AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 red line (pem)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: red line (pem)   Jeu 7 Avr - 0:33

Red line

Au delà des frontières


Tout avait commencé quelques heures plus tôt. Un instant d'égarement dans l'agitation citadine, un moment d'errance avant de se stopper net devant ce magasin de jouet, elle resta un long moment face à cette merveilleuse vitrine. Pourquoi s'arrêter ainsi ? Pourquoi admirer ces jouets de bois ? Elle l'ignorait... C'est alors qu'un petit éclat se mit a brillé dans ses yeux tandis qu'un nom résonnait dans son crâne, Helionne, la fille de Palareth et Liscialle... Elle se sentait encore gêné par la découverte de l'existence de la petit, elle s'en voulait surtout de l'avoir apprit si tard. C'était donc une occasion parfaite pour rattraper sa maladresse, c'est ainsi qu'elle décida d'entrer dans cette boutique qui allait définitivement changer sa vie, aussi ironique que cela puisse l'être, un simple pas qui change tout. Elle n'y croyait pas et pourtant... Ce doux visage, cette timidité et ce manque de conversation dégageait un certain charme au fond, même si cela semblait étrange au premier abord. Certes, le daemon était un peu le porte voix de ce charmant vendeur, mais cela restait une situation particulière. Et malgré cela, elle finit par l'invité pour boire un verre, plus tard dans la soirée, et peut être même partager un repas, il fallait le reconnaître que sous le charme d'un mutique, la petite rousse ne se reconnaissait plus. Pourtant, quelques heures plus tard elle était là, à se faire belle, sans s'intéresser aux regards de ses proches, sans pensée à ce fiancé qu'elle méprise, elle chantonnerait presque l'amour, sinistre coup de foudre. Pourquoi fallait-il qu'elle soit frappé par cet étrange phénomène ? Elle qui n'avait jamais porté un quelconque intérêt à tout cela, elle qui était devenu fragile face aux yeux angélique de la petite Hélionne. Un malheur ne suffisait-il pas ? Un éclat de tendresse encore inconnu qui s'était éveiller au fond d'elle, quelque chose qu'elle ne connaissait pas, la douceur d'une femme, le désir d'être mère, d'être une épouse, tout ce qu'elle s'était toujours refuser de ressentir auparavant.

Elle se disait souvent trop jeune, trop immature pour assumer les rôles dans lesquels on voulait la ranger, elle se disait incapable de s'occuper d'un enfant, qu'elle savait a peine s'occuper d'elle. Elle prétendait sans cesse de ne pas avoir le temps pour l'amour, pour le désirer, pour séduire, pour être une femme. Pourtant, pour la première fois de sa vie, elle s'accordait ce luxe sans en prendre pleinement conscience, sous le regard attendrit de sa mère, ignorant qui était le bel homme qui faisait battre le cœur de sa fille mais se doutant que ce n'était pas le jeune Bathion, elle enfila une robe, elle se coiffa, se maquilla comme une princesse... Puis se démaquilla un peu, de peur d'en faire trop, est-ce que déjà choisir Valcalme comme lieu de rendez-vous n'était pas de trop ? Elle l'ignorait, un doute s'installa peu à peu dans son esprit, la peur de ne pas plaire, d’exagérer certains traits, de voir sa langue fourcher, d'être maladroite... Aaah, la maladresse, son plus sombre démon, surtout sur des talons. Elle eu énormément de mal avant de maîtriser une démarche légèrement tremblante et les pavés de Balgram ne l'aidait pas a prendre plus d'assurance, au contraire. C'est donc avec difficulté, une fois prête, qu'elle rejoint l'entrée du café, un bel endroit, paisible, chaleureux qu'elle avait souvent fréquenter dans son enfance avec son père, elle se souvient des chocolats à tomber qu'ils préparaient, et de leur montagne de chantilly. Rien que d'y penser, elle avait presque l'eau à la bouche, elle essuya même furtivement un fin filet de bave qui glissait le long de ses lèvres tandis qu'Areldil, encore et toujours installé confortablement sur ses épaules se moquait d'elle. C'était bien la première fois qu'il la voyait aussi nerveuse et cela le faisait doucement ricaner, sentir le cœur de sa moitié battre à deux cent à l'heure au travers leur lien était à la fois hilarant et exaltant pour le martre. La Balshilek lança un dernier regard sombre à son compagnon, ce fameux regard qui voulait dire « Tiens toi à carreau ». Elle ne voulait pas tout rater, elle voulait être belle, gracieuse, douce... Tout ce qu'elle n'était pas quotidien, tout ce qu'elle ne connaissait pas d'elle-même.

