AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 Tea cake ❧ Rinke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 290
❧ PIECES D'OR : 3385
❧ AVATAR : Nicole Kidman
❧ CREDITS : Mad Hattress & roller coaster


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Tea cake ❧ Rinke   Lun 11 Juil - 20:09

Tea cake

When life gives you lemons, make lemonade


Le vent est bienvenu après la chaleur du désert, rosée persistante rafraichissant les pieds nus de la longue silhouette enveloppée d'un tissu pâle comme pour persister à se dissimuler aux rayons d'un soleil pourtant infiniment plus doux que celui qui brille au Sud d'où elle arrive. Ou peut-être est-ce une simple impression, maintenant qu'il n'y a plus ces vastes étendues de sable clair et ses hautes roches parsemées de quartz et autres minéraux qui reflètent chaque rayon. Cette brise et ce ciel parcouru de nuages clairs et comme paresseux sont une bénédiction tandis qu'elle parcourt le village telle une ombre blanche, nez reniflant l'air pour mieux traquer l'odeur persistante du Thé qui ne manque jamais de l’écœurer. Heureusement que le Thé est également synonyme de tartines, biscuits, gâteaux et autres apte à lui permettre de se nourrir. Rien qui vaille ce qu'elle pouvait manger avant de se retrouver ici (rien d'aussi élaboré, rien qui puisse lui tirer un sentiment fier à l'idée d'avoir conçu tel menu à défaut de l'avoir réalisé de ses mains), mais de quoi vivre. Elle se contentera de rêver d'une bisque ou d'une oie rôtie la nuit, entre deux plans pour retrouver ses kidnappeurs et les réduire à néant.

Enfin sa destination apparait au détour d'une rue, longue table croulant sous les tasses et théières en tout genre, quelques pichets d'eau et sirops divers n'existant que pour agrémenter le Thé dans l'esprit de ceux qui les ont laissé là et qu'elle voit elle comme une salvation, tartines et viandes fumées et séchées et fromages et beurre et sandwichs délicats, gâteaux et biscuits et scones, un festin laissé là pour les affamés, régulièrement renouvelé. Une opportunité, les yeux clairs s'illuminant d'une faim non feinte en se posant sur une tarte aux pommes brillante de la gelée qui la lustre, mains pâles repoussant le tissu qui jusqu'ici dissimulait même visage et cheveux, lin crémeux et quelque peu poussiéreux retenu par ses épaules. Nul regard n'est adressé aux êtres silhouettes solitaires déjà attablées tandis qu'elle se saisit d'une tasse et la remplit d'un sirop choisi au hasard et d'eau, Thé dédaigné sans la moindre gêne. Elle ne veut rien à voir avec cette boisson maudite pour tout ce que sa tente est emplie de ses feuilles, envahie par son odeur.

Une chaise est tirée, tasse déposée sur la sous-tasse avant que la matriarche ne s'empare d'une assiette et ne commence à la remplir, s'emparant sans vergogne de la tarte aux pommes avant de tourner son attention vers les sandwichs et tartines, viandes séchées et fromages et confitures empilées sur le pain en une pile qui s'élève lentement mais sûrement, rapidement rejoints par des scones, avant qu'enfin elle ne s'estime parée pour l'instant, reprenant sa place et attaquant son repas, dévorant à belles dents. La douleur tenaille le creux de son ventre en une faim différente de celle qui la parcourt et pourtant assez semblable pour qu'elle puisse se persuader qu'il s'agit de la même douleur, la chaleur du désert et ses longues heures d'errances quotidiennes lui permettant de conserver la sveltesse de ses membres en dépit des quantités qu'elle dévore. Ses doigts tiennent délicatement les aliments en place, dents blanches mâchant en silence et pourtant rapidement, parfaitement polie et maniérée, gestes engrainés par les années lui permettant de conserver une certaine dignité même en de telles circonstances. Elle semble un animal partagé entre la domestication et la sauvagerie tandis qu'elle se régale, tasse drainée et remplie de nouveau, assiette se vidant à une vitesse alarmante. A croire qu'elle n'a rien avalé depuis des jours.

Un instant, son visage se relève, yeux perçants et habités d'une étincelle de folie et de rage soigneusement attisée parcourant ce qui l'entoure, paupières se voilant un instant alors qu'elle observe la silhouette de la tenancière du cabaret. Une femme qui pourrait être une alliée si intéressante, esprit stupide et vénal, aisément manipulé par la promesse de bénéfices et de gain de clientèle. Si seulement il n'y avait cet amour du thé que la femme aux boucles boisées possède, qu'elle semble déterminée à partager. Il la rend irritante. Prévisible, plus encore qu'elle ne l'aurait été autrement. C'est regrettable, et pourtant, les lèvres de Sereryse se courbent en un sourire poli et presque invitant avant qu'elle ne reporte son attention sur son repas, hésitant un instant entre l'envie de dévorer la tarte aux pommes si brillante et belle et celle de se resservir. L'un signifie apaiser l'envie qu'elle a de sentir le fruit contre sa langue, l'autre apaiser plus avant encore sa faim, et bouger, se rapprocher des autres convives.

