AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   Sam 4 Juin - 14:43

Finders keepers, losers weepers

You just might see a ghost tonight.



Oh Poussière ! Au nom du grand Machin-chose-bidule-choueps, du Thé et de la tasse sacrée, de la Montre démoniaque qui nous manipule tous, du Jour et à la lueur bienveillante de la journée, jamais nous n'aurions du suivre cet espèce d'hurluberlu étrange aux idées farfelues et stupides. Jamais nous n'aurions du accepter le deal et nous aurions du continuer nos recherches seuls. Tout ça pour une pauvre chaussure ridicule. Une perte de temps et du temps, nous n'en avions pas beaucoup.

L'épave se dresse, terrifiante, monstrueuse, horrible, mais à la fois si majestueuse, à se demander comment un navire pareil a pu atterrir au beau milieu de ce désert alors que nous ne voyons aucun passage à proximité. Est-ce que les navires dans ce monde peuvent voguer sur les mers de sable ? Je ne veux pas savoir, je n'ai qu'une envie, c'est de faire demi-tour et retourner chez Avaïane, à des kilomètres d'ici, en hurlant, pire, de laisser tomber ma mission et retrouver Balgram, dans les bras de ma femme et ma fille. Maudit Leoker. Guinerain a de la chance, blottie dans le fond de ma poche, roulée en boule, refusant de mettre le museau dehors tant que nous n'étions pas dans un endroit sûr. Oh que non, nous n'avons pas envie de passer la nuit ici, la belle étoile, très peu pour nous, et pourtant nous n'aurions pas le choix. J'avais cette envie terrible de tuer l'ex-typographe et laisser son cadavre moisir ici pour la peine.

Longue déglutition, mes jambes sont de coton et à deux doigts de me laisser tomber. Mes doigts effleurent la fourrure putoisée dans ma poche, comme si ma moitié était une source de courage, avant de me lancer. « Bon et bien allons-y, mais je maintiens que nous ne trouverons rien dans ce... lieu étrange, glauque et très peu accueillant. Quelle idée aussi pour une dame ou même une chaussure, de vouloir s'y rendre et qui plus est, en pleine nuit. Autant directement aller se promener dans le bois de Tulgey. Sauf si quelqu'un a tenté de vous faire une mauvaise blague, l’apothicaire peut-être ? C'est bien son genre. » Je finis par me mordre la langue, si je la laisse s'emporter avec ma nervosité, j'allais m'étouffer avec.

A peine un pied posé sur le bois, que la carcasse se met à grincer dans tous les coins. Au secours. Je serre les dents, me collant autant que possible à l'amoureux et l'inconditionnel des angles, prêt à le faire passer devant en guise de bouclier humain sans aucun scrupule. Certes, la lâcheté, ce n'est certainement pas l'un de mes traits de caractère, mais lorsqu'il s'agissait d'une aventure nocturne dans un endroit louche, c'était autre chose. L'exploration commence donc sur le pont, moi qui rêvait de ce genre d'émotions et de périples en étant petit, maintenant que j'y étais, ça avait un tout autre goût.

Un craquement d'origine inconnue retentit, retenant un cri que Guinerain extériorise par un couinement provenant du fond de ma poche, le tout alors que j'ai sauté littéralement dans les bras de mon acolyte. « Dites, ce n'est pas cette fameuse épave dont tout le monde parle ? Celle qui est h...haan...hantée par hasard ? Oh Poussière ! » Mon murmure est à peine audible, décrispant mes muscles comme je le peux pour retrouver le plancher avec mes pieds. Ma furette de Daemon fini par escalader ma redingote pour rejoindre ma nuque, préférant soudainement user de sa vision nocturne aiguisée, contrairement à sa myopie en plein jour, afin de dénicher la moindre anomalie ou... éventuel fantôme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 142
❧ PIECES D'OR : 422
❧ AVATAR : David Tennant
❧ CREDITS : (c) schizophrenic


MessageSujet: Re: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   Ven 10 Juin - 23:05

