AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 bleu nuit (palareth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: bleu nuit (palareth)   Sam 2 Avr - 22:40

J'ai vu un ange

Et ma vie n'a pas réellement changer...


Beaucoup de choses avaient changé en peu de temps, une atmosphère étrange et réellement indescriptible semblait s'être installé dans la cité industriel, un vent de peur semblait résonné dans chaque ruelle un peu plus sombre que d'autres. Sans doute que les récentes rumeurs parcourant chaque quartier, chaque café terrifiait sans doute les plus imaginatif, fantasque habitants de la grande ville. Tandis que ça rendait les forces de l'ordre et les salariés du palais de justice bien plus méfiant et prudent qu'auparavant... Au point que de nombreux passeurs furent transférer en ville, à la recherche de ce fameux portail clandestin aux côtés des patrouilles commune, tandis que de nombreux agent, plus spécialisé dans le contrôle d'émeute violente, étaient placé face au portail actuellement sous contrôle. Comme si les magistrats craignaient qu'une armée de criminels désorganisé et désorienté prennent d'assaut cette porte connu de tous. Bref, cette unique pensée suffit à faire frisonner notre amie rouquine, qui patrouillait en plus sous la fraîcheur du début de soirée. Sa mission était simple, laissé traîner ses oreilles partout, poser quelques questions à gauche à droite, resté sur le qui vive et trouver l'objet de la crainte de ses employeurs. Mettre la main sur un portail... Une légende urbaine qui semblait prendre des proportions incommensurable, une rumeur qui semble plus réel que jamais. Elle soupire dès lors... Elle se souvient encore de sa dernière exploration dans les égouts, un triste voyage, un véritable échec. Cette fois, elle ne se laisserait pas avoir, elle savait que le portail n'était pas sous leur pieds, c'était impossible, elle avait presque parcouru tout les souterrains de Balgram il y a peu de temps, peu avant... Tout ça. A cet instant, ses pensées vagabondèrent jusqu'à il y a encore peu de temps, quelques jours au plus, du moins si sa mémoire ne lui fait pas défaut... C'était difficile a déterminer, cette fichu forêt de l'Autre-Côté lui avait réellement réduit la cervelle en compote, il lui fallu un certain temps pour pleinement s'en remettre.

Alors que la petite rousse était perdu dans ses pensées, tentant en vain de se souvenir de tout ce qui s'était passé dans ce bois, seul l'image d'une chaussure s'envolant dans les airs et atterrissant dans le visage de son oncle était claire. La queue d'Areldil lui fouetta alors le visage, la Balshilek lui lança un regard noir avant de le diriger vers l'endroit que le daemon pointait du museau. Elle fut surprise en reconnaissant son cousin au comptoir, mais que faisait-il dans une espèce de librairie ?... Elle l'ignorait, mais la jeune femme à la chevelure de braise comprit rapidement que ce n'était pas une simple librairie, l'usure de certaines couverture prévenait de l'âge certain des écrits. Mais qu'importe, ce n'était pas réellement ça qui attira l'intuition de la demoiselle était son cousin. Elle pénétra lentement la boutique tandis qu'Areldil sauta sur le plancher du lieu, le bois craqua légèrement sous ses petites pattes. Il aperçu non loin une vieille amie... Il fut particulièrement surprit, comme Elspeth, de revoir le daemon du Balshilek anciennement amputés. Immédiatement, le martre s'exclama :

« Mais ! T'étais passé où espèce de fouine ? Tu m'as l'air plus petite que dans mon souvenir ! » « Areldil ! La politesse... » « Tu peux parler toi ! Tu laisse tes oreilles partout, c'est mal d'écouter aux portes. » « Hum... Pala, c'est drôle de te voir ici, comment tu vas depuis la dernière fois ? Et... Guine est réapparu ? Comment ?... »

Elle se rendait compte que c'était peut être une question indiscrète. A cet instant, la rouquine habituellement si sûre d'elle était un peu hésitante, le sujet de l'âme, c'était toujours piquant avec les amputés... Mais lorsque celui-ci la récupère, elle ignorait même que c'était possible, elle ne savait pas sous quel ton aborder la question. Surtout avec les récentes rumeurs, la peur qui semble hanté l'esprit de tout les habitants de Balgram et sa récente expérience... Au fond, elle craignait sans doute que son cousin sache trop de chose, peut être même était-il mêlé dans ce genre d'histoire... C'était une peur qui persistait en elle, même si elle espérait qu'il n'avait rien à voir avec tout ça, il espérait que cette étrange magasin bourré de livre était son seul fond de commerce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Dim 3 Avr - 0:54

Bleu nuit, ou presque

Too much feels



La petite voix de Guinerain s'élève dans la boutique, jeune Daemon s'étant fait ourson aussi attentif à la lecture de la furette qu'Hélionne, qui s'endort peu à peu dans ses poils et son corps chaud qui lui sert de coussin confortable. La fin de journée approchait avec la clôture, ce fut long et fatiguant, surtout à quatre, à devoir garder un œil constant sur ma fille plutôt que sur les clients potentiels. Déjà que Guinerain m'accusait de les faire fuir depuis l'ouverture à cause mon flot de paroles incessantes, alors en passant mon temps à courir derrière deux Daemons se prenant pour de véritables jouets mécaniques et une exploratrice à quatre pattes... Fort heureusement, c'était occasionnel.