Un instant, elle hésite, avant que sa main ne s'empare de son assiette et qu'elle ne se redresse, regard posé sur la nourriture tandis qu'elle contemple ce qu'elle pourra bien déguster cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 148
❧ PIECES D'OR : 1925
❧ AVATAR : Keira Knightley
❧ CREDITS : Box&Shock


MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   Lun 11 Juil - 22:13

Tea cake

Sereryse & Rinke


Il était rare de voir Rinke être peu satisfaite de sa mise actuelle. Mais il l'était encore plus de la voir resplendir comme elle resplendissait ce jour-là.
Ses cheveux fraîchement lavés avaient été soigneusement peignés jusqu'à les faire briller, puis ramenés en une sorte de chignon complexe au dessus de la tête pour lui libérer le cou. Si la robe qu'elle portait, longue, beige et lâche, était aussi simple, la formidable parure qui ornait la nuque de la jeune femme, de toute évidence fausse, brillait de milles feux et attirait tous les regards. Fière de sa pièce maîtresse et certaine de sa beauté, Venetti se sentait en confiance pour sortir de son cabaret et affronter les regards de ceux qui hésitaient à franchir la porte de son établissement. Que nul n'ignore quelle femme était Venetti, et ce qu'il ratait en refusant de devenir l'un de ses clients.
Obnubilée par sa propre apparence, Rinke ne prêtait pas la moindre attention à ce qui l'entourait, attitude qui aurait été ô combien dangereuse si elle ne connaissait déjà le village par cœur. Elle foulait ses terres depuis son enfance et les connaissait comme sa poche : elle aurait pu y marcher les yeux fermés. C'était chez elle. Et elle se sentait comme un formidable bijou bien caché dans son écrin, qu'il fallait de temps en temps exhiber pour en rappeler la splendeur, mais qui ne saurait être exposé en permanence, afin de n'en gâcher ni le charme ni la rareté. Rinke voyait son reflet dans les yeux de chacun des passants qu'elle croisait. Elle n'aurait pu dire qui elle avait vu, tant elle s'en fichait, mais elle pouvait affirmer qu'ils la regardaient. Cette attention lui plaisait. En véritable femme d'affaires, Rinke appréciait cette emprise qu'elle pouvait avoir sur les gens simples d'esprit par la seule force de son apparence. Son caractère faisait le reste et complétait agréablement le portrait - de son point de vue. Elle était si concentrée sur l'image qu'elle renvoyait qu'elle ne se rendit même pas compte que son pied glissa dans une flaque de boue et qu'une substance brune et nauséabonde vint couvrir son ravissant petit pied.
Rinke ne sortait pas beaucoup de chez elle en journée : l'idée de s'éloigner du cabaret Venetti lui était odieuse. En bonne tenancière, elle avait toujours peur qu'un malheur s'y déroulât en son absence - ou plus probablement, qu'une fille lui volât sa recette lorsqu'elle avait le dos tourné. La confiance régnait chez elle. Mais comme souvent, le cabaret était calme - trop calme -, pas un seul client à l'horizon. Qui irait s'enfermer dans un espace enfumé alors que le soleil était si radieux à l'extérieur ? L'envie de sortir s'était fait sentir en elle, et puisque les réserves de nourriture étaient plutôt basse, Rinke avait décidé de prendre congé et de déclarer une fermeture exceptionnelle pour se ravitailler.
Ce qu'elle s'apprêtait à faire n'était pas très moral, à tel point que Rinke hésitait encore à commettre un acte aussi vil et grossier. Si elle mettait son projet à exécution, elle ne vaudrait pas mieux que les Amputés qui hantaient l'Autre Côté, et que l'on n'aimait pas vraiment. Mais ce n'était qu'une tarte aux pommes. Qui donc allait la réprimander parce qu'elle allait voler une misérable tarte aux pommes ?
Ainsi, Rinke se mirait dans le regard des autres pour oublier qu'elle s'apprêtait à commettre un bien vilain forfait, qui lui resterait sur l'estomac pour le restant de sa vie.
Arrivée à la Table - son ennemi juré, comme on peut s'en douter, et donc sa victime désignée - Rinke se servit négligemment plusieurs aliments sucrés afin de les consommer sur place. À sa grande honte, les pâtisseries servies à la Table étaient largement meilleures que les siennes et valaient celles de Crystal, mais elle était la dernière à l'avouer. Admettre sa défaite dans un domaine qu'elle considérait comme féminin ne plaisait à Rinke, qui avait parfois du mal à ne pas se mêler des affaires des hommes. Elle voulait être la meilleure en tout, elle voulait également être indépendante, elle voulait être appréciée et reconnue, elle voulait tant de choses qu'elle était condamnée à échouer dans la vaine quête d'obtenir la meilleure vie possible. Rinke envisagea de cracher dans la nourriture pour dégoûter les autres habitants, le crachat ne la dégoûtant pas outre mesure, mais elle se retint de justesse, se rappelant qu'elle devait rester discrète. Elle chercha pendant quelques secondes l'objet de son désir parmi les tartes en tout genre qui figurent au menu de la Table, tarte aux fraises, aux mûres, aux poires, mais de pomme, point n'y était. Elle repassa une deuxième fois devant le rayon, vérifiant que la tarte ne se cachait pas derrière celle aux abricots, mais non, il n'y avait rien. Plus de tarte aux pommes ! Quelqu'un l'avait-elle enlevée, devinant son prochain méfait ?
À présent qu'elle avait une assiette bien remplie, il eut été dommage de ne pas la consommer. Pour faire bonne mesure, Rinke se servit une part de tarte aux poires, puis chercha un endroit où s'asseoir. Ce fut alors qu'elle la vit, elle, et la tenancière ne put dire si elle était enchantée de cette rencontre ou si elle la déplorait.
Sereryse n'était pas forcément méchante. C'était ce que Rinke essayait de se répéter. La dame pouvait paraître un peu froide et hautaine, mais certaines personnes avaient ce caractère, ce qu'il fallait respecter. Le véritable problème, en fait, tenait au refus catégorique de Sereryse de consommer la moindre goutte de thé. Pour une jeune femme dont une grande partie des bénéfices de son cabaret venait du thé, cette attitude était insensée. Elle horrifiait Rinke du fond de son être, et sans la certitude de cette dernière d'être capable de faire changer d'avis la difficile, elle aurait très certainement détesté Sereryse. Ce qui risquait cependant d'arriver, puisque la dame en question avait justement la tarte aux pommes que Rinke cherchait à dérober.
Venetti cacha son air amer devant un sourire amical et se dirigea vers la femme comme si elle était ravie de la voir. Elle comptait s'installer à côté d'elle, d'autant plus que l'expression douce du visage de Sereryse indiquait qu'elle était de bonne humeur et sans doute ouverte à la conversation. Elle rattrapa son aînée au moment où celle-ci, son assiette dans la main, cherchait une deuxième fournée de nourriture, et, se plaçant à ses côtés, lui fit un grand salut de la main.

