AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]   Dim 1 Mai - 13:56

I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back.

“We get to choose who we let in to our weird little worlds.”


   

Elle habitait bien les beaux quartiers non ? C'est ce que pensait Cornelius, mais il ne se rappelait plus vraiment. Tout fraîchement sorti de l'Autre coté, il était dans tout ses états quand il a vu que son père n'était plus là. Il ne savait que faire, mais Baba, sa douce et tendre Baba pourrait l'aider. Il le pensait, il en était persuadé. Mais où était-elle ? Le mélange qui s'est fait dans la tête de Cornelius ne lui permettait plus de s'en rappeler. Il avait beau demander aux fleurs, ces dernières ne répondaient plus. Pourquoi ne lui répondaient-elles plus ? Les avait-il vexé d'une quelconque manière ? Tant de questions que se posaient Cornelius dans ses heures sombres. Il avançait dans les rues, à la recherche de souvenir qui se serait caché sous les pavés, entre les murs ou sous les fenêtre. Plus il avançait dans la ville, plus les rues devenaient propres, il avait quitté les Limbes. Il allait bientôt être l'heure du thé. Cornelius secouait la tête, non, ici c'est interdit. Pas de thé, plus de temps.

La nuit arrivait doucement, comme on caresse une main, elle caressait le ciel. Cornelius ne sachant plus où il se trouvait, s'assit dans un coin de rue, près d'une fenêtre où des fleurs étaient posées. Il mit ses jambes contre son torse, les maintenant avec ses bras. Il n'était pas vraiment à sa place ici, il le sentait. Mais il était perdu. Il avait faim, il avait soif, il voulait du thé et il avait froid. Mais il savait que plus il allait avancé, moins il se retrouverait dans ces rues pleines de personnes qui changent de trottoir quand elles le voient. Avait-il quelque chose sur le visage ? Il avait prit l'habitude qu'on l'évite à l'école, mais pas dans la rue. Quand il y repensait, c'est vrai que sa chère Irwin n'était plus là pour rassurer les gens. Pour leur montrer qu'il n'était pas plus un monstre qu'eux. Il serait bon de leur dire qui sont les vrais monstres ici.

Un homme qui passait donna un coup dans le pied de Cornelius. « Bouge d'ici, tu n'es pas chez toi. » Cornelius aurait pu tombé plus bas que le sol avec ce coup. Alors qu'il prenait une inspiration pour répondre à l'homme, ce dernier passa son chemin. Et ils osent traiter les amputés de fous, mais qui sont-ils pour dire ça ? Cornelius claqua sa langue contre son palais. Quel homme détestable.

L'heure passait et il faisait de plus en plus froid. Les rues se vidaient et les passants ne passaient plus. Plus à cette heure, il n'était pas tard, mais la fraîcheur du vent les dissuadaient sans doute de sortir. Ils y en avait qui continuaient de passer, les plus courageux s'approchaient de Cornelius, les héros lui faisaient un reproche ou un coup. Il tentait de leurs répondre, certains l'ignorait, d'autres lui répondaient par un coup. Aucun n'avait été digne de sa fortune. Non, pas un n'avait eu l'amabilité de lui souhaiter bon courage ou encore de lui donner un rien. Pas même un bonjour. Cornelius en venait à regretter l'Autre Coté. Fous mais aimables et plus digne d'être sain d'esprit que tout les habitants de cette ville.