J'en profite pour ranger quelques ouvrages, écoutant d'une oreille le conte de fées purement fantastique tout en tâchant de ne pas trop m'éloigner. Notre distance n'était toujours pas revenue à la normale, ne nous laissant que quelques maigres pas. Elle augmentait peu à peu, passant d'un mètre lors de notre retour à environ cinq ou six. Les choses reprenaient doucement leur court, bien que la tasse encore à moitié pleine posée avec soin derrière le comptoir, témoignait que la déchirure étaient encore douloureuse, probablement indélébile et irréparable.

Le son aigu de la clochette de l'entrée retenti, tournant la tête vers le client, plus que certainement le dernier de la journée. Les quelques livres furent rapidement abandonnés sur le coin du comptoir au profit d'un sourire en reconnaissant Elspeth, alors que Guinerain cessait sa lecture, pointant le bout de son museau, tout de même sur ses gardes, lorsque l'image mentale lui parvint. Poussière cela changeait de la voir propre et sans son odeur d'égout. Ma moitié se détendit instantanément alors que les paroles du martre s'élevèrent, bondissant déjà autour de la fourrure jaune retrouvée non sans cacher une certaine joie et excitation. Cela dit, je sentis tout de même un brin de vexation passer à travers notre lien. « On ne peut pas dire que tu aies changé, quoi que visiblement devenu aveugle. Je n'ai jamais été une fouine et sache que c'est toi qui es trop grand. » La réplique était cinglante, il ne valait mieux pas vexer la demoiselle, surtout en ce moment, alors que tout, notamment l'uniforme de notre cousine, lui rappelait que les choses pouvaient à nouveau basculer.

Je pris le relais, haussant les épaules en guise de réponse. Pourquoi tout le monde nous posait cette même question dont personne ne connaissait la réponse ? C'était ennuyeux à la fin, comme si j'allais en savoir plus que les autres sur ces réapparitions miraculeuses. L'étreinte suivit, l'enlaçant beaucoup plus généreusement que lors de notre dernière entrevue. « Tu sens meilleur que la dernière fois. » Plus une constatation à vois haute, la libérant enfin avant de me redresser fièrement. « Vu qu'il était hors de question de remettre les pieds au Palais de Justice, apparemment pas mal de dossiers sont encore dans le flou grâce, enfin non on reprend, "à cause" de nous, on a plutôt pensé à une reconversion. Qu'est-ce que tu en dis ? »

Pas le temps d'en dire d'avantage que le jeune Daemon sort de son coin pour bondir sur le martre en imitant sa forme et sa fourrure d'un jaune flamboyant, délaissant Hélionne qui commence à chouiner tristement à cause de l'abandon et du manque d'attention. Long soupir en priant intérieurement qu'elle ne se remette pas à montrer sa capacité pulmonaire égalant la mienne, moi qui croyait qu'ils allaient enfin s'endormir. Guine rattrape le tout jeune martre avec son regard accusateur et maternel alors que je fais de même avec ma fille qui commence déjà à me tirer les cheveux en gazouillant à peine dans mes bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Lun 4 Avr - 23:59

J'ai vu un ange

Et ma vie n'a pas réellement changer...


« Mais... Mais... Mais... Qu'elle est cette magnifique petite chose ?! » La voix du martre grimpa dans les aiguës d'une façon fulgurante, montrant la soudaine admiration du Daemon envers cette sublime petite chose qui s'était presque matérialisé sous ses yeux brillant. Surprise et tendresse se mêlèrent dans l'âme du daemon, qu'il partageait avec la rouquine et comme pour son compagnon, elle ne peut retenir un couinement aiguë lorsqu'elle découvrit l'existence d'une autre vie dans le magasin. Une sacré surprise pour la demoiselle, elle ne s'attendait pas réellement a cela en entrant dans le magasin, elle ignorait qu'il était devenu père... Mais il faut l'admettre, elle n'avait plus vu Liscialle depuis un long moment, sans doute conservait elle une trop forte rancune envers le nom des Balshilek, peut importe leur individualité. Dans un sens, elle pouvait le comprendre même si elle n'avait jamais véritablement approfondit la question, trop occupée à une nouvelle fois repousser la date de son mariage et son début de carrière tumultueux. C'est alors face à cet image d'un père attentif avec sa fille qu'elle douta quelques instants sur la voie qu'elle avait choisi, un tel tableau était si attendrissant que même le plus cruel des hommes ne pouvait ne pas regretter certains de ses choix, ou le possible abandon d'une famille en larme. Au final, face à tant de douceur, n'aurait elle pas porté un enfant à cet heure ? Ne serait-elle pas à la place de son très cher cousin ? Juste l'espace d'un instant, elle eu cette sensation de vide, alors si jeune, elle avait l'impression que sa vie lui avait échappé, comme un homme sur son lit de mort regrette.