« Bonjour Sereryse ! Je ne m'attendais pas à vous voir ici, vous êtes partout. Et sublime, ma parole, j'aimerais vous ressembler dans trente ans. À ce propos, puisque vous vous cherchez un repas, avez-vous pensé à goûter aux noisettes caramélisées ? C'est un véritable délice ! »

Un délice calorique qui lui ferait sans doute perdre du poids, mais Rinke n'y pensait qu'à moitié. Elle se vengeait de n'avoir pu récupérer sa tarte aux pommes, et montrait par la même occasion à sa rivale de tartes qu'elle savait se montrer très généreuse. En revanche, la référence à l'âge n'était pas volontaire. Rinke mentait volontiers sur le sien et aimait se présenter comme une jeunette dans la vingtaine.
Son assiette à elle étant remplie, Rinke n'avait pas envie de se servir davantage et proposa de façon qu'elle crut innocente une boisson à son amie, puisque le thé était le seul élément qui manquait à son repas. Elle n'en était pas à ses tentatives de désintoxications, surtout pas lorsqu'elle tentait une autre d'y goûter. Rinke était plus dans la période « apothéose », celle où elle appréciait particulièrement les saveurs un peu amères des meilleurs breuvages.

« J'allais me chercher un peu de thé, vous en voulez un peu ? »

Ses lèvres, délicatement parées d'un rose léger, s'étiraient en un large sourire séducteur qui promettait des frissons de volupté. Sereryse ne pourrait jamais résister à une telle attaque, Rinke en était sûre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 290
❧ PIECES D'OR : 3385
❧ AVATAR : Nicole Kidman
❧ CREDITS : Mad Hattress & roller coaster


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   Ven 15 Juil - 20:18

Tea cake

When life gives you lemons, make lemonade


Tout compte fait, il aurait sans doute mieux valu ne pas sourire à l'autre femme, sourire pris comme une invitation et tenancière s'approchant, s'insinuant à ses côtés tandis que Sereryse réprime une étincelle d'irritation, bonne humeur déjà chassée de se voir proposer ces sucreries si lourdes et indigestes, conseil ignoré le temps de déposer quelques sandwichs de concombre et cresson et poisson sur son assiette, gestes silencieux et suggestions balayées sans un mot, sourire crispé aux lèvres. Dans trente ans, vraiment ? Alors qu'elle sait pertinemment pouvoir aisément passer pour une femme dans sa quarantaine et non sa cinquantaine, en dépit des quelques lignes qui se sont creusées dans son visage, fins sillons discrets et cernes las, le prix de la douleur et de l'amertume, un peu plus profonds que lorsqu'ils se sont vraiment installés dans sa chair, lors de la Sentence de son fils ?

Mais la tenancière est une créature imbécile, cela elle le sait depuis longtemps, lèvres s'étirant de nouveau en un sourire tandis que ses yeux observent la parure clinquante qui se veux joyaux mais ne peut tromper son œil acéré d'enfant élevée au milieu des pierres et des gemmes, dont les cours comportaient des leçons de géologie, auquel sa mère a enseigné comment reconnaitre la valeur d'une gemme, la coupe la plus appropriée, le type de sertissage idéal, connaissances plus appropriées pour une lapidaire ou une joaillière et pourtant entretenue avec soin, devenue part de son masque de socialite, Sereryse Balshilek aux bijoux inimitables, aux pierres pures et parfaites. En comparaison, ces bijoux ne méritent pas même d'être qualifiés de tel, cette robe serait considérée dépassée à Balgram, et serait-ce de la boue sur le soulier ? Une part de la matriarche, la part mesquine et joueuse de son être, celle qui n'aimait rien tant que disséquer l'attirail de tout un chacun avec son daemon et gagner leur gratitude par quelques conseils judicieux, s'en réjouit. Mais il n'y aura pas de conseils pour l'autre femme, pas après cette insulte faite à son apparence, pas alors qu'elle vient de lui proposer du thé, doigts de Sereryse se crispant autour de son assiette, sourire s'agrandissant de manière insignifiante, gagnant un aspect presque menaçant en dessous de son vernis de politesse. Elle veut la séduire, vraiment ? Pauvre enfant. Sereryse n'est pas de celles qui cèdent au désir comme à la volupté. Elle est de celles qui aiment le pouvoir, et voir les autres plier face à son influence sans même s'en rendre compte. Si les gens craignent le juge, ils apprécient sa femme et la peignent sous les traits d'une créature superficielle, ignorant tout de la manière dont elle gagne lentement le contrôle de leurs secrets. Au jeu de la séduction et des apparences, la tenancière n'est qu'une débutante aux yeux de la matriarche dont le sourire s'agrandit. Pauvre enfant.

"Cela ne sera pas nécessaire merci, je ne tiens guère à embrumer mon esprit dans des vapeurs de Thé. De l'eau et du sirop satisferont amplement ma soif, mais ne vous en faites pas, je me resservirai moi-même, je ne voudrais pas vous infliger la réalisation de telle boisson."

Le sourire est innocent, les yeux poliment réservés tandis qu'elle retourne s'asseoir, tasse rapidement remplie de son innocente boisson qui apaise sa soif uniquement, comme la Poussière l'entendait, comme Norhwenar le refuserait. Il n'est pas là pour la contraindre à gouter cette boisson qu'elle abhorre, elle n'aurait pas besoin d'en boire s'il était à sa place à ses côtés, pensées et émotions un écho perpétuel, rien qui puisse se comparer à ce gouffre où elle a parfois la sensation que son esprit même disparait. Une longue gorgée est bue tandis qu'elle attend le retour de l'autre femme, curiosité et excitation à l'idée de sa réaction, envie de se jouer d'elle et de jouer avec comme le binturong l'aurait souhaité s'il avait été là. Combien de temps depuis la dernière fois qu'elle a insulté quelqu'un sous couvert de politesse, combien de temps depuis la dernière fois qu'elle a fait tourner une tête à force de remarques innocentes et de commentaires malicieux ? Trop longtemps, vraiment, les yeux pâles pétillant tandis qu'elle mord dans un sandwich et garde un œil prudent sur la si délicieuse tarte qui conclura son festin. Il est hors de question que quelqu'un d'autre y touche, matriarche prête à défendre son bien si nécessaire. Cette tarte sera son dessert, tandis qu'elle pourra imaginer son fils à cette même table, dévorant une tarte en tout points identique à celle qui atteint près de son coude.