Chaussure en détresse

Les théories du complot du détective Leoker et du docteur Palareth


Il fallait à tout prix retrouver cette chaussure. Pas qu'elle avait une quelconque valeur monétaire ou sentimental, c'est surtout quand sans cette chaussure, l'ancien typographe boitait en gémissant, comme si on lui avait arraché un pied sans le moindre anesthésiant, cela devenait irritant, même pour lui-même. Il s'était alors mit à écouter les rumeurs qui vagabondait aux cœurs de certaines forêt, il paraîtrait qu'une chaussure se baladait dans une épave de bateau... Une histoire assez folle pour que l'homme y croient sans demander une quelconque explication, mais ignorant où se trouvant ce lieu, il se mit dès lors en recherche d'un partenaire de route pour trouver cet antique navire égaré. C'est donc par le fenêtre qu'il entra chez l'horlogère et trouva un visage familier, lointain, vague comme l'océan mais qu'il semblait connaître. C'est ainsi que leur chemin se croisèrent une nouvelle fois, en échange d'un petit bout de chemin, il devait l'aider à retrouver une femme, une blonde paraît-il, peut être rousse même, il semblait douter quelque peu... Mais au fond, Leok il s'en fichait bien, même s'il a prétendu savoir où ma trouver, il n'en savait fichtrement rien, comme il avait déjà oublier comment il était arrivé ici.

Enfin bref, le chemin fut long... Ou court peut être, le regard vide pencher sur une montre ronde, chose qu'il avait apprit à tolérer depuis que son chemin avait croisé celui de la ''grande'' Balgram un bref instant. Il ne comprenait pas le mécanisme de cette chose, ni le sens des chiffres et des aiguilles sur le cadran, mais il avait prit la manie de l'observer fréquemment de longue seconde, sans rien comprendre. Tandis que face à eux se dressait la sombre épave. Lieu sinistre qui pouvait animer lme moindre esprit fertile, enfantin, influençable. Tandis que de son côté, l'ancien typographe n'était pas du tout adepte de fantaisie, il ne voyait aucune menace à ce lieu lugubre, juste un léger frisson qui lui parcouru l'échine. Il soupira bruyamment avant d'articuler quelques mots avec énergies.

« Je ne connais aucune apothicaire... » Il avait déjà oublier la femme qui était à l'origine de cette disparition, son dernier séjour dans les méandre de ce fameux bois aspire souvenir avait effacé plus que prévu et aggraver ses soucis de mémoires. « Et voyons ! Un peu d'audace ! Le bois de Tulgey est très agréable en cette saison, très beau sous cette lumière, parfait pour un petit somme... Mais on s'égare. Enfin, je m'égare... Quoique, comment on est arrivé ici déjà ? » Il marqua une pause. « Bon, ce n'est pas grave, sans doute une ellipse. »

Et il fit le premier pas dans la sinistre épave. Une exploration minutieuse et en profondeurs s'imposait pensa le brun, mais son compagnon de fortune ne lui laissait pas une minute de répit, il lui bondit littéralement dans les bras en un instant. Leoker soupira une nouvelle fois. « Qu'elle est ce couinement ? Tu as quelque chose dans ta poche ?... » Il fut surpris en voyant la boule de poil grimper sur l'épaule de son partenaire d'aventure et fit un bond en arrière en le lâchant brutalement sur le sol. « Qu'elle est cette chose poilue ?! C'est... C'est trop courbé, ça manque d'angle... » Il y avait une limite, très large limite, à son ouverture d'esprit sur les courbes. « C'est ignoble... Laisse moi deviner, tu as trouvé ça de l'Autre-Côté, c'est ça ? Quand je dis que cet endroit est malsain... On ose me traiter de fou ! » Puis le silence tombe, le brun semble bloquer sur la fin de sa phrase, il ne bouge plus un muscle pendant quelques secondes avant de rouvrir une nouvelle fois la bouche tandis qu'un autre craquement étrange résonne dans l'obscurité. « Bon ! Il faut que je retrouver cette chaussure, j'en ai assez de n'en portait qu'une, je ne me sens pas droit... Je me sens comme une courbe. Donc, un peu de cran voyons ! Tu ne vas pas me dire que tu crois aux fantômes ? Ça n'existe pas les fantômes, ce n'est que le fruit d'une imagination fertile. Les bruits que tu perçois sont soit dut à nos pas ou au vent, c'est un vieux véhicule, on a plus de risque de passer au travers du bois que de rencontrer un fantôme. » Un nouveau craquement, encore plus proche cette fois, juste sous leur pied. « Et tu ferais mieux de rapidement te relever au lieu de rester assis comme un ahurit, je pense qu'on va bientôt tomber... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   Dim 12 Juin - 22:04

Finders keepers, losers weepers

You just might see a ghost tonight.