Elle arriva finalement devant le lieu du rendez-vous, il était déjà là... Le stress monta d'un cran, son rythme cardiaque s'accéléra, mais qu'est-ce que lui arrivait ? Elle ne comprenait pas, ce sentiment était un véritable cauchemar, mais aussi d'une douceur inégalé, souffrance et aise se mêlaient dans un tango passionné, le martre gloussa une dernière fois avant de finalement se taire, il n'était pas réellement en meilleur posture que sa moitié, mais bien trop fier pour l'avouer, cette gecko bavarde... Il l'aimait bien au fond, il avait aussi été foudroyé au même instant que la rouquine. En arrivant devant le marchand de jouet, elle sourit faiblement et timidement. Elle n'était pas à l'aise, nerveuse, elle trébucha presque du haut de ses talons, un léger rire nerveux avant d'ouvrir la bouche.

« Bonsoir... Euh, merci d'avoir accepté l'invitation, je sais, c'est bizarre... » « Très bizarre même ! » s'exclama son compagnon à fourrure. « Chut toi. Heum, excuse le, il n'a aucune manière. Enfin, je me disais que ce serait mieux pour apprendre à se connaître, tu en penses quoi ? Si on entrait ? »

Elle ne savait pas quoi dire de plus, quelques heures auparavant, elle ne le connaissait pas et c'était principalement son daemon qui faisait la conversation, enfin elle n'avait encore jamais entendu l'éclat de la voix du charmant marchand de jouet, c'était peut être l'occasion... Au fond, elle avait envie de vraiment en savoir plus sur lui et un rendez-vous semblait mieux approprier qu'une conversation entre deux clients et une commande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 30
❧ PIECES D'OR : 780
❧ AVATAR : Eddie Redmayne
❧ CREDITS : Mad Hattress


MessageSujet: Re: red line (pem)   Jeu 7 Avr - 14:07

Raide-Line

Attention, danger.



La gecko s'emballait déjà, ses petites pattes ventousées escaladant le moindre objet qui passait sur son chemin. Elle jacassait au point de m'en donner mal la tête, parlant encore et encore depuis l'arrivée de cette cliente pour le moins... bizarre. Une fille de bonne famille, il n'y avait qu'à voir l'uniforme qu'elle arborait en franchissant la porte de la boutique, bien qu'elle n'en avait certainement pas les manières. Pour être femme passeuse, il était évident qu'elle avait eu une grande éducation et probablement pas mal de culot. Et le culot, c'était visiblement la chose qui était le plus ressortie lors de cette entrevue. Une femme d'un tel rang, visiblement pas encore mariée, inviter un roturier pour une soirée. La situation était délicate, plus que probablement inconvenable, parfaitement à l'envers de ce qu'elle aurait dut être et elle me mettait terriblement mal à l'aise.

Bien entendu et surtout comme toujours, Pailphech avait trop parlé et voilà que je me retrouvais à devoir enfiler un costume plus que convenable, celui porté au mariage de ma sœur cadette, histoire de ne pas faire tâche à Valcalme. Pas de doute avec le lieu de rendez-vous, c'était bien une fille de la haute. M'enfin vu le côté dévergondée, voyons le bon côté des choses, elle ne faisait certainement pas partie des plus grandes familles dont l'éducation est tirée à quatre épingle. J'avais déjà mis les pieds dans quelques unes de leurs demeures après tout, apporté quelques trésors pour leurs enfants (hors de question pour eux de mettre les pieds à Tertremine).

La demoiselle était jolie, avec un sourire radieux même, une élégance qui ferait tomber n'importe quel homme ou prétendants (qui devaient être quelques uns), mais j'aurai préféré décliner pour éviter tout risque de problème. La gecko n'avait pas voulu écouter mes pensées, se disant qu'une interaction sociale me ferait le plus grand bien, sans parler de son esprit imaginatif qui se mettait déjà à imaginer une histoire tirée par les cheveux et clichée d'une romance entre classes. Elle ne pouvait pas s'en empêcher, à chaque fois qu'une demoiselle posait les yeux sur moi avec un sourire, sa petite tête de lézarde divaguait.