Le sandwich est achevé, lèvres pâles poliment essuyées avant que les yeux clairs ne se reportent sur la tenancière, sourire poli de nouveau fermement en place, dissimulant la malice qui bouillonne doucement en elle, froide et enjouée. Elle espère la voir se vexer, faire un esclandre quelconque qui ne fera qu'attirer l'attention et hésiter les gens à entrer dans son établissement, simplement pour la distraction que tel spectacle lui procurerait. Ce n'est pas personnel, vraiment. Juste influencé par un reste de rancune, de vexation face à ce commentaire sur son âge, de mépris aussi à la vue de ces bijoux qu'elle ne laisserait pas même un enfant porter.

"Je ne m'attendais guère à vous croiser ici par si beau temps, je vous aurai cru occupée avec votre établissement ! Vraiment, je crois que nul ici ne s'attendait à vous vous joindre à nous pour déguster quelques pâtisseries. Mais je dois admettre vous comprendre, elles sont délicieuses, n'est-ce pas ? Il est difficile d'y résister, j'avoue les trouver sans égales, pas vous ?"

De nouveau, la tasse se porte à ses lèvres, dissimulant le tour vicieux du sourire qui étire ses lèvres, anticipation rongeant sous sa peau une distraction bienvenue ô combien différente de l'omniprésent gouffre qui pulse et broie son être, vibrant et brûlant comme l'infection qu'il est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 148
❧ PIECES D'OR : 1925
❧ AVATAR : Keira Knightley
❧ CREDITS : Box&Shock


MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   Ven 15 Juil - 21:59

Tea cake

Sereryse & Rinke


Rinke n'avait pas oublié que Sereryse était une femme difficile qui refusait de se laisser mener par le bout du nez. C'était justement ce trait de caractère - associé à la hauteur de la matriarche, qui n'avait pas piètre opinion d'elle-même - qui rendait la conversation si compliquée. Sereryse réussissait toujours à placer quelques obstacles dans la discussion, sans toutefois la couper totalement. Rinke pensait que cette femme aimait se faire désirer et courtiser. Pour cette raison, elle avait besoin de rappeler aux autres la position dans laquelle elle et eux se trouvaient. Si Rinke n'avait pas eu comme principe de toujours servir le client avant tout, sans doute aurait-elle depuis longtemps affirmé haut et fort ce qu'elle pensait de cette femme-là. La politesse ne la retenait jamais. La perspective d'en faire une cliente, par contre... Sereryse serait un si joli trophée à son tableau de chasse - si difficile à appâter que réussir à le faire serait extrêmement valorisant pour la tenancière. Venetti était donc prête à faire des efforts pour arriver à ses fins.
Malgré tout, la façon dont Sereryse refusa le thé - ne parlons pas du ton, auquel Rinke était désormais habituée - était fort désagréable. Rinke ne put empêcher son sourire de se faner quelques instants, le temps pour elle de se ressaisir et d'accepter cette petite humiliation. Car derrière les paroles de Sereryse, il y avait des insultes bien camouflées. Nul doute que la matriarche se plaçait au dessus de Rinke, celle qui s'embrumait la tête avec le thé au point d'en faire son affaire. Nul doute également qu'elle négligeait totalement les talents de Venetti avec les boissons. Le thé était sa spécialité, mais elle avait quelques connaissances en sirop. Le principe restait très proche : de l'eau, des arômes, il fallait simplement savoir doser. Oh, quelle bouffée de rage en Rinke. Elle avait envie de remettre cette femme à sa place, lui rappeler qu'en dépit de ses manières d'aristocrate, elle n'en était pas moins une Amputée, ce qui la plaçait tout en bas de la société. Elle laissa Sereryse s'éloigner, attendit de la voir le dos tourné pour cracher par terre de façon tout à fait grossière - s'il vous plaît, ne dites rien, les femmes ne sont pas censées cracher. Sa frustration plus ou moins évacuée, Rinke se dirigea vers le thé. Elle passa quelques instants à observer les différents breuvages d'un œil critique d'expert. La plupart ne valaient pas grand chose... mais celui-là, le thé noir brut, bien caché derrière les autres, semblait être d'un autre niveau. Il était vraiment noir et donnerait une couleur bien rouge lorsqu'il serait infusé. Rinke s'empara d'une tasse et de deux théières afin de faire une petite démonstration à Sereryse. Ainsi chargée, elle retourna avec moult précautions à la place où la dame se trouvait installée. Cette dernière ne lui adressa pas la parole, ce que Rinke trouva fort malpolie. Elle décida de rester silencieuse à son tour.
Posant à sa gauche l'assiette qu'elle n'avait pas forcément envie de manger, Rinke plaça tout d'abord la tasse devant elle. Elle y versa de l'eau, puis elle répéta le même processus avec la première théière. Elle retira ensuite l'eau du second récipient, plaça les feuilles de thé dans la théière vide et attendit un peu. Lorsqu'elle estima que le temps était venu, elle ajouta enfin de l'eau chaude contenue dans la deuxième théière. Elle n'avait toujours pas mangé la moindre pâtisserie quand Sereryse reprit la parole, s'étonnant de la voir en dehors de son cabaret pour manger des friandises. Très concentrée sur son thé, Rinke n'hésita pas un instant à lui répondre un peu sèchement :

« Chut. Le thé n'a pas encore totalement infusé, et je dois me concentrer pour savoir quand il sera prêt. »

Venetti surveillait tout, de la couleur à l'odeur, pour être certaine de ne pas se tromper. Elle ne devait surtout pas se tromper si elle voulait tenter Sereryse et la faire goûter au breuvage interdit.