Guinerain serait mes yeux et avec un peu de chance, je parviendrais à semer l'autre hurluberlu grâce à elle. Sa vision ne serait pas aussi aiguisée que celle de mon daemon après tout, même si ce type était tellement louche qu'il pourrait très bien être un individu mutant avec des capacités étranges et hors normes. Peut-être même qu'il était lui-même un fantôme habitant dans cette épave, prêt à faire de nous ses nouvelles victimes et nous découper en parfaits petits cubes anguleux. Je ne suis même pas certaine qu'il sache comment tenir un couteau. Tu as vu sa démarche ? Alors qu'il lui manque juste une chaussure ? On dirait qu'il vient de se faire couper une jambe. A mon avis on devrait pouvoir le semer rapidement. Elle n'a certainement pas tord, plus un névrosé étrange qu'un individu dangereux donc.

Et l'autre déblatère, se demandant ce qu'il lui prenait alors qu'il avait parlé d'une chaussure disparue à cause d'une apothicaire. Il devait avoir des fuites quelque part. Ce n'est pas qu'un somme qu'il y a fait, ça c'est clair. Au moins notre conversation mentale à la don de nous rassurer un brin. Sans Guine, j'aurais probablement déjà fait demi-tour depuis longtemps et en hurlant. Le pire, c'est que le dit Leoker semble tout à fait à l'aise, comme si se trouver sur une épave hantée (enfin soi-disant) était la chose la plus normale et rassurante au monde. Poussière, où sommes-nous tombé et dans quoi nous sommes-nous embarqués...

« La "chose" ne vous permet certainement pas, espèce d'orchidoclaste, nodocéphale et coprolithe alburostre. Si vous êtes assez tête en l'air pour avoir oublié jusqu'à l'existence même de votre daemon, je vous prie de ne pas insulter celui d'autrui. Sachez également que mes griffes et mes crocs sont parfaitement acérés et que votre chaussure survivante n'y résisterai pas bien longtemps à défaut de pouvoir vous mordre les doigts. » La demoiselle est vexée et je peux parfaitement le ressentir à travers notre lien, riant intérieurement de sa tirade et approuvant les diverses insultes pour le moins originales. Hélas le rire interne ne durera pas bien longtemps, oreilles et yeux guettant l'origine des divers bruits étrangers qui nous entoure. Nous n'aimons pas ça, pas du tout même et les sueurs froides commences à m'envahir, en oubliant presque l'autre qui déblatère encore et encore.

Au énième craquement sinistre, s'en est trop, jambes entamant un demi-tour d'elles-même alors que mes lèvres s'ouvrent pour exprimer mon repli stratégique guidé par l'instinct de survie. Hélas pas le temps de sortir le moindre son, ni même d'inspirer, le parquet du pont s'effondre sous mes pieds, nous faisant disparaître un étage plus bas, dans la poussière et les débris de planches miteuses. Pour tomber, il avait vu juste le coprolithe. Mon dos venait de percuter le sol violemment, me coupant le souffle l'espace d'un instant et m'empêchant de crier. Ma première pensée va à Guinerain, doigts cherchant ses poils que j'agrippe en douceur pour la ramener dans mes bras. Je me redresse comme je peux, laissant tout de même échapper un « Vivant » douloureux. Voilà que l'épave elle-même ne voulait pas me laisser partir, m'entrainant dans ses profondeurs.

Mon pouls cogne dans mes oreilles, résonne dans notre lien, nous sommes en plein cauchemar. Et là, c'est le drame, nouveaux grincements tout autour de nous, décors digne d'un roman d'horreur avec le mobilier laissé à l'abandon et, si nous n'hallucinons pas, ce qui semble être des ossements humains. « Oh Poussière ! Hors de question de rester une seconde de plus ici ! Remontez-moi, vite ! » « Sauf si vous êtes du genre à chausser une grande taille, on a ce qu'il vous faut. Enfin si dépouiller un tas d'os n'est pas contre vos convictions personnelles. » Je me serais bien passé du commentaire amère de ma moitié qui concrétise la chose, visiblement plus vexée par le brun qu'effrayée, bien que je soupçonne que ce soit plus pour tenter de me rassurer en paraissant détendue et détachée, ce serait bien son genre.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 142
❧ PIECES D'OR : 422
❧ AVATAR : David Tennant
❧ CREDITS : (c) schizophrenic