Nous démarrons, parcourant les ruelles alors que l'obscurité tombe. Je n'aimais pas les beaux quartiers, la foule, les démarches droites et plus que hautaines, les regards dédaigneux et qui apportent des jugement en une seconde. Les cauchemars de mon enfance revinrent, sourires narquois des passants se changeant en moqueries insupportable dans mon esprit, me figeant tel un morceau de bois devant le lieu de rendez-vous. « On ne devrait pas rester là et filer en douce, je n'aime pas beaucoup ça sans parler que j'ai un très mauvais pré-sentiment. » « Je crois que c'est un peu tard Pem, tu es repéré. » Mon malaise était tel qu'il prenait le pas sur notre lien, Pailphech ne sachant plus elle-même si au final c'était une bonne idée. Mais en effet, c'était un peu tard, la rouquine, qui visiblement s'était préparée durant des heures, et son marte nous avaient dans leur sillage et s'avançaient.

« Tu es sûr qu'elle vient d'une bonne famille ? Elle ne tient même pas sur ses pieds ! Si ça se trouve, c'est ce qu'elle essaie de nous faire croire depuis le début. » La pensée me fait presque sourire, ayant le don de me détendre l'espace d'un instant. « Bonsoir, vous êtes magnifique. Mieux ! J'aimerai avoir des cheveux comme les vôtres, même si des cheveux sur des écailles, ce serait vraiment étrange. Pour ça j'aurai mieux fait de me fixer en un daemon à fourrure à vrai dire. D'ailleurs c'est la première fois que je vois une fourrure aussi chatoyante, moi qui pensait que ce n'était réservé qu'aux reptiles et oiseaux. Si j'avais su, j'aurai reconsidéré encore un peu mon choix. Oui Pem, je sais, je rentre ma langue et me contient. Quel rabat-joie celui-là ! » La gecko qui était passé de mes cheveux à mon épaule, sur ses deux pattes à scruter nos hôtes, même si hôtes était un bien grand mot.

Au moins la jeune femme reconnait d'elle-même que cette situation est étrange et parfaitement déroutante. Je me contente d'esquisser un sourire en coin, lui prêtant mon bras plus par peur qu'elle ne tombe que par les convenances. Le tutoiement me laisse une nouvelle fois un sentiment de malaise, comme si elle se plaisait à braver toutes conventions. J'acquiesce à ses mots, entrant dans le lieux aux odeurs sucrées et qui tiraillaient déjà mon estomac. Il ne valait mieux pas penser aux prix, espérant secrètement qu'elle nous invite jusqu'au bout sous peine de devoir hypothéquer ma boutique et demeure. Poussière que cette journée était tirée par les cheveux. « Pourquoi vouloir nous inviter dans un lieu pareil ? Ce n'est pas un petit peu onéreux et ostentatoire pour une simple discussion ? » Ma lézarde se voit recevoir un regard accusateur rempli de reproches, n'ayant fait que traduire ma pensée oralement. Comme si le malaise n'était pas déjà assez grand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: Re: red line (pem)   Dim 10 Avr - 17:53

Red line

Au delà des frontières


« Je ne connais aucun de ces mots... » « Areldil !... » Le malaise s'installe, en réalité, elle n'y avait jamais pensée jusqu'à maintenant, cet endroit était devenu si commun à ses yeux. Après tout, c'était vrai, c'était une Balshilek, elle ne pouvait se défaire de ce nom et lorsqu'elle y repensait, tout ces lieux si commun pour elle était à la hauteur de la richesse de son rang. Malheur ! Elle qui ne voulait surtout rien dévoilé, elle qui voulait juste paraître femme, juste plaire, elle avait l'impression de faire les choses avec tant de maladresse qu'à cet instant elle était certaine d'avoir inconsciemment briser toute ses chances. C'était justement un phénomène étrange quand elle réfléchissait un peu plus, jamais auparavant elle avait voulu plaire à quelqu'un en particulier, elle avait toujours agit selon ses envies et c'est bien la première fois qu'elle voulait être désirée. Elle en profita d'être assise pour ôté ses talons du bout des pieds avec une habilité hors norme, visiblement plus doué pour s'en débarrasser discrètement que de se déplacer avec. Le daemon soupira longuement, ne faisant que traduire la lassitude de sa moitié, pour une fois, il n'ouvrit pas la bouche, cette fois il semblait avoir comprit qu'elle devait se sortir de cette situation elle-même, il ne ferait qu'empirer les choses, mais cela ne l'empêcha de transmettre ses pensées à la rouquine. « On dirait que ton petit coup de foudre se méfie, t'aurais peut être dut mettre moins de rouge à lèvre. » « Pourquoi tu me parles de rouge à lèvre ?... » « Aucune idée, détends toi un peu, ça ira mieux, c'est normal qu'ils se posent des questions, t'es bizarre. » Le regard de la rouquine se tourna immédiatement vers son compagnon qui semblait sourire... Du moins, on aurait dit, c'était dur à dur avec sa moitié à gorge jaune. Finalement, elle se retourna vers le marchand de jouet et son daemon, craignant les regards accusateurs des deux êtres... Bon, on inspire profondément et on reprend son calme.