« Pour répondre à votre question, j'étais en manque de provisions, tout simplement. Mais je ne m'attendais pas avoir l'occasion de vous faire une démonstration de mes talents en plein air. On peut dire que je suis chanceuse. »

La tarte aux pommes était désormais totalement oubliée. Elle ne valait pas grand chose comparé à l'enjeu immense que représentait le fait d'impressionner Sereryse. Rinke ne comptait pas seulement sur son charme pour conquérir les clients : sa maîtrise de son art était sa plus grande fierté. Elle aurait pu être moche et tenancière, mais jamais belle sans connaître le thé. Lorsqu'elle estima que le temps nécessaire à la préparation était écoulé, Rinke vida la tasse de son eau, puis y fit couler le thé désormais parfaitement infusé. Elle prit la peine de le goûter du bout des lèvres et le trouva divin. Elle n'aurait pas pu faire meilleur choix.

« Ce thé est parfait. Il n'a pas subi de choc thermique au moment de le servir dans la tasse, ce qui veut dire qu'il conserve intact toutes ses saveurs. Il n'a pas été infusé dans de l'eau bouillante non plus. Il est resté le temps qu'il fallait. Ce thé est le résultat d'une préparation minutieuse que vous ne sauriez reproduire, parce que vous ne connaissez rien au thé. Moi, ça me rend triste. Se dire que vous ne connaîtrez jamais ce bonheur... cela me rend triste, vous comprenez. Vraiment triste. »

La panoplie de Rinke n'aurait pas été complète sans des talents d'actrice un brin exagérés. Son air triste était poignant, mais clairement surfait. Rinke donnait l'impression d'être en plein deuil d'un être cher, ou d'un tristesse touchant à la dépression. Mais le thé, c'était sérieux, et toute raffinée que fût Sereryse, celle-ci restait opaque à ce talent magique. Elle pouvait insulter Rinke, ses robes, ses bijoux et son cerveau autant qu'elle le voulait.
Mais jamais, vous entendez, jamais ne s'en prendre au thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 290
❧ PIECES D'OR : 3385
❧ AVATAR : Nicole Kidman
❧ CREDITS : Mad Hattress & roller coaster


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   Dim 17 Juil - 22:30

Tea cake

When life gives you lemons, make lemonade


Oh, si elle savait la rage montant en Rinke, nul doute que Sereryse se serait discrètement rengorgée, ravie de voir l'autre femme offensée, en dépit du manque de subtilité que cela signifiait de sa part. Elle ne se soucie gère de n'être qu'une Amputée Sereryse, dos toujours aussi droit, port toujours aussi royal, maintenue par le fait de n'être là que du fait de la jalousie de certains et par sa certitude qu'elle parviendrait à rentrer et anéantir les responsables de son état. Et une fois Norhwenar revenu, tout reviendrait normal, elle pourrait retourner auprès de Leodeheris, et ils pourraient agir comme si de rien n'était, retourner à leurs bals et leurs visites et leurs rumeurs, leurs doigts retrouvant les nids de ragots et recommençant de nouveau à les dénouer avec agilité pour toujours faire grandir la gloire de leur nom. Elle ne se sent pas inférieure à ces gens, Sereryse, simplement éventrée, et une part non négligeable d'elle est fière de préférer la douleur à cet état dans lequel ils lui semblent se vautrer, allant de tasse de thé en tasse de thé. Elle a le même dédain pour l'alcool et le laudanum, vraiment. Tout ce qui peut compromettre son esprit et son contrôle d'elle-même est malvenu, même ses larmes. Balshilek elle est, et un Balshilek est toujours maître de ses pensées et de son corps.

Peut-être est-ce pour ça qu'elle ne prend pas offense de la manière dont la tenancière balaie sa question, son rictus toujours dissimulé par sa tasse avant qu'elle ne la repose d'un tour de poignet élégant, regard glissant vers l'autre femme et observant distraitement ses gestes, une concession visant davantage à prolonger le jeu qu'à satisfaire quelque curiosité. Que lui importe le thé ? Avant même tout cela elle le dédaignait au profit de café laiteux ou de chocolat épicé, la boisson clairement destinée aux basses castes dans son esprit. Ici, elle est clairement appréciée et de qualité infiniment supérieure, mais l'idée reste, le Thé n'est pas pour les Balshilek, les Balshilek ne se reposent pas sur le Thé. Qu'importe que Palareth en ait probablement bu, son fils a toujours eu une âme délicate, trop délicate pour l'éducation et les idées que son père a tenté de lui inculquer, elle ne lui en veut pas d'avoir gouté à cette drogue liquide, tandis qu'elle écoute les explications de sa voisine et la laisse se vanter de la qualité de son thé, regard perçant notant quelques visages qui se tournent vers elle de nouveau, comme quand elle a confessé n'être venu que pour les provisions. Cette fois, ils l'observent pour la qualité supposée de sa boisson, mais cela importe peu à Sereryse, qui se contente d'opiner poliment la tête et d'observer le liquide à la couleur limpide. Il est plaisant à l’œil et au nez. Il est sans importance réelle.

"Mes félicitations, je ne doute pas qu'il soit délicieux. Peut-être devriez-vous en préparer à la ronde, partager votre savoir-faire avec nos voisins de table."

Étrange amabilité de sa part qui la pousse à faire telle suggestion, ou l'effet de la première bouchée de tarte aux pommes, paupières abaissées et traits détendus en une expression de délice tandis que la pâte craquelle sous ses dents et que la saveur du fruit bien aimé envahit ses papilles, fondant du mince lit de compotes, saveur de la pomme rôtie, chaleur de la cannelle parsemée sur le dessus et léger gout du coing qui a permis de lustrer les fruits. Un délice, qui la fait sourire avant qu'elle ne reprenne une bouchée et n'accorde un nouveau regard à la tenancière, humeur nettement plus aimable maintenant. Elle en trouverait presque les efforts de l'autre femme pour soigner sa mise attendrissants, même si le sentiment échoue à être autre chose qu'une pensée fugace.