MessageSujet: Re: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   Dim 19 Juin - 23:47

Chaussure en détresse

Les théories du complot du détective Leoker et du docteur Palareth


Crac et boum ! Ces deux mots résumaient bien les événements qui venaient de se produire, voilà que son compagnon de fortune venait de faire une chute presque mortel accompagner de sa boule de poil onduleuse. L'ancien typographe était dès à présent seul au premier étage, un certain malaise s'installa dans l'esprit pourtant rationnel... Il n'était pas complètement rassurer par cette expédition et les cris de son camarade n'allait pas arrangé la situation... Par contre, les paroles de la boule de poil si. Des chaussures ? Une paire complète ? Une lueur d'espoir rayonna dans ses yeux, celle de pouvoir enfin troquer ses vieilles chaussure urbaine pour une vrai paire de chaussure de marche. Même s'il éprouvait un attachement inconnu pour ce qu'il baladait au pied jusqu'à aujourd'hui, sans doute dut à un passé lointain... Ou peut être parce qu'elles valaient une petite fortune ces chaussures. Mais oui ! C'était vrai, il les avait commandé a un cordonnier plutôt réputé de Balgram, mais évidemment, cela était un détails qui était passé aux oubliettes, comme sa femme, ainsi que la crise de celle-ci face à cet achat inconsidéré à ses yeux. Quelle radine, surtout que le compte en banque était quand même au nom des Grersath, pas a celui de l'épouse. Enfin bref, l'esprit du brun s'égare quelques instants dans la pénombre avant qu'il décide de bondir dans le vide sans crier gare. Geste fou car la chute fut bien plus brutal qu'il l'avait calculé.

Tombant sur les fesses il étouffa un hurlement de douleur tout en lançant un regard furieux au plafond, il avait compter pas plus de trois mètres, cela semblait plutôt être le double presque. Il fulminait autant de douleur que de colère face à cette terrible erreur de calcul. « Malheur ! Maudite courbe... Heum, pas pour t'insulter la boule de poil. » Son regard se tourne vers le squelette chaussé, il attrape brutalement l'objet de sa convoitise en se relevant avec quelques difficultés. « Elles sont trop grande ! Tu vois ça petite chose poilue ?! C'est du quarante quatre, moi je fais du quarante trois ET DEMI ! Pas du quarante trois, ni du quarante quatre, mais dut quarante trois ET DEMI !... Mais je les gardes quand même. Elles sont élégantes... ça me plaît pas trop mal, même si c'est pas ma pointure. » Il soupire longuement. « Mais nous ne quitterons pas cette épave sans avoir retrouvé ma chaussure. C'est important, c'est... Cher... Oui, très cher... » Son esprit s'égare à nouveau dans les méandre du passé, les pièces qui glissent entre ses doigts et qui s'écrase sur le parquet de bois, les bruits de la ville, le brouhaha des usines, le quotidien assommant de ce monde qu'il a abandonné, les cris, éclat de voix, l'odeur du pain bien chaud tandis qu'un profond silence s'abat dans l'épave. L'espace de quelques secondes (un flash-back à la Willie Wonka) sa tête est pleine de souvenir, ceux de l'enfance se mêlant à ses derniers jours de vie normale.

Puis c'est le retour à la réalité. « Euuh... Que vient-il de se passer ? Je crois que.. J'ai dut m'égaré. Hum, qui êtes-vous ? On se connaît non ? Vous êtes pas de la famille d'un chapelier ou d'un cordonnier, non ? Dommage, j'aurais bien besoin de nouvelles chaussures... Et un chapeau, je serais pas contre un fèze, rouge de préférence ! Ou sinon, une lanterne, il fait bien sombre ici ! Si vous voulez, j'ai des allumettes. » Il sort un paquet usé de sa poche, légèrement écrasé, loin d'être complètement intacte. « Je l'ai piqué dans une cabaret qui appartient à une vraie folle, vous savez... Ici les femmes sont pas vraiment fréquentable, elles sont effrayantes je trouves en général, du moins quand elle sont plus grande que... Que ça... » Il montre dans le vide et la pénombre une taille au hasard, sans réellement savoir ce que cela faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   Lun 20 Juin - 11:44

Finders keepers, losers weepers

You just might see a ghost tonight.