« Ben... je dois l'avouer, je n'y ai pas vraiment pensée. Je viens ici avec mon père depuis toute petite, ça me semblait... Commun. En toute franchise, même ton magasin à plus de charme que cet endroit. » Un compliment tout à fait sincère, même si cela semblait dur à croire, elle avait plus un faible pour les décors rustique, simple que d'or et d'argent. « Enfin, si ça peut te rassurer, je payerais. Après tout, c'est moi qui t'es invité ici et... Désolé si tu es mal à l'aise. Je le suis sans doute tout autant, mais voilà, ça reste un meilleur endroit pour un peu discuter que entre deux clients face à un comptoir... On est plus tranquille ici. Du moins, je pense, il y a pas vraiment d'oreille indiscrète hors de cette table, chacun ont leur petite conversations, règlent leurs petites affaires dans un coin, ça reste plus intime. Enfin, commande ce que tu veux, je pourrais te conseiller le chocolat qui est absolument divin ici, je n'ai pas encore trouvé mieux à Balgram » Elle sourit délicatement, elle veut le mettre à l'aise, c'est alors qu'Areldil rouvre la bouche, son attention pleinement porter vers la gekco. « J'ai qu'une chose à rajouter moi. Elles sont sympa tes taches rouge orange, c'est incident de peinture ou naturel ? Ça donne un certain charme. » Visiblement, le martre était l'être le plus à l'aise avec la situation a cette table, il resplendissait presque de confiance lui, le daemon se la jouait presque comme un séducteurs, ce qui fit intérieurement rire la Balshilek, le contraste entre elle et lui dans une telle situation était particulièrement marquant, elle doutait plus souvent que sa moitié, lui... Il avait tendance a ne pas réfléchir, simplement, à toujours foncé tandis que la demoiselle réfléchissait plus souvent qu'Areldil, surtout lorsque les sentiments entraient en jeu, ou lorsqu'elle découvre une chose nouvelle. Comme la situation actuelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 30
❧ PIECES D'OR : 780
❧ AVATAR : Eddie Redmayne
❧ CREDITS : Mad Hattress


MessageSujet: Re: red line (pem)   Dim 10 Avr - 22:34

Raide-Line

Attention, danger.



Je laisse d'abord la jeune femme s'asseoir, n'oubliant certainement pas les conventions, avant de moi-même prendre place. Je ne manque pas de remarquer comment la rouquine fait disparaître ses chaussures comme si elle se trouvait dans son propre salon. Il y avait quelque chose qui m'inquiétait dans sa façon d'agir et d'être, trop à l'aise, brisant les règles de bienséances, il y avait un piège là dessous, comme si personne ne pouvait rien lui reprocher, ne devait rien lui reprocher.

J'hésite un instant à enfermer Pailphech sous un verre, simple mesure de précaution pour qu'elle ne s'emporte pas. Nous n'étions pas dans un lieu où elle pouvait délier sa langue, où elle pouvait dévoiler nos pensées et notre malaise à tout va. Nous étions deux tâches au sein des autres clients. Fort heureusement, j'avais cette capacité étrange et presque innée qui me permettait de me fondre dans le décors et dans la masse, enfin à condition que ma moitié opère également, ce qui était loin d'être gagné.