"Servez-vous autre chose que du thé dans votre établissement ? Du chocolat, du café, toute autre boisson ? Et j'avoue avoir entendu parler de vos filles à l'occasion, quels genres de spectacles proposent-elles donc ?"

Elle ne compte pas vraiment fréquenter l'établissement, loin de là, trop consciente qu'une Balshilek ne saurait être vue dans un cabaret, mais la tarte la ravit, et sa bonne humeur la pousse à faire ce qui pour certains serait une bonne action, tasse dissimulant de nouveau l'expression de son visage avant de laisser la place à un nouveau morceau de tarte aux pommes, délicate bouchée longuement savourée.

Reste à espérer que la tenancière sache vendre son établissement, quoiqu'un échec serait tout aussi distrayant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 148
❧ PIECES D'OR : 1925
❧ AVATAR : Keira Knightley
❧ CREDITS : Box&Shock


MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   Dim 17 Juil - 23:15

Tea cake

Sereryse & Rinke


Sereryse ne pouvait pas comprendre la fierté qui envahissait Rinke lorsqu'elle réussissait son thé. La matriarche trop gâtée n'avait jamais dû travailler comme Rinke le faisait. Elle pouvait compter sur son mari, sur sa place dans la société, sur la richesse que sa famille possédait, pour se composer une existence paisible et tranquille où on ne craignait pas de mourir de faim tous les jours. Rinke était seule. Elle n'avait personne sur qui se reposer, son travail était la seule chose qui pouvait la nourrir, et elle en avait conscience. Si elle prenait un jour de repos, Rinke gagnerait moins d'argent, et si elle répétait trop souvent cette fainéantise, elle finirait par en manquer. Elle n'avait pas le droit à un traitement de faveur, elle n'avait pas reçu d'éducation supérieure pour apprendre les gestes qu'elle répétait avec précision. Rinke s'était débrouillée toute seule pour acquérir ce savoir et elle en était fière. Ce n'était pas le fait de posséder un art qui avait de la valeur, mais tous les efforts qu'elle avait dû fournir pour y arriver. Des années de travail, d'échecs et de sacrifices pour arriver à ce résultat. Rien que pour cette raison, Rinke ne pouvait pas laisser passer la moindre insulte à ce sujet. Elle n'aurait pas hésité à dire à sa détestable non-cliente toute la vérité à ce sujet.
Mais Sereryse se montra étrangement polie, la félicitant pour posséder un tel savoir-faire et l'invitant à en faire profiter toute la tablée. Bien malgré elle, Rinke se sentit rosir de plaisir, car elle trouvait le compliment très plaisant. Elle était capable d'oublier à quel point Sereryse était une horrible personne qui tenait des propos déplaisants sur le thé. Elle pouvait lui pardonner son égarement, ainsi que sa façon subtile de la pousser à aller voir ailleurs... si jamais la dame acceptait de goûter le fruit de ses efforts. Rien d'étonnant à ce que Rinke, bien crédule, demanda avec espoir :

« Dans ce cas, vous acceptez d'en goûter ? »

N'était-ce pas ce que Rinke désirait faire depuis le départ ? Elle ne s'était jamais sentie si proche de réussir qu'à ce moment-là. Venetti comprenait désormais qu'il fallait changer la façon dont Sereryse voyait le thé. Elle n'avait pas affaire à n'importe quel Amputé de bas étage, mais à une grande dame habituée au luxe et aux produits de qualité. Rinke savait que de l'autre côté, le thé n'était pas tenu en aussi haute considération que de l'Autre Côté, et sans doute Sereryse était-elle encore habituée des préjugés de son milieu quant au breuvage divin. L'Autre Côté devait lui paraître bien miteux, en comparaison !
Rinke devait donc faire de son thé un produit de luxe, et de son cabaret un établissement de qualité, puisque Sereryse l'interrogeait à ce sujet avec un soupçon de suspicion. La tâche n'était pas aisée : si Rinke avait eu les moyens financiers et matériels de tenir un cabaret digne de ce nom, voilà longtemps qu'elle aurait écouté son ambition. Elle devait donc trouver d'autres angles d'attaque. Montrer que le thé était tout un art qui demandait patience et délicatesse était peut-être la bonne solution. Son thé valait les plus fines broderies dont une femme comme Sereryse pouvait se parer. Mais il y avait d'autres moyens : lui présenter la classification des feuilles de thé en lui offrant le meilleur d'entre eux tout en lui faisant comprendre le privilège que Rinke lui faisait, donner au thé une valeur sociale et hiérarchique qu'il ne possédait pas vraiment, utiliser des termes techniques pour l'impressionner... tout ceci était susceptible de changer son opinion.
Dégustant son thé à petites gorgées, délaissant son assiette qui ne la tentait pas vraiment, Rinke laissa Sereryse l'interroger, ravie d'avoir éveillé son intérêt :

« Le thé est une boisson supérieure, personne ne songerait à en refuser, expliqua Rinke avec sérieux. Mais rassurez-vous, mon établissement est tout ce qu'il y a de plus fréquentable. Notre devise, c'est de servir le thé avec le sourire. Mes filles ont de jolis costumes fabriqués par mes soins, rien de trop voyant, donc, et elles divertissent les clients par des spectacles tout à fait innocents. Pour vous prouver que tout le monde peut venir, nous avons également de grandes salles que nous louons pour les réunions de famille, vous savez, avec des enfants. Vous voyez, c'est convivial. »

Rinke ne précisa pas que sa situation financière précaire ne lui permettait pas de faire autrement que de prêter ses salles contre argent à ceux qui le demandaient - même si elle n'avait aucune idée de ce qui pouvait s'y passer. Mais elle avait déjà vu des enfants passer chez elle sans que cela l'ait choquée. Il en fallait plus pour la choquer, de toute manière. Une Sereryse, par exemple.
L'appétit commença à la gagner, et elle piqua du bout des doigts une pâtisserie au miel qui laissa une pellicule gluante sur sa main. La pâtisserie engloutie, Rinke se retint de justesse de se lécher les doigts comme une malpropre. Elle hésita, faillit utiliser la robe comme serviette, puis remarqua enfin un morceau de tissu destiné à s'essuyer les mains. Rinke frotta consciencieusement le bout de ses doigts, afin de s'assurer qu'il ne restait plus rien. Une fois le miel disparu, Rinke ne put s'empêcher d'admirer ses longues mains fines qui, parce qu'elles n'avaient pas beaucoup souffert du travail, étaient encore lisses et délicates.

