déjà que tous les amputés ne le récupèrent pas... Mais puisque tu es si maligne et que visiblement tu connais mieux mon monde que moi, vas-y, je t'en prie.  »

Le ton est glacial, euphorie donnée par le champignon disparue et changée en colère. Les crocs de ma moitié sont apparent, surtout lorsque la blonde me traine vers le Thé que je continue de refuser de pieds ferme, bien que l'odeur nous fait saliver, nous entortille l'estomac et nous déchire dans une douleur qui brûle encore plus, grimace que nous ne pouvons dissimuler. Et puis ce sont les mots de trop, l'échange de trop, et le grondement fait écho à mes pensées, furette retrouvant mon épaule à l'aide de mes doigts.

« Nous avons trente-trois ans, il est peut-être temps de cesser de me voir comme un enfant, je suis assez mature pour employer les mots que je souhaite. Sans compter que cela fait peut-être dix ans que vous ne vous êtes pas manifesté. Et si cela ne vous plaît guère et bien tant pis, je rentrerai donc seul ou trouverai un autre champignon, visiblement les seuls à nous accepter tel que nous sommes. » Je fais volte face, entamant une marche solennelle, droit comme un I et le museau de ma moitié en l'air.

Les pas s'accélèrent, essayant de fuir, mais l'euphorie revient, rire montant de plus en plus, larmes perlant dans le coin des yeux et Guine se roulant en couinant tout autant à n'en plus finir. Il finit par faire mal ce rire, il fini par presque nous empêcher de respirer, il accentue la déchirure, peut-être qu'il devient gémissement, je ne sais plus, je me contente d'enserrer les poils putoisés. Nous n'aimons plus ce champignon, nous ne voulons plus rester là. L'élan de lucidité revient, monte, nous percute. Il faut se relever, se rassembler, faire des pas. Le passage n'est pas loin, peut-être à quelques dizaines de mètres. Nous serrons les dents, faisons signe à Mère, oubliant totalement ce qui venait de précéder, faute d'on ne sait quoi. Nous nous relevons non sans difficulté et grimace. Il faut faire vite, encourageant mentalement la furette que je cale dans mes bras. Les quelques mètres paraissent insurmontables, trébuchant contre des objets invisibles jusqu'au moment où la faille est à peine visible. Dans un élan de force qui vient de je ne sais où, nous nous jetons dedans, atterrissant sur un sol mou que nous n'identifions pas de suite. Le mal est toujours là, mais plus calme, moins dangereux, étreignant ma moitié qui me rend cette victoire à coup de langue. Nous avons hâte de rentrer, hâte de prendre Hélionne et Tias contre nous, hâte de se blottir contre Liscialle et Delenronr, hâte de prendre un bain, hâte de dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2180
❧ PIECES D'OR : 9240
❧ AVATAR : Mia Wasikowska
❧ CREDITS : Vintage Phonic & Acidbrain


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Mer 3 Aoû - 10:57

Mushrooms

What have these mushrooms all done to my mind Running through the pines my head feels wrapped in twine


Réaction colérique de Palareth à mes mots et à ceux de sa mère, et je peux voir le visage de la femme blonde s'affaisser en les attendant avant qu'elle ne remballe rapidement ses feuilles de Thé pour suivre son fils tandis qu'il s'éloigne. Elle regrette peut-être ses mots, désire peut-être tenter de les rattraper, de les effacer ? Je ne sais pas, tandis que je les regarde faire et reste pour ma part immobile. Je ne peux pas rattraper mes mots, et je neveux pas non plus. Palareth n'a connu qu'un peu l'absence de son âme, et il a sa femme, et sa fille, et même sa mère qui semblent l'aimer avec ou sans. Il ne sait pas ce que c'est d'être véritablement sans daemon, l'absence continuelle, il ne sait pas ce que c'est d'être seul, même en ayant des amis, avec juste les secondes pour remplir l'esprit. Même moi je ne comprends pas vraiment, pas entièrement, mais je sais que je dois trouver mon daemon, qu'importe l'avis de Palareth. C'est important. Je suis fatiguée d'être toute seule.