J'esquisse un sourire au compliment, un brin flatté, mais tout de même sur mes gardes alors qu'elle confirme son milieu d'origine, sans parler de sa proposition de payer. Le monde semblait s'être mis à tourner à l'envers depuis cette après-midi. « Pourquoi j'ai cette impression étrange qu'il me fait la cour ? » « Je crois qu'il n'est pas le seul. Tu trouves toujours que c'était une bonne idée ? On va avoir des problèmes Pail. » « Un peu tard pour reculer, on devrait se contenter d'un chocolat pour faire bonne figure avant de prétexter quelque chose et mettre la poudre d'escampette. Mais je dois t'avouer que je les aime bien, surtout Areldil. » « Plutôt déménager et quitter la ville oui, vu la classe, je ne suis pas certain qu'elle soit libre de fréquenter n'importe qui et je ne doute pas que la demoiselle ait un père et si ça se trouve, dans la justice. »

La discussion mentale se déroule en quelques secondes à peine, la gecko prenant soin de commander un chocolat, comme conseillé, agrémenté d'une pâtisserie que je n'ai même pas besoin de demander, elle connait parfaitement bien la capacité de mon estomac et mon amour pour les sucreries. « C'est naturel, tout comme les taches de Pemendeon, il fallait bien qu'on soit assorti quelque part. » Oh bien entendu, Pailphech est plus que flâtée, appréciant qu'on la complimente sur la couleur de ses écailles, comme si son égo n'était pas déjà assez surdimensionné. « Dites-moi, vous devez drôlement noble pour venir souv... » La lézarde fini dans mes mains, enfermant sa petite bouche entre mes doigts avant qu'elle ne termine une nouvelle phrase qui finirait par provoquer un malaise. Elle veut les questionner et les faire passer à table pour en savoir plus et bien que je sois pour la méthode, je n'approuve pas la façon de faire. Nous aurons probablement plus d'informations au fil de la discussion. Enfin discussion... à condition que je ne doive pas garder ma moitié entre mes doigts à longueur de temps, sinon ça n'irait que dans un sens.

« Vas-y en douceur, tu veux. » Je la relâche en douceur, déposant la gecko bleue sur le bord de la table. « Désolé, c'est plus fort que moi. Je parle, je parle, je parle, une vraie pie, ça sort tout seul, sauf que je suis un lézard, dommage parce que pour le coup l'expression n'est pas terrible. Mais dites-moi, vous êtes passeurs, c'est bien comme métier ? Vous avez déjà été de l'Autre Côté ? C'est comment ? Non pas qu'on veuille y aller, mais nous sommes curieux, on entend beaucoup de choses, sans jamais vraiment savoir exactement si c'est magnifique ou horrible. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: Re: red line (pem)   Mer 27 Avr - 20:48

Red line

Au delà des frontières


Nerveusement, elle se mord la lèvre intérieur. Elle n'avait pas vraiment calculer l'influence du nom qu'elle porte, la crainte qu'il peut créer au cœur de la populace. Oui, elle était issu de la haute société, enfant née dans une prison dorée, comme l'avait maladroitement insinuer le gecko. Et cette petite chose semblait être la voix de cet étrange duo, une situation hors du commun, une relation qui fascinait la petite rousse. Mais l'heure n'était pas à l'émerveillement, mais à la crainte, la peur de le faire fuir, la peur de la chute, la déception. C'était bien la première fois que la demoiselle essayait de plaire à la gente masculine, certes assez maladroitement et toujours avec cette franchise parfois cinglante... Si ce n'avait pas été le cas, elle n'aurait pas été dans cette situation, face à lui, un rendez vous dès le premier soir, un instant de folie, d'égarement qui caractérisait bien le tempérament de la jeune rousse. Au final, ce n'était peut être pas une bonne idée, que du contraire, était-elle sûre de ce qu'elle faisait ? Oh que non, comme à son habitude, le sang bouillonnant et bien souvent la tête complètement vide. Jeune demoiselle irréfléchi, jeune fille imprudente, rebelle fougueuse, enfant sauvage. Elle retient ce délicat soupir de malaise, ses yeux pétillent de crainte, elle a se sourire gêné accrocher à ses lèvres, elle ne sait quoi dire, comment réagir. Finalement, après ce qui semblait être un vif échange mental entre l'humain et le daemon, elle changea de sujet.

Un sujet plus léger, une curiosité bien mieux placés que quelques secondes auparavant. Elle élargit son sourire, toujours avec cette retenue peu naturel, cette timidité soudaine, cet éclat de logique qui vibre dans son crâne. Un certain malaise s'installait en elle, la Balshilek savait qu'elle devait faire attention à chacun de ses mots, chaque phrase, jamais elle ne pourrait relâcher son attention ce soir. La confiance n'était pas encore construite et vu l'attitude entreprenante, digne d'un homme, de la rouquine quelques heures plus tôt, elle comprenait parfaitement. Elle ne parvenait pas a savoir comment elle en était arrivé là, qu'est-ce qui s'était passé dans sa tête à cet instant ? Elle devrait plutôt poser la question à son cœur qui accélère encore et encore. Oui, elle n'y connaissait rien lorsqu'il s'agissait de sentiment, elle les craignait en général, peut être que son très cher cousin pourra donc ôter le brouillard qui persiste dans son esprit. En attendant, elle répondit d'une voix douce, légèrement tremblante.