« J'avais aussi une question pour vous, avoua Rinke tout en mirant avec intérêt ses ongles. Vous ne semblez pas porter le thé dans votre cœur. Mais dans ce cas... que buvez-vous, chez vous, pour que vous pensiez que le thé vaille moins ? Du jus de raisin blanc avec des paillettes d'or dedans ? »

N'y voyez nulle provocation : depuis que Rinke avait entendu que l'on pouvait glisser un peu d'or dans les boissons, elle cherchait par tous les moyens à en mettre dans son thé pour lui donner de la valeur. La matière première, cependant, était peut-être trop chère pour que ça vaille vraiment le coup. Mais Sereryse, cette femme qui pour Rinke ne pouvait être qu'une riche oisive trop choyée, était bien le genre à se remplir le gosier de breuvages hors de prix - avec un petit éclat de rire méprisant une fois son verre à demi-terminé et déjà abandonné, pour compléter le tableau. D'ailleurs, Sereryse devait vraiment mourir de faim pour avoir déjà fini une assiette, songea Rinke. La matriarche était sans doute plutôt du genre à gaspiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 290
❧ PIECES D'OR : 3385
❧ AVATAR : Nicole Kidman
❧ CREDITS : Mad Hattress & roller coaster


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   Jeu 28 Juil - 18:55

Tea cake

When life gives you lemons, make lemonade


Fréquentable. Elle ne va pas dans les établissements fréquentables, Sereryse, elle va dans les établissements haut de gamme où le personnel porte un véritable uniforme et non des costumes cousus par la propriétaire des lieux, où l'on retient et prête attention à vos goûts au lieu de tenter de vous imposer ceux de la maison. Elle va dans des lieux où les gâteaux sont délicats et les tasses peintes à la main, où les murs sont tendus de tapisseries et le sol couvert de tapis épais, où les plafonds ont des moulures et les chaises sont délicatement ornementées. Pas des bâtiments à l'image de leur patronne qui n'inspirent pas confiance. Non, ce genre d'établissements elle ne fréquente pas Sereryse, tandis que sa main se crispe autour de sa tasse, goût de la tarte aux pommes se faisant cendreux dans sa bouche. Elle ne comprendra donc jamais ? Ce n'est pas même une question d'être une boisson supérieure ou non, la matriarche est parfaitement consciente de faire partie de la lie de la société désormais, pour tout ce que son état est en son cas entièrement injuste. C'est une question de conviction, elle ne veut pas du Thé, tout simplement, et sa voix est froide tandis qu'elle répond, se contraignant au calme quand une part d'elle se fait sauvage et féroce, retroussant ses babines et dévoilant ses crocs en feulant, reflet de Norhwenar lorsqu'il était en colère contre le daemon d'un serviteur.

"Je bois du café ou du chocolat, tout simplement. Pourquoi irais-je dehors pour boire du vin ? La cave de mon époux est bien assez remplie, et son vin n'a nul besoin de particules d'or pour être excellent."


Du café, amer et fort, coupé de lait et parfumé de sucre, du chocolat, épais et parfumé, une infime note d'amertume sous ses effluves et ses épices. Ces saveurs lui manquent, tandis qu'elle reprend une bouchée de tarte puis une autre, le gout désormais teinté refusant de lui apporter la même satisfaction. Entre les souvenirs qui montent et l'obstination de la tenancière, elle ignore ce qui l'irrite le plus, alors qu'elle essuie délicatement ses lèvres et repose sa serviette, se servant une dernière fois d'eau et de sirop et buvant rapidement le liquide avant de se tourner vers l'autre femme, son regard froid, rage bruissant en elle alors que ses doigts se crispent. Ils veulent se planter dans ses yeux, dans ses joues, lui arracher cette pacotille, ruiner son visage et lui faire comprendre la douleur de perdre une partie de soi et de ne pas pouvoir simplement se réfugier dans les vapeurs du Thé. Elle le pourrait, Sereryse, mais elle le refuse, et la question répétée encore et encore comme si insister allait la faire céder ne fait que mettre ses nerfs à feu et attiser sa rage.

"Je vous demanderai de simplement respecter mon choix et de ne plus me proposer de Thé devrions-nous nous recroiser à l'avenir. Je conçois que le concept vous soit difficile, mais je suis certaine que vous devriez y arriver. Il vous suffira de prendre une gorgée de Thé quand la tentation sera trop forte pour vous. Bonne journée."


Une grimace en guise de sourire, et elle s'éloigne, robe bruissant autour d'elle, ne s'arrêtant pas avant d'avoir quitté le village, une escale simplement faire pour remplir une gourde d'eau avant qu'elle ne reprenne la direction du désert et du campement aux tentes rouges. Là-bas, au moins, ses choix seront respectés, là-bas au moins elle ne sera pas traitée comme une créature imbécile qui ne sait pas ce qu'elle veut. Seul Leodeheris peut la traiter de la sorte, Sereryse fulminante tandis qu'elle franchit enfin la barrière du désert, s'asseyant un instant au pied d'une dune pour respirer.