Je m'efforce de ne pas penser à la pénombre, à l'obscurité qui nous a engouffré dans ce trou glauque et plus que sinistre. Je me fie à la vision de ma moitié, plus adaptée à ce genre de luminosité qu'en plein jour, elle y voit à merveille grâce au quelques rayons de la lune au dessus du trou. Au final, j'aurai largement préféré me fier à mes yeux et ne pas détecter le tas d'os qui semblait presque nous observer, provoquant un frisson qui remonta le long de mon échine, hérissant le poil de la furette au passage. Vivement que l'autre nous remonte.

Ou pas. Cet idiot préfère sauter dans la gueule du loup comme un abruti. Mes yeux s'écarquillent face à la stupidité de ce geste, Guinerain regrettant amèrement son sarcasme. Poussière nous n'aurions jamais du nous dire que cet individu dissimulait probablement un cerveau dans sa boite crânienne avec ses belles paroles sur les cercles et les angles. « Retiens-moi ou je vais lui dévorer les pieds, est-ce possible d'être stupide à ce point ? » Les tensions augmentent dans le si petit corps qu'est Guine. Personnellement, je crains qu'il nous arrive malheur s'il vole les chaussure d'un défunt. Je ne crois pas aux fantômes. Enfin avec une certaine marge et dans certaines circonstance ( probablement un peu trop proches de celles-ci ), mais le respect d'un mort est une notion fondamentale pour ne pas s'attirer ses foudres, du moins il me semble.

« Dites, je doutes que ce soit une bonne idée de le voler, on ne sait jamais s'il se réveille pour nous enfermer encore plus. Vous devriez les reposer. Puis s'il était mort d'une maladie contagieuse qui se transmet par les pieds ? Leoker ? Leoker ! » Ma main s'agite devant son regard qui semble à des kilomètres d'ici. La chute a du lui donner un trop gros coup sur la tête, voilà qu'il reste figé. A moins qu'il ne soit... je déglutis, n'osant pas imaginer si nous faisions face à un esprit qui le possède pour avoir osé le voler. Fort heureusement, il reprend ses esprits. Enfin si on pouvait qualifier ça de "reprendre ses esprits". Il semble avoir tout oublié. Oh Poussière ce n'est pas le moment !

Mes doigts se referment autour des allumettes, y voir clair me permettrait d'analyser son crâne. Guine me ramène une chandelle dans sa gueule, essayant de faire craquer quelques allumettes qui se révèlent être plus que récalcitrante, probablement en partie la faute de mes doigts tremblant. « Poussière vous auriez pu prendre soin de ses pauvres allumettes, elles sont déjà à bout de souffle avant même d'avoir été utilisées ! Vous vous êtes cogné la tête en tombant ? Je ne suis pas cordonnier et encore moins chapelier, mais bouquiniste et ex-greffier. Foutues allumettes ! Comme si c'était le lieu et le moment pour me défier ! Ah voilà ! » La petite flamme s'allume enfin, bien qu'elle ne suffit pas à éclairer correctement la pièce, mais elle aiderai probablement Guine à dénicher une sortie. « Je ne vois rien sur son crâne, je crois qu'il débloque complètement. Nous cherchions une femme et accessoirement votre chaussure vous vous souvenez ? Nous sommes dans une vieille épave miteuse et effrayante où vous avez à tout prix voulu nous emmener. C'est Palareth, Palareth Balshilek et Guinerain, vous vous souvenez ? »

Ma moitié tente tant bien que mal de briefer l'énergumène tandis que je suis en plein dilemme à propos d'une pauvre poignée de porte. Est-ce que c'était une bonne idée de nous perdre un peu plus ? D'autant plus que je suis presque certain d'avoir entendu un craquement sinistre de l'autre côté. Fichue peur de l'obscurité et de la nuit noire. Pas le choix de toute manière, nous n'avons rien pour remonter par là où nous étions entré par mégarde. J'ouvre, ouvrant la voie sur un long corridor auquel était rattaché de nombreuses portes. On se croirait presque dans les sous-terrain du Palais de Justice, sans les gardes. Je fais signe à l'autre de nous suivre, Guinerain ouvrant la voie à peine une trentaine de centimètres devant mes pieds.