Cornelius utilisa sa main comme brosse pour dépoussiérer ses épaules. Remettre sa chemise comme il se doit. Il aimait que les choses soient bien faite. Même si dans ces lieux, à cet instant, ça n'en valait pas vraiment la peine. Il se rassit correctement. Une silhouette au loin se dessinait. Cornelius se créa un jeu, Coup de pied ou injure ? Peut-être les deux. Oserait-il y mettre les mains ? Pourvu qu'il ait sur lui un peu d'eau pour les laver ensuite. Je ne voudrait pas être cause de maladie pour ce brave monsieur. Il riait seul à ses blagues. En temps normal, les fleurs auraient ri avec lui. Il regarda le pot au dessus de lui. Pas une bribe de rire ne se faisait entendre. La tristesse lui revînt, plus pesante qu'avant. La silhouette s'approcha. Cornelius ferma les yeux, fort, comme si regarder allait le tuer. Mais il avait beau attendre, rien. Il allait applaudir. Oui c'est ça, il voulait applaudir, mais n'ouvrait pas les yeux, pourtant les pas s'étaient arrêtés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]   Lun 2 Mai - 11:43

Tea Time

Rien de tel qu'un thé au coin du feu



L'air se fait frais dans les ruelles, soleil disparaissant derrières les habitations et remparts lointains pour ne laisser que le noir oppressant qui, selon moi, dissimule d'horribles créatures dans ses ombres, prêtes à vous saisir par les pieds avant de vous dévorer avec un appétit vorace. Fort heureusement, le quartier est éclairé grâce à quelques réverbères bienveillants. Cela doit être un beau travail, allumeur de réverbères, chasseur d'obscurité et de cauchemars, armé de flammes chaleureuses. Je suis probablement trop craintif dans le noir pour ce genre de chose. La clef tourne dans la serrure, se glisse dans ma poche où s'est enroulée Guinerain, museau dépassant à peine lorsque quelques chose d'intéressant se produit à l'extérieur. Sa vision est plus adapté pour ce type d'obscurité, au moment où moi je ne discerne que de vagues ombres sinueuses. Mes doigts effleurent un instant ses poils putoisés avant de se retirer histoire de rentrer.

Pourtant ma marche finit par se stopper, regard se fronçant alors qu'une scène pour le moins familière se déroulait au coin de la ruelle. En une seconde, la douleur fantôme revenait, le froid mordant d'il y a plusieurs mois alors que la neige tapissait les rues, les regards évitant avec soin la forme recroquevillée et affamée que j'étais. La gorge se noue en un instant. Etait-il seulement inconscient ? Perdu au point d'avoir atterrit dans un quartier où il risquait fort bien de se faire battre ? Déboussolé après un long séjour. L'individu aurait très bien pu être un pauvre avec un Daemon minuscule ou dissimulé dans ses vêtements, mais je connaissais cette expression par cœur et dans les moindres détails.

« Oh que non Pal, tu ne devrais pas faire ça. On va encore s'attirer des ennuis. » Je n'écoute pas la voix mentale de ma moitié qui sort de sa poche pour rejoindre mon épaule à l'aide de ses griffes. Elle finit vite par se résigner alors que j'ôte ma veste bien chaude pour la tendre à l'individu d'une main. Il a l'air jeune, beaucoup trop à mon goût, ce qui arrache un soupir à Guinerain, faisant écho à mes impressions en plus du fait que je ne préfère pas l’écouter. « Rentré depuis peu mh ? » La question est en partie rhétorique, esquissant un demi sourire compatissant alors que je lui faisait signe de se relever. « Une bonne tasse de thé vous ferait le plus grand bien, sans parler d'un bon morceau de tarte aux pommes. Il n'y a rien de mieux que la tarte aux pommes, enfin après le thé et quand je dis thé je parle du Thé, celui avec une majuscule vous voyez ? » Mes mots se font plus enthousiastes, attendant de voir s'il allait suivre ou non.