Enfin tranquille.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 148
❧ PIECES D'OR : 1925
❧ AVATAR : Keira Knightley
❧ CREDITS : Box&Shock


MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   Sam 30 Juil - 2:14

Tea cake

Sereryse & Rinke


Toute dans la contrariété. Sereryse avait gardé pour elle ses critiques concernant l'établissement Venetti - et il valait mieux, car Rinke n'aurait pas apprécié -, mais elle ne félicitait pas la tâche de la jeune femme pour autant. Pour Rinke, le thé n'était pas seulement son travail, sa boisson favorite et sa drogue, non, c'était plus que cela. Rinke vivait tellement le thé que c'était son âme. Le sang qui coulait dans son corps avait la saveur du thé, à défaut d'en avoir le goût et la couleur. Le thé ne pouvait perdre face à aucune boisson. C'était impossible.
Sereryse croyait sans doute qu'un café ou un chocolat, tout simplement, serait suffisant pour ne pas éveiller la colère de Rinke. Tout simplement. Non, les choses étaient loin d'être aussi simples et logiques qu'elle le présentait. Bien sûr que non. On ne pouvait pas boire du café tout simplement. On buvait du café parce qu'on avait envie de changer du thé ; on essayait, se délectait quelques éphémères instants, mais sans le frisson divin, tout retombait, et on revenait à ses premières amours. Ou bien on en buvait avec joie parce qu'on ne connaissait pas de plaisir supérieur. Rinke aurait bien voulu le prouver à Sereryse. Lorsqu'elle aurait goûté au thé, elle changerait radicalement son avis.
Mais elle ne devait pas laisser sa colère s'exprimer. Elle devait se rappeler les clients les plus difficiles qu'elle avait pu avoir, ceux qui n'étaient jamais satisfaits et exigeaient plus que ceux qu'ils payaient. Elle devait repenser à la façon dont elle les avait gérés, armée de son sourire blindé par la certitude d'être dans le droit chemin. Elle devait laisser les effluves du thé qui refroidissait doucement devant elle apaiser ses sens et lui rappeler qu'elle devait faire preuve de dignité en sa présence. Elle devait se contrôler. Sinon, elle laisserait Sereryse gagner. Rinke n'inspira pas profondément. Elle se contenta de boire une gorgée - le geste était infiniment plus efficace pour la calmer et la faire revenir à un niveau supportable.

« Voyons, ne soyez pas ridicule, ma chère. Vos vins ont une valeur sur-estimée. C'est leur rareté, sans doute, ainsi que tout le cérémonial dont vous l'entourez, qui doit justifier son prix. Mais c'est de la flotte, votre vin, rien que de la flotte en comparaison du thé. »

Il va sans dire que ce n'était pas le terme de flotte qui était venu en premier dans l'esprit de Rinke, mais elle s'était repris juste à temps. Pas de vulgarité en présence de Madame. Rinke savait que le langage populaire l'agaçait. Elle faisait des efforts pour ne pas choquer Sereryse, mais elle sentait bien qu'un jour, sa langue fourcherait, et que le lapsus qui en sortirait serait en fait plutôt un débordement qu'autre chose. Il ne serait pas totalement involontaire et malencontreux...
Avait-elle été trop loin ? Avait-elle prononcé des paroles malheureuses ? Ou passait-elle pour une fanatique aux yeux de Sereryse ? La pire des hypothèses, car tout le monde pensait que les fanatiques étaient fous. Rinke eut de mal à retenir une grimace lorsque Sereryse lui demanda sans faire preuve de plus de délicatesse que Venetti elle-même de ne plus lui proposer de thé à l'avenir. Elle ne se rendait pas compte de la cruauté de son ordre. Rinke avait beau avoir d'autres clients, elle était anéantie. Elle vivait l'instant présent à fond, s'engageait toujours émotionnellement dans ce qu'elle faisait et ressentait durement l'échec, même si elle savait toujours y résister en fin de compte.

« Vous... » commença Rinke, sous le choc.

La jeune femme, cependant, aurait eu bien du mal à terminer sa phrase : pour bien se faire comprendre, Sereryse s'était décidée à se lever et à mettre le plus de distance possible entre elle et Rinke. Un peu choquée, Rinke se leva à son tour, presque par réflexe, avec l'impression d'avoir été cruellement insultée. Elle avait été éconduite en public, et plusieurs personnes étaient témoin de son humiliation. Mais Venetti avait totalement oublié leurs regards, elle qui voulait tant les attirer. Elle n'avait d'yeux que pour la femme qui s'éloignait sans un regard en arrière.

« Espèce de vieille mégère ! » cria-t-elle d'un ton haineux.

Les habitants de l'Autre Côté avaient rarement vus Rinke dans un tel état de colère. Il est vrai que celui-ci n'était pas tout à fait habituel. Immédiatement après avoir exprimé le fond de sa pensée, Rinke renversa rageusement son assiette encore pleine, mais ne toucha pas au thé sacré. Sa main s'arrêta au dernier moment, puis, après un instant d'hésitation, s'empara de la tasse pour la vider d'un coup, car on ne gâchait jamais du thé. Une unique goutte déborda de sa bouche et coula jusqu'à son cou, mais Rinke ne pensa pas à l'essuyer.

« Merci pour le repas ! » déclara-t-elle tout haut avant de s'éloigner à son tour.

Saleté de Sereryse. Lui imposer un échec était déjà suffisant compliqué, mais devant tout le monde, c'était de la méchanceté pure. Quand Venetti pensait à tous les efforts qu'elle avait dû fournir pour convaincre la matriarche, elle avait envie de pleurer. Ses yeux étaient d'ailleurs un peu humides, mais elle n'y accordait pas vraiment d'importance.
Tout ce qui lui restait à faire, désormais, était de rentrer et de ruminer sur son triste sort avec une bonne tasse... de thé, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tea cake ❧ Rinke   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tea cake ❧ Rinke
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cake au thon/crabe
» Cake salé roquefort/noisettes/raisins/pomme
» le pain/cake au muesli
» SWEETIE CAKE
» cake courgette pour Weef'!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-