Nouveau craquement, cette fois dans notre dos, je me retourne à la hâte et dans un sursaut, prenant tout de même soin de ne pas éteindre la flamme au passage. Je suis presque certain que ça vient de la pièce que nous venons de quitter et d'y avoir aperçu une ombre. Je deviens probablement fou. « Le squelette ! Je suis presque certain qu'il a bougé ! C'était lui ! Vous n'auriez jamais du toucher à ses chaussures ! Maintenant il veut probablement notre mort à nous aussi ! Je suis trop jeune pour mourir ! J'ai une femme et une fille ce n'est pas juste ! » « Pal, c'est probablement une planche du plafond qui est tombée, calme-toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 142
❧ PIECES D'OR : 422
❧ AVATAR : David Tennant
❧ CREDITS : (c) schizophrenic


MessageSujet: Re: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   Sam 9 Juil - 1:09

Chaussure en détresse

Les théories du complot du détective Leoker et du docteur Palareth


« Mais du calme voyons ! Écoutez votre charmante boule de poil au lieu de vous lamentez monsieur.... Guinerain, c'est ça ? Excusez moi, il paraît que j'ai quelques soucis de mémoire. Du moins, c'est ce qu'on me répète souvent. » Un nouveau craquement bruyant interrompt le brun... Est-ce que son compagnon de voyage avait finalement raison ? Peut être que le vieux squelette derrière eux était peut être posséder par l'esprit vengeur d'un pirate arraché dans la jeunesse de l'âge. Non, la rationalisme de l'ancien typographe, et sa capacité de concentration médiocre, balayèrent cette hypothèse aussi rapidement qu'elle était venue. L'étrangeté poilue qui accompagnai le gars paniqué avait sans aucun doute raison, ce n'était que le craquement du bois. C'est vrai après tout, ce bateau avait des centaines, si pas des milliers, d'années... Leoker doutait pour le millénaire d'agonie de cet immense bâtiment marin. Mais qu'importe, il se baisse dans l'obscurité, tentant d'attraper quelque chose qui avait la consistance d'un morceau de bois avant de fouiller dans ses poche à nouveau, cette fois à la recherche d'une moitié d'écharpe qu'il avait d'abord trouver complète avant de perdre une moitié... Une autre histoire fabuleuse, comme celle des champs de thé qui lui revient en tête, mais encore une fois, c'était pas très utile de raconter ça a un personnage qui tremble comme une feuille, il n'y porterait sans doute aucune attention. Leoker soupira longuement en tentant de réaliser son chef d'oeuvre sans rien laisser tomber, pas facile quand on « jonglait » presque avec un morceau de bois, une demi écharpe et une boite d'allumette entre les doigts. Il se tortillait dans tout les sens dans le noir presque absolu.

Finalement, il obtenu le résultat tant voulu et craqua une allumette en tentant d'enflammer une première fois la torche. Sans succès, il se brûla le bout des doigts. Agacé, il tenta avec deux entre les doigts, un nouvelle échec, une faible braise commença a faire luire la torche improvisé dans les ténèbres. Encore plus agacé, l'homme tenta une nouvelle fois avec deux allumettes entre les doigts et une troisième entre les dents. Instant de folie qui signa pourtant l'embrassement complet de l'objet. Cela commença par une faible lueur qui s'élargit au fil des secondes, s'étant presque brûlé l bout du nez, Leoker soupire d'aise.

« Fichtre... C'est donc comme ça qu'on fait une torche ? Je me surprends moi-même. Alors... Qu'est-ce qu'on fait déjà ici ?... Ah oui ! Ma chaussure ! Vite, il faut remonter, j'en suis certain maintenant, elle est pas ici. Quel fou abandonnerait une chaussure ici ? Sûrement pas moi. Il faut qu'on remonte mon ami et qu'on aille au delà de cette épave. Elle est bien trop sinistre... Et vous tremblez comme une feuille, je n'aime pas les gens qui tremblent comme des feuilles, prenez exemple sur votre... Euuuuuh, excusez moi, mademoiselle ? Qu'est-ce que vous êtes au faîte ? En dehors de fort onduleuse évidemment. »

Bien entendu, l'esprit de l'amputé avait effacé plus d'une base scolaire en plus de la majorité de ses souvenirs à Balgram. En réalité, il savait a peine lire, écrire, compter et calculer l'heure... Par contre, il avait développer un don pour la cuisine. Certaines connaissances, habilités, comme lassé ses chaussures ou s'habiller étaient instinctive, il ignorait d'où elle venait. Une éducation passé effacer, ainsi que le tact qui allait avec, une cohérence réduite en miettes ainsi que de nombreuses connaissances, par contre une vrai vocation pour la maîtrise de la poêle découverte. L'Autre-Côté avait fait d'étrange dommages dans l'esprit de ce pauvre proscrit de la société.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   Dim 10 Juil - 15:29

Finders keepers, losers weepers

You just might see a ghost tonight.