Mes jambes finirent par entamer leur marche, décidant de l'inviter dans la boutique, enfin dans l'arrière boutique, plutôt qu'à la maison. Liscialle me tuerait si elle me voyait le ramener après tout. La porte s'ouvre et je rallume rapidement le poêle à bois afin de faire chauffer l'eau pour le thé, dénichant une couverture pour la tendre à l'amputé. Heureusement que j'avais toujours quelques stock de thé en trop, même si selon moi, il n'y en avait jamais de trop. Guinerain préfère rester en retrait, ne pouvant s'empêcher de me voir durant son absence en cet individu, furette mal à l'aise s'enroulant autour de ma nuque. « J'en oubliais les bonnes manières. Palareth, et Guinerain. Et non l'inverse, ça aurait un côté ridicule. » La théière se vide dans deux tasses, libérant le délicieux arômes sucré qui chatouille déjà mes papilles, toujours accro et ayant besoin de ce thé si particulier et unique qui comble les maux et les blessures invisibles.

« Dites-moi, ce n'est pas un quartier très fréquentable pour quelqu'un de retour de l'Autre Côté, c'est même dangereux. A moins que vous ne soyez quelqu'un qui aime se faire maltraiter de la sorte et se livrer aux vautours et autres commères. Ça fait longtemps que vous étiez parti ? Pardon, je suis curieux, mais je ne me souviens pas vous avoir vu là-bas. Mais vous devriez retourner du côté des Limbes, les gens n'y sont pas aussi terribles qu'on le croit. Vous avez de la famille quelque part ? » Les mots s'enchainent, cherchant à ne pas l'offenser et à rester calme en pesant chaque syllabe. C'est compliqué, surtout lorsque votre langue à tendance à s'emballer trop vite. Au lieu de ça, je me contente d'une longue gorgée du précieux breuvage d'or si rare dans ce monde et pourtant si courant de l'Autre Côté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]   Lun 2 Mai - 20:40

I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back.

“We get to choose who we let in to our weird little worlds.”



Cornelius ouvre un œil, puis le deuxième. Devant lui, l'homme. Il s'était arrêté, le regard de Cornelius ne suivait pas un chemin logique, il regarda la tête, puis les pieds, puis s'arrêta sur le manteau. Il avait aperçu une boule de poil, mais le manteau attirait beaucoup trop son œil. Doucement, il saisit l'objet. Cornelius fixait l'homme, intrigué, voilà bien le premier qui es si poli avec lui. Il décrocha un sourire, et hocha la tête suite à la première question de l'homme. Cornelius ne se posa pas de questions lorsque l'intriguant personnage lui fit signe de se levé, l'amputé à bouclettes se releva si tôt. Son regard s'émerveilla quand il entendit parler de Thé. Mais, n'était-ce pas interdit ? Mais du Thé. Il proposait de la tarte aux pommes en prime, Cornelius était aux anges. Il ne comprenait pas tout, mais le Thé accompagné d'une part de bonne tarte aux pommes, ça il comprenait et ses yeux pétillaient à nouveau de la folie qu'il croyait avoir quitté en rentrant à Balgram. « Oh c'est bien aimable de votre part, j'accepte volontiers. »

Emboîtant le pas à l'homme qui possédait, de ce qu'avait vu Cornelius, la même étincelle de folie dans les yeux qu'avaient les gens de l'Autre coté. Allait-il rentrer dans une vrai maison ? Une maison de Balgram ? Si proche du centre, cela lui était presque inconnu. Il ne fréquentait que Baba, si près du centre, et pas sur qu'elle habite si loin dans la ville riche. Mais soit, Cornelius suivait gaiement cette homme. Ils arrivèrent dans une sorte d'arrière boutique. Cornelius muet observait l'homme s’affairer à chauffer l'eau. Le mystérieux bienfaiteur voyant sans doute à quel point la nuit est fraîche et à quel point Cornelius est glacé jusqu'aux os, lui prêta une couverture. Les manières de cet homme lui plaisait, Cornelius ne refusait pas. Il se réchauffait, tandis qu'il sentait monter à ses narines l'odeur incroyable, l'odeur douce et forte, l'odeur enchanteresse, dompteuse, du Thé. Voilà qu'il pensait ne pas en boire avant longtemps, Cornelius pensait devoir souffrir longtemps du manque d'Irwin sans pouvoir essayer de le combler avec une tasse de Thé.