« Oh... Passeur, c'est plutôt difficile comme métier. Surtout parce que je suis la seule femme, donc en général, c'est moi qui hérite des pires tâches... Trier des dossiers, patauger dans les égouts, chercher après des légendes urbaines, bref, rien de joyeux. M'enfin... L'Autre-Côté, je n'y ai jamais été. » Évidemment, elle mentait, mais personne ne pouvait le savoir, c'était une mésaventure qu'elle préférait oublié, il valait mieux que ce sujet reste confidentiel, elle n'en avait parlé qu'avec son cousin anciennement amputé de son daemon. « Mais j'ai vu des hommes et des femmes revenir de cet endroit complètement brisé... Donc, je dirais que ce monde vu dévore, du moins c'est mon avis, il vous arrache quelque chose... Une partie de votre âme, parfois définitivement, d'autres fois non, mais il faut être fort. Enfin, je vois plutôt l'Autre-Côté comme une épreuve, ou une condamnation bien trop cruel, je ne comprends pas vraiment pourquoi on en est arrivé a cela, je n'ai pas vraiment de respect pour ceux qui ont créer cette condamnation. Enfin, ce n'est que mon avis, bref. Et les jouets, ça doit être bien plus fascinant, je me pose la question, vous ne travaillez que le bois ? Ou aussi les mécaniques ? » Elle s'adressait alors à l'humain comme au daemon, puis son attention se porta uniquement sur le petit reptile bleuté. « Et je suppose que tu es un peu la porte-parole, tu t'occupes de l'accueil de la clientèle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 30
❧ PIECES D'OR : 780
❧ AVATAR : Eddie Redmayne
❧ CREDITS : Mad Hattress


MessageSujet: Re: red line (pem)   Sam 30 Avr - 11:35

Raide-Line

Attention, danger.



Je note la façon dont elle esquive la remarque de Pailphech, phrase parfaitement oubliée et qui se perd alors que nous restons sur nos gardes. Il y a anguille sous roche, j'en suis certain, bien que son Daemon soit un Martre. « Joli. » Mon jeu de mots est complimenté et fort heureusement inaudible, probablement capable de faire fuir les clients et serveurs en moins d'une seconde s'il avait été prononcé à voix haute. Je retient tout de même un rire, plutôt fier, d'autant plus si ma moitié, reine dans ce genre de discipline, approuve.

Je note également comment la jeune femme dénigre la sentence et ses créateurs, fronçant les sourcils. Était-elle folle pour dire de telles choses en public et dans un lieu pareil ? Avec des oreilles curieuses et probablement dans le domaine judiciaire. Je commençait à croire qu'elle venait d'un autre monde, un monde différent du nôtre et de l'Autre Côté où les choses semblaient être inverses et opposées. Et si c'était quelqu'un de terriblement mauvais, fausse noble et passeuse qui se fait passer pour telle pour attirer ses victimes ? Je la trouve étrange, trop étrange et à l'inverse, Pailphech commence à la trouver amusante. J'accueille le chocolat et la pâtisserie qui m'est servie, attendant que mon hôte entame de son côté avant de faire de même.

« On adore ça ! Enfin surtout Pem, quand on a des ventouses aux pattes, c'est tout de même compliqué. Il peut tout réparer, bois, métal, engrenages et même tissus, le meilleur de toute la ville. Notre père nous a tout appris. D'ailleurs vous aimez lez jouets aussi non ? A moins que c'était pour un cadeau. » Ma moitié s'était fièrement redressée sur deux pattes, professionnelle dans l'art de vendre notre boutique et mon travail. « Forcément je fais l'accueil, pas vraiment le choix aussi avec l'autre qui joue les carpes, non pas qu'il reste dans son bocal, y a pas de lézard, enfin si y a un lézard, mais ce que je veux dire, c'est que Pem est du genre à avoir la langue qui ne fonctionne pas, pour parler du moins. D'où le fait que je compense pour deux, mais on s'en sort très bien comme ça puisque vous prendriez peur de ses jeux de mots, les miens sont mieux. »Je réplique avec un sourire, morceau de pâtisserie moelleuse dans les joues qui doit donner un air de hamster. En même temps, il était difficile de résister à une telle douceur avec un estomac sans fin, mais avec faim. « Non lui, il est très mauvais. »