L'exaspération de Guinerain ne fait qu'augmenter alors que Leoker évoque ses problèmes de mémoire après avoir confondu nos noms. Je suis certain qu'elle l'aurait déjà mordu quelque part depuis longtemps si cela ne risquait pas de nous faire du mal. Elle en rêve et rêve probablement que je lui mette une bonne gifle pour qu'il se reprenne, mais encore fallait-il que je me reprenne moi. La furette se frotte un bref instant contre ma cheville, comme si cela pouvait me transmettre un brin de courage.

Je ne prête pas attention à ce que fait l'amoureux des angles avec son amas d'objets sorti de nulle-part. Ce fut plus Guine qui s'interrogea, se demandant ce qu'il pouvait bien faire avec une écharpe (certes, incomplète) au beau milieu du désert. Elle ne chercha pas plus que ça, jugeant Leoker comme définitivement à côté de la plaque. Puis la lumière fut, plus efficace que ma vulgaire chandelle qui n'éclairait pas grand chose. Au moins il avait le sens du bricolage, même s'il s'était probablement brûlé à diverses reprises.

« Retiens-moi ou je vais faire tomber quelque chose sur son crâne pour l'assommer. » Notre lien bouillonne, éveillant aussi ma contrariété alors que je commence également à éprouver cette envie de l'étrangler. Poussière, tout ça pour rien, coincé dans un endroit sombre et sinistre à cause d'un élan de folie de la part d'un fou à lier. Ma moitié craque avec la dernière question qui semble ajouter la goûte de trop. Elle montre les crocs en sa direction dans un grognement furtif avant d'ouvrir la gueule, le poil irisé le long de la courbe de son dos.

« Est-ce que vous vous fichez de nous espèce de coprolithe alburostre ? Vous êtes d'abord persuadé qu'elle est ici et puis vous êtes persuadé que non ! Vous le faites exprès ! Vous vous rendez bien compte que vous avez mis mon Palareth en danger avec vos idioties ! Et s'il s'était tué dans sa chute ou blessé au beau milieu de cet endroit sinistre et perdu au milieu de nulle part ? C'est clair que votre cervelle ne doit pas être circulaire, ça ne tourne pas rond du tout ! Et pour votre information, puisqu'en plus vous semblez être dépourvu de toute éducation, sachez que je suis un furet, mustela putorius furo si vous voulez jouer sur les noms scientifiques. »

Le ton est amer, forcément. Pour une fois, c'est moi qui l'empêche de continuer sa tirade, l'attrapant dans mes mains pour enfermer ensuite sa gueule en soupirant. Elle a raison, certes, mais inutile de s'emporter dans un endroit comme celui-ci. « Vous avez énervé la demoiselle, c'est malin. Je parie que c'est cet endroit maudit qui nous monte les uns contre les autres. J'ai lu un livre comme ça, où des monstres et fantômes manipulaient les pauvres bougres qui se promenaient dans leur demeure, les forçant à s'entretuer, je suis presque certain que c'est en train de nous arriver. Venez, il doit bien y avoir un escalier quelque part pour remonter sur le pont. Hors de question de rester coincé ici à jamais ! Je n'ai pas le temps pour ça. »

Je brandis ma chandelle, moins efficaces que la torche, mais plus dans une démarche d'encouragement, inspirant une longue bouffée d'air pour gonfler mon poitrail. On vaincra ces pirates, ou marins, ou fantômes, ou que sais-je. J'ose à peine ouvrir les portes, retombée de mon soudain pic de courage au bout d'une minute, ne trouvant rien de bien intéressant à part d'autres pièces sinistres et le son du parquet qui crisse sous nos pieds. Un espoir fini tout de même par apparaître au bout d'un moment, une lumière faible créée par la lune extérieure. Probablement un escalier menant à la liberté qui ne devait plus être très loin. « Oh poussière ! Quelque chose vient de me toucher l'épaule ! Leoker dites-moi que c'est vous par pitié !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Finders keepers, losers weepers » ❧ Ft. Leoker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si on évoque les meilleurs keepers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Champs de Thé du Sud :: Epave fantômatique-