Même Palareth me laisse seule au final, même Ana, probablement même Crystal un jour. Mon daemon ne me laisserait pas seule au milieu des champignons sous le coup de la colère, il ne m'abandonnerait pas sans un regard en arrière pour aller rattraper quelqu'un. Pas comme eux viennent de le faire, tandis que je glisse au sol, soupir au bord des lèvres, avant de changer et de me redresser, jetant un regard noir à Bobodor au passage. C'est sa faute j'en suis sûre, il voulait Palareth pour lui seule, mon pied le heurtant sans lui faire le moindre mal avant que je me mette en quête d'eux, sans succès. Ils ont atteint le reflet dans les airs avant que je puisse les rejoindre, me laissant seule, encore. Ils sont rentrés chez eux, et je suis contente pour eux, vraiment. Mais je voudrais avoir le courage de traverser à leur suite, même seule, mes jambes esquissant un pas avant de se figer, mots de Palareth résonnant dans mon esprit. Peut-être qu'il a raison ? Peut-être que ça ne vaudrait pas le coup ? Mais je veux tellement savoir... j'ai besoin de savoir. Il le faut.

Je rentre au village à la place, larmes brouillant mes yeux tandis que je m'enferme dans mon atelier et observe la montre telgramienne une fois encore. Je veux vivre là où elle a été créée, apprendre comment ils travaillent, comment ils vivent, connaître cette sensation d'être entière, d'être deux comme j'aurai toujours voulu l'être. Et je ne peux pas m'empêcher de la tracer encore et encore, le verre froid et les chiffres délicats, avant que le sommeil ne me saisisse de force. Un jour. Un jour je connaitrai ça, il le faut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 290
❧ PIECES D'OR : 3385
❧ AVATAR : Nicole Kidman
❧ CREDITS : Mad Hattress & roller coaster


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   Mer 3 Aoû - 22:33

Mushrooms

The last mushroom Makes room for the unknown

Elle regrette ses mots aussitôt qu'ils lui ont échappé, Sereryse, visage pâlissant face à la colère de Palareth et à ses mots, bouche s'ouvrant et se refermant sans un mot. Il a trente-trois ans oui, mais il reste son fils, son enfant, elle ne peut pas ne pas s'inquiéter pour lui. Et vraiment, lui reprocher de lui parler comme à un enfant quand il agit en enfant ? Mais non, elle reste silencieuse, regrettant simplement d'avoir perdu son calme face à son fils et craignant de le perdre de nouveau. Il est venu la chercher après dix ans sans communiquer, il mérite qu'elle reste calme, vraiment, regard clair assombri par le remords le suivant avant de glisser un instant vers l'horlogère. La chose polie serait de rester mais elle ne peut pas laisser Palareth partir seul, pas si le risque reste qu'il se sente mal, que Guinerain l'abandonne, qu'il chute à travers un Passage.

Rapidement tout est rassemblé, matriarche bondissant sur ses pieds à la suite de son fils, son baluchon battant son flanc sans merci. Elle peut vaguement le discerner entre les champignons, peut entendre les couinements de sa daëmonne, leur rire, se rapprochant inexorablement pour simplement le voir disparaitre à travers la faille suspendue dans les airs, s'y engouffrant à sa suite sans hésitation avant d'aller aider Palareth à se redresser, hésitation dans ses gestes et sur son visage, craignant d'être repoussée tandis qu'elle peut sentir l'odeur si différente de l'air et sentir le sol si différent.

"Balgram... Nous sommes de retour, Poussière, nous sommes rentrés ! Il faut que tu ailles voir ta femme, elle doit être terriblement inquiète !"


Non, elle n'aime toujours pas Liscialle, Sereryse, mais elle respecte sa loyauté et son amour pour son fils, le poussant doucement à travers les faubourgs en veillant à garder son visage dissimulé pour s'assurer que le bruit de son Amputation n'atteigne les oreilles de personne avant de soupirer de soulagement, enceinte de Balgram enfin autour d'eux, après tout ce temps, avec ses rues et ruelles et ses pavés et ses odeurs, larme de soulagement rapidement effacée du dos de la main alors qu'elle enlace prudemment son fils et lui murmure combien elle est heureuse d'être là et fière de lui. Ce ne sont pas des excuses, mais...

Ils sont enfin rentrés chez eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Mushroom » ❧ Ft. Sereryse & Avaïane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Swatch Barry M

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-