Pail décide d'attendre que mon estomac sois repus et surtout, que la jeune femme ait payée, pour ouvrir à nouveau la bouche, se retrouvant dans a fraîcheur de la rue éclairée par les quelques réverbères. Les passants sont rares et généralement en train de rentrer chez eux. Pailphech se cramponnait à ma redingote, pattes à toutes épreuves lui permettant de tenir sur n'importe quelle surface et dans n'importe quelle position. « Nous avons tout de même une question. Vous ne risqueriez pas d'avoir quelques ennuis avec votre fiancé ou mari à passer une soirée de la sorte avec un autre homme ? Enfin vu votre statut et rang vous devez en avoir un non ? » Autant mettre directement les pieds dans le plat après tout, quitte à courir vers Tertremine si elle se mettait en colère. Nous attendions un peu d'honnêteté, pas dupes et certainement pas prêt à être un amant marionnette pour une nuit histoire qu'elle puisse fuir le quotidien, je pouvais sembler naïf, mais je ne l'étais certainement pas. Je me redressant, bombant presque le torse pour lui faire comprendre que la question était tout à fait sérieuse. Elle ne s'en sortirait pas aussi facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: Re: red line (pem)   Sam 4 Juin - 11:08

Red line

Au delà des frontières


Dans son crâne, tout s'agitait, l'alerte rouge résonna tel un gong qu'on venait de cogner. Elle se retient de s'étouffer face aux paroles du daemon et fulmina intérieurement tandis que le martre restait silencieux, inquiet face au trouble de son humaine. Oui, au fond que faisait elle avec ce simple représentant de la classe moyenne ? Elle était une noble, indigne représentante de la famille Balshilek qui se fichait éperdument des lois et des conventions qu'imposait sa condition. Fiancé de force à un homme qu'elle préférait ignoré, au risque de devenir vieille fille et honte pour sa famille... Aujourd'hui touché par un autre mal, un coup de foudre visiblement pas partager. Elle retient un long soupir, visiblement pas le cœur à répondre, elle baissa lentement les yeux, lassé, casser dans cet élan sentimental, abandonnant même sa pâtisserie sur un coin de la table sans plus y toucher tandis que le martre commença a s'agiter sur son épaule avant de bondir sur la table. Visiblement indigner et tout autant blesser que son humaine.

« Voyons ! Vous êtes blessante ! Vous nous prenez vraiment pour ce genre de personne ? Sachez que non, nous portons aucun statut particulier, nous ne sommes pas héritier d'une quelconque grande famille. » Le martre savait mentir avec une certaine crédibilité sous le coup de la colère, ses mots ne s'embrouillèrent pas dans sa gorge comme cela aurait put l'être s'il était resté calme. « Nous avons notre liberté, personne a qui rendre des comptes. Et si on peut se permettre de venir ici, oui c'est qu'on a eu de la chance d'avoir eu un père qui a sut faire les bons investissements... Enfin... Cela c'est un autre histoire. De plus, vous voyez a quel point elle est mal à l'aise sur des talons ? Vous croyez sérieusement que les gamines de la haute sont pas capable de tenir droit sur des talons dès quinze ans ? Elle, elle tient même pas de travers... » « Areldil ! » La colère diminuait chez le martre qui s’emmêlait peu à peu les pinceaux, provoquant un regard obscur de la part de la rouquine qui lui servait d'humaine. Celle-ci finit par soupirer, au moins le daemon lui avait offert une belle opportunité pour rattraper le tire, même si au fond, elle n'espérait plus grand chose de cette soirée, elle était visiblement blesser.