Mais rapidement, c'est le retour à la réalité, partager entre tendresse et malaise, elle hésitait a s'avancer plus dans le magasin. Ce qui n'était pas réellement la préoccupation première du martre, bien plus réactif qu'elle quand il le faut et sur ses quatre pattes bondit, fait quelques tours autour de la furette avant de déposer délicatement le tout jeune daemon, sous la forme d'un jeune martre auprès du daemon fort maternel. « Comme il est adorable ainsi, être un martre lui irait si bien si tu veux mon avis, Guine. » Puis il file comme l'éclair, trop curieux, il grimpe sur le comptoir pour observer le bambin dans les bras protecteur du Balshilek déchu.

« Je... Je... J'ignorais que tu avais une fille Pala... Euh, hum, désolé, j'ai peut être fait un peu de bruit en rentrant... Euh... Depuis... Enfin, elle a quel âge ? Tu sais, ça fait si longtemps que je n'ai pas vu Lis... Oh, je me sens vraiment nulle, j'ai loupé tant de chose... »

L'émotion était visiblement omniprésente tandis qu'elle s'approchait doucement du comptoir. Elle n'avait pas l'habitude de ce genre de situation, au final, elle avait vu peu de bambin tout au long de sa vie, ou du moins elle s'en souvenait peu. Après tout, très peu d'années la séparait de ses soeurs, à peine savait elle marché que Saurica vit le jour, à peine elle sut écrire que sa benjamine poussa son premier cri. De plus, la rouquine s'était toujours senti très proche de son cousin, bien plus proche que de n'importe qui d'autre... Mais pourtant, elle avait aussi bien louper sa condamnation, par choix, mais aussi son retour par malchance et n'était pas au courant pour cette enfant qui doit sans doute faire la joie de tous... Du moins des parents et des grand-parents, malgré les conflits. La jeune passeuse reprit le contrôle de ce flot de sensation qui bouillonnait en elle, se raclant faiblement la gorge et tentant de se servir de ses mains comme d'éventail avant de rouvrir la bouche.

« Je... Heum, désolé. Je dois avouer que je ne suis pas vraiment les affaires qui vibrent dans les hautes instances du palais. Enfin, ça semble être une belle boutique que tu as là, tu sais bien que j'adore la lecture, même si je n'ai plus trop le temps... Enfin bref... » Son regard se tourne vers la furette récemment réapparu. « Euh, tu as pas l'air dans ton assiette, ça vas Guine ? Qu'est-ce que tu as ? Euuh... j'ai dis, fait quelque chose de mal ? Je crois pas avoir marcher sur la queue de qui que ce soit... Je fais attention avec Arel, il l'a laisse traîner partout. » Elle n'a droit qu'à un regard noir en guise de réponse du concerné, elle tente de sourire, timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Jeu 7 Avr - 0:14

Bleu nuit, ou presque

Too much feels



Le rire de Guinerain s'élève face à la réaction du Martre qui passait de la surprise, de l'émerveillement à l'excitation. heureusement que le jeune Daemon était désormais habitué aux bonds enchainés et si caractéristiques aux mustélidés. De toute manière, on ne pouvait pas dire qu'il était du genre posé, mais plutôt un véritable jouet mécanique remonté à bloc et qui gesticulait dans tous les sens. Ce qui était loin de déplaire à Guine qui elle-même passait son temps à presque courir sur les murs, profitant de cette forme qui faisait presque sa taille pour entamer des roulades. La grimace s'affichait d'elle même sur mon visage, lorsque les griffes et crocs joueurs traversèrent notre lien.  « Il ferait un bon mustélidé en tout cas, c'est certain, du moins il en a l'énergie. Te dire, même moi je le trouve parfois fatiguant et poussière sait qu'il en faut beaucoup ! » Répliqua la furette qui maintenait tant bien que mal le petit martre en place.

Vu la réaction d'Elspeth, elle ne devait pas être au courant, comme si Liscialle avait tenté de la fuir elle aussi. Je reteint un soupir, me contentant d'un sourire, tout de même bien embêté, si jamais su plus tôt... « J'ignorais que tu l'ignorais. Je l'ignorais aussi avant de rentrer, a croire que l'univers avait bien calculé son coup. Ça fait beaucoup d'ignorance tout ça non ? C'est marrant ça me rappelle la fois où j'ai finis dans le bois de Tulgey, jolie forêt y a pas à dire, mais les arbres sont vicieux, ils t'embrouillent l'esprit et la mémoire. C'est dingue je ne savais pas qu'une forêt pouvait... » « Paaal, tu t’égares. » Ma moitié me gronde, n'aimant pas que je parte dans les amas de mots en tout genre et me rappelle constamment à l'ordre. Je lui renvoie une grimace en guise de réponse avant de reprendre.

« J'ai perdu le fil, merci infiniment Guine ! C'est malin ! Enfin soit, voici Hélionne, ma fille, même si tu t'en doutais. Tu veux la