L'homme se présenta, fort aimable. Palareth, un homme de bon cœur, cette mignonne boule de poil Guinerain. Cornelius rit, il vrai que l'inverse aurait été étrange, pourquoi ? Parce que l'homme le dit et ce qu'est étrange, c'est ce que l'on dit. « Cornelius, merci de votre hospitalité. » il avait été bref, mais le Thé coulait dans les tasses l'odeur hypnotisante du breuvage avait attiré son regard, malgré qu'il le releva aussitôt vers Palareth qui servait le Thé. Il avait l'art qu'on a de le servir, il a dû l'apprendre de l'Autre coté, aucun doute la dessus. Mais cela voudrait dire qu'il est un amputé, or il est bien accompagné d'un daemon. Il l'aurait retrouvé ? Que ne donnerait pas Cornelius pour retrouver sa précieuse Irwin.

Palareth fit sa tirade, une longue réplique, les mots s'enchaînaient mais Cornelius en avait saisi tout les sens. Il s’améliorait, ou comprenait juste très bien son hôte. Peut-être les deux. « Oh je ne suis pas de ceux qui aiment les coups de pieds, mais je dois dire que malgré ça ils ne sont pas fort aimable ici. À part vous évidement. » Cornelius frotta son nez un instant. « ça fait déjà quelque temps que j'ai été envoyé là-bas, mais je suis revenu pas plus tard qu'hier. Ou peut-être avant-hier, je ne suis plus sur. Je pense y être parti environs huit fois un mois. Ce doit être ça, peut-être plus ? Désolé, mon esprit est aussi confus que de la marmelade. » Cornelius se gratta l'arrière du crâne, comme si l'impression de le creuser l'aidait à réfléchir. « Les Limbes... Ce n'est pas qu'elles sont déplaisantes, mais j'ai voulu retrouver une personne, seulement voilà, je me suis perdu. Je n'ai plus de famille et elle est peut-être bien la seule chose qu'il me reste et j'ai voulu la rejoindre, mais cette marmelade d'esprit... Je ne me rappelle plus où elle est. ». Cornelius prit une gorgée de la boisson, la tasse entre les mains, buvant une petite gorgée pour profiter de ce qu'il ne pourrait revoir que rarement. Le Thé, quelle magnifique invention. Il en respira la fumée délicate, quel bien ce breuvage pouvait-il faire aux cœurs. « Il ne me semble pas non plus vous avoir vu là-bas, cela fait longtemps que vous êtes rentré ? » Cornelius était plus court dans ses phrases, à Balgram, il ne tenait des vrais discutions qu'avec son albatros ou Baba. Même pas son père, il était fou. Cornelius aimait couper ses phrases et laisser les autres intervenir, les écouter et juger ce qu'il en est. Il n'aurait pas pu faire avocat, mais juge, juge il le voulait plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]   Sam 14 Mai - 11:03

Tea Time

Rien de tel qu'un thé au coin du feu



Ma tête acquiesce lors des remerciements, deux doigts rassurants se portant dans les poils de ma moitié qui tente tant bien que mal d'occulter ses pensées et m'épargner son mal aise. Elle reste cassée, meurtrie, apeurée, paranoïaque même de notre séparation pour ne pas dire déchirure. Elle préfère même rester muette, laissant ma langue enchainer les mots sans même réagir, sentant à peine ses griffes se resserrer sur le tissus qui recouvre mon épaule. D'un autre côté, elle tente de ne pas attirer l'attention, ne voulant pas enfoncer le couteau dans la plaie par sa présence.

Je reprends une longue gorgée, écoutant avec soins les mots qui s'échappent de l'homme à la chevelure si... étrange. Elle me donnait presque envie de passer ma main dedans, d'en analyser la texture, la résistance des boucle, l'épaisseur. Était-ce la même consistance que la laine d'un mouton, mais teintée de noir ? Peut-être même était-ce une perruque de laine pour passer incognito ou parce que son Daemon était lui-même un mouton. « Dites, vos cheveux, ils sont naturels ? » Je secoue un instant la tête afin de me sortir cette envie de les toucher de mon esprit avant que cela ne vire à l'obsession. Je sens l'exaspération de Guinerain à travers notre lien, bien qu'encore une fois, elle tente de le dissimuler. Doucement, revenons-en aux sujets principaux, pas d'égarement.

« Je parie que c'est votre montre la coupable de cette embrouille. Les cliquetis, les déraillement de rouages, les jours qui se perdent sans que vous ne vous en rendiez compte, c'est vicieux. J'y ai passé six mois de trop à cause de ma montre, une créature infernale qui me rendait dingue et ce n'est pas faute d'avoir fait des aller-retours cher l'horlogère, Avaïane, vous avez probablement du la croiser. J'espère qu'elle va bien. Enfin soit, je divague, comme toujours. Vous devriez changer de montre donc. Je peu peut-être vous aider à retrouver cette personne, même si pour cette nuit, vous devriez passer la nuit ici. Vous être certain qu'elle vit à Valtourbe ? Mais vous verrez, ça va revenir. Enfin je crois, je ne suis pas certain que tout soit retourné à sa place dans mon cas. Dans ma tête je veux dire. Enfin surtout la langue comme vous pouvez le constater. »

Pause. Le temps de reprendre de l'air et me renfrogner un instant, regard se perdant dans le vide en comptant tant bien que mal le nombre de semaines passées dans les Limbes avant que les choses ne s'améliorent. Mes lèvres effacent un instant leur sourire, accueillant une nouvelle gorgée de thé chaleureuse. « Plusieurs mois, c'est vague. J'y suis resté un peu plus d'un an au total alors que je ne devait y rester que six. La montre vous vous souvenez. » Un blanc s'installe l'espace d'un instant, bien que la curiosité me démange de lui poser tout un tas de questions qui manqueraient très certainement de tact et dont les réponses finiraient par me rendre encore plus en colère contre ceux que je qualifie de bourreaux. Je m'installe en tailleur sur le sol, dos au poêle et face à Cornelius.

« Elle va revenir. » Contre toute attente, Guinerain fini par ouvrir sa gueule pour laisser échapper une voix hésitante emprunte de malaise, délaissant mon épaule pour descendre sur l'une de mes cuisses, lapant à son tour le contenu de la tasse par pure et simple gourmandise et appaisement. « Enfin probablement. Ça arrive de plus en plus et on ne sait pas pourquoi, mais ce ne sont plus que des rumeurs. » Elle se sent obligé de justifier sa phrase, ne pas donner de faux espoirs. J'acquiesce à ses mots, sourire se dessinant à nouveau alors que ma curiosité prend tout de même le dessus. « Tu m'as l'air bien jeune pour y être resté tant de temps. Tu as fait quelque chose de si terrible que ça ? » Je laisse tomber les formes et le vouvoiement, je n'aime pas toutes les structures de phrases trop droites et autres mots censés embellir le langage et qui éloignent en fin de compte deux individus. Je lui rempli à nouveau sa tasse, cherchant à le mettre un peu plus à l'aise, ne comptant pas insister s'il décide d'éviter la question.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]   Mer 18 Mai - 20:47

I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back.

“We get to choose who we let in to our weird little worlds.”


 

Son bienfaiteur du soir ne su se retenir de lui demander si ses cheveux étaient naturels. La question ne lui paraissait pas plus étrange que ça quoi que peut de fois on la lui a posé. « Je n'ai pas mangé de mouton pour les avoir du moins. » la pointe d'humour que j'avais appris à ajouter parfois de l'Autre coté, mettait plus de relief dans les discutions. En tout cas c'est ce dont il était persuadé, il accompagnait généralement ses blagues d'homme fade avec un petit sourire forcé, espérant que ça ne se voit pas.

La tasse reposée devant lui, Cornelius écoutait attentivement ce que disait Palareth. Écouter, c'est ce qu'il faisait le mieux et il pensait bien que Palareth aimait parler. En tout cas, aimait tout dire d'une seule traite. Tu as eu peur qu'à la fin il s'étouffe avec sa salive. Cornelius hochait la tête au fur et à mesure que Palareth parlait, on aurait pu croire qu'il faisait seulement mine d'écouter, mais en réalité il n'en perdait pas une miette. Le moindre mot a son sens, à l'envers comme à l'endroit. Quand il eut fini sa tirade, Cornelius sourit poliment, un sourire un peu plus joli que les premiers. Il se réhabituait à l'endroit sombre qu'était Balgram et le sourire avait du mal à orner ses lèvres tout le temps. Exactement comme quand il est arrivé de l'Autre coté. Sourire est une habitude difficile à prendre, mais si facile à perdre. « Vous avez peut-être raison, ma montre dois-être toqué. Pourtant je l'ai bien emmener chez Avaïne. » une petite pause, une humidification tic de ses lèvres, parler trop longtemps était quelque chose de déshydratant. « Mais vous, vous y êtes restez six mois de plus ? Quelle horreur. » prenant une gorgée de thé pour détendre ses nerfs, car les injustices étaient odieuses et tendaient tout l'être de Cornelius. Son esprit aussi bien que ses muscles.

Laissant Palareth continuer, il réchauffait le bout de ses doigts sur la tasse de thé. Être resté aussi longtemps, qu'avait-il fait pour mériter ça ? Cornelius se posait la question. Elle trottait dans sa tête comme la trotteuse d'une horloge. Décidément, le temps n'était pas d'humeur aujourd'hui. « Ma foi, ça fait long. » il bue une gorgée de thé, voulant ajouter cette fameuse question après s'être délecté du breuvage, mais avant de pouvoir ouvrir la bouche, Guinerain la jolie furette parla. Les mots auraient surpris la surprise. La voix hésitante du daemon eu l'effet d'un poignard. Un poignard qui arrive douloureusement dans la poitrine pour au final y mettre un baume. Rappelant l'absence d'Irwin et en même temps, l'espoir qu'il a de la retrouver comme Palareth a retrouvé son daemon. Puis sa justification de fit qu’atténuer la douleur vive, mais enleva également le baume. Cornelius ne pu que sourire tristement à la charmante furette. Un sourire honnête, naturel pour une fois, mais triste. Palareth ne laissa pas le silence s'installer, me posant la question que je voulais lui poser plus tôt. « J'allais vous poser la question justement. Moi je n'ai rien fait, je suis fautif uniquement d'être fils d'amputé et d'avoir voulu convaincre les hommes qui nous dirige qu'envoyer les délinquants de Balgram à une souffrance si atroce ne devrait pas être permis. » un petit rie sarcastique et un claquement de langue accompagna la fin de sa phrase. « Enfin si l'on cherche sur papier, j'ai commis le meurtre de mon professeur. » disait-il un sourire toujours aussi sarcastique sur le visage. Se léchant à nouveau les lèvres. « Et vous ? Qu'avez vous fait pour rester six mois là-bas ? » la curiosité le rongeait, il avait dit pourquoi, au tour de Palareth de raconter son histoire maintenant.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]   Mer 25 Mai - 10:50

Tea Time

Rien de tel qu'un thé au coin du feu



Dommage que le résultat de cette chevelure ne soit pas dut au fait de manger du mouton. J'aurai probablement voulu tenter l'expérience, voir si c'était plus lourd sur le crâne, si ça tenait plus chaud et ce que ça pouvait rendre. Je suis certain que ça aurait amusé Liscialle, doigts jouant à tirer sur les boucles touffues pour les tendre. Guinerain tenta d'imaginer, m'envoyant une image qui me fit presque froid dans le dos tellement elle était ridicule. Il fallait vraiment que j'occulte cette histoire de cheveux, ça commençait à devenir étrange. Le pauvre Cornelius devait se demander ce que j'avais à fixer ses mèches brunes de la sorte et j'espère qu'il n'avait pas peur. Vu son sourire, ce n'était clairement pas gagné. Répliquons donc en douceur.

« Elle ne peut rien contre les montres maudites et démoniaques qui s'amusent à nous faire tourner en bourrique. Pour ça, c'est une bien piètre horlogère, enfin je pense surtout qu'elle est beaucoup trop gentille avec ce genre de montre qui ne demande qu'à être un peu torturer pour revenir dans les droit chemin. Un bon coup de tournevis dans les engrenages, elles feront moins les malignes ! » Je prends soin d'appuyer mon opinion avec des gestes, imitant une "pauvre" montre attaquée par une main détenant un engin de torture invisible. « En fin de compte ce n'était pas si terrible, détrompe toi, je n'ai pas eu le temps de voir le temps passer, tu comprends la subtilité ? »

Mes doigts effleurèrent distraitement Guinerain, incapable de déterminer si elle était plutôt heureuse d'avoir su provoquer un sourire ou mal à l'aise face à ce léger silence. Probablement dut aussi à ma question d'ailleurs, lançant une perche dangereuse qui provoquerait peut être une crise de colère et des hurlements. Peut-être même qu'il était en réalité un véritable tortionnaire capable de nous torturer durant des jours pour avoir oser sortir ces mots. Dans tous les cas, il n'avait ni l'air d'un individu dangereux, ni d'un homme assoiffé de sang qui aime entendre les cris de ses victimes. A moins que je ne me trompe...

D'un autre côté, j'aurai probablement préféré ça à la réponse donnée. En admettant que ses mots soient vrais. Je me renfrogne, me crispe, avale une gorgée de thé, soupire, fronce les sourcils, le tout en quelques secondes seulement. J'ouvre la bouche, la referme à plusieurs reprise, note rapidement que la question est retournée. Je croise les bras sur mon torse, ce qui, assis en tailleurs comme je le suis, me donne un petit air d'enfant boudeur. Guinerain se renfrogne à nouveau, se roulant en boule sur ma jambe. « Une belle bande de sardines moisies ou de boustrophédons fous et sans âmes dont les Daemons ne sont que de vulgaires animaux de compagnies qui font croire qu'ils sont leurs moitiés. » Je me permets de compléter sa phrase, à ma manière et sur un ton qui en disait long. Second soupir, précédé par une longue inspiration.

« Longue histoire, avec des rebondissements, de l'action et tout le reste, mais sans les coups de feu, les meurtres, les histoires d'amour impossibles et tout ce qui est impressionnant. En fait, c'est un crime terriblement ennuyeux et à mourir d'ennui si tu veux mon avis. Une simple histoire de bidouillage de dossiers en douce grâce à une fonction qui me permettait d'avoir accès à toutes la paperasse du Palais de Justice, tu vois quand je te dis ennuyeux, ça concerne toujours les papiers. En très très bref et simplifié ; j'ai empêché quelques sentences et fait administrativement disparaître quelques potentiels futurs sentencés des listes. Pas de chance que tu sois arrivé après coup d'ailleurs, interdiction de remettre les pieds là-bas, ce qui me rend aussi inutile qu'une vieille chaussette à ce niveau. Non pas que j'aimais ce métier, détrompe-toi ! Encore un fois, tout est lié, c'était d'un ennui...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"I'm tired and I wanna go home, let me ride on the devil's back." • [PV Palareth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haute Fidélité et Home cinema
» HOME (film)
» Home déco
» HOME - un film de Yann Arthus-Bertrand (1:33:39)
» home déco pour un anniversaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-