« Ce n'est pas grave... Ce qu'a dit Areldil est vrai, en plus de ne pas savoir marcher avec des talons. Je suis tout à fait libre, sinon je ne vous aurez pas inviter ce soir. Certes, j'ai eu des prétendants comme vous avez bien dut avoir des prétendante. Actuellement, aucun ne m'a réellement plut. Je n'aime pas le rôle actuel de la femme dans notre société, je le trouve bien trop dégradant, enfin bref, rare sont ceux qui se démarquent du lot, le monde ''bourgeois'' est remplit d'abrutis sans cervelle et a ce niveau, je ne vais pas mâcher mes mots, désolé. Enfin bref... Je me suis visiblement tromper en vous invitant ce soir, je m'en rends bien compte donc, excusez moi. Si vous voulez bien, je vais régler l'addition et vous pourrez reprendre votre petit bout de chemin. Excusez moi encore de vous avoir importunez. »

La tristesse se lisait visiblement dans son regard, elle était déçue, rien ne s'était passé comme prévu. Triste et agacé, le martre réagit instantanément en grimpant à nouveau sur l'épaule de la jeune femme et frottant doucement son pelage sur sa joue, pour l'apaiser, lui faire oublier cette soirée catastrophique... Elle avait l'impression d'avoir enchaîner faux pas sur faux pas, ce qui n'aidait pas à retrouver le peu de confiance en elle qu'elle avait au début de cette soirée. Même si elle savait qu'elle n'avait que peu de chance, elle continuait d'espérer qu'il reste malgré tout, qu'il trouve lui quelque chose à répondre à la place de son daemon visiblement sans tact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 30
❧ PIECES D'OR : 780
❧ AVATAR : Eddie Redmayne
❧ CREDITS : Mad Hattress


MessageSujet: Re: red line (pem)   Lun 6 Juin - 10:38

Raide-Line

Attention, danger.



Ce fut le martre qui répliqua, en colère, minuscule lézarde se renfrognant à chacun de ses mots qui fusent et montre la vexation des deux individus. Encore une fois, elle avait mal tourné sa phrase et parlé trop rapidement. Voilà, entre autre, pourquoi je préférai me taire, les mots, c'est aussi dangereux que des couteaux lorsqu'on les utilisaient sans faire attention, sans normes de sécurité, et lorsqu'ils sont déjà morcelé par une langue qui refuse de se délier comme la mienne, ça devenait de véritables armes de guerre.

Si le martre semblait en colère et sincère, les paroles de la jeune femme en revanche me laissèrent dubitatif. Encore une fois, j'avais cette impression qu'elle n'était pas de ce monde, à briser les normes, les traditions et la société. Elle se contredit d'ailleurs, un moment elle n'est pas bourgeoise, l'autre, elle l'est, il faudrait savoir. La méfiance monte, sourcils se fronçant, sans parler de cette phrase que je prend comme une insulte... Pailphech s'indigne à la seconde même où elle est prononcée, détestant qu'on se prenne indirectement ou non à moi, sentant ma vexation à travers notre lien, ce qui la fait encore plus bouillonner.

« De prétendantes ? Parce que vous pensez sérieusement que si nous ne sommes pas marié à notre âge avancé c'est par caprice immature ? Vous pensez sérieusement que les familles désirant le meilleur des parti pour leurs filles se précipitent aux portes d'un roturier de la classe moyenne muet ? Je ne vous permet pas mademoiselle, vous pouvez parler d'être blessants, mais vous n'êtes certainement pas mieux. » La soirée tourne au drame, incontestablement et mes doigts montent jusqu'aux tempes, les massant avec exaspération. Pailphech termine entre mes doigts, l'enfermant dans une prison de doigts pour qu'elle la boucle et n'aggrave encore les choses. « Désolé, mais je tiens à rester en vie et éviter les problèmes. Imagine si son père en entend parler, il a certainement beaucoup plus de moyens que nous et pourrait faire fermer notre boutique pour avoir outré sa fille. »

La lézarde se calme instantanément à mes dires inaudibles, s'excusant mentalement. Je lance un regard désolé à la jeune femme aux cheveux flamboyants, elle est jeune, enfin jeune, tout est relatif, mais de mon point de vue oui, probablement dix ans d'écart. Je soupire, incapable de prononcer des excuses à voix haute et ma lézarde refusant de m'aider. Je baisse la tête, moue triste pour tenter de lui faire comprendre, bouche formant une excuse inaudible, en admettant qu'elle sache lire sur les lèvres. Je préfère me retirer, ne pas aggraver la situation, prendre le temps de méditer.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: red line (pem)   

Revenir en haut Aller en bas
 
red line (pem)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 24/7 Zero ou Féline?
» Line Renaud revient à la chanson avec Mylène Farmer
» Bonne fête, Céline!
» Céline-tg en 2010
» TESSON Angéline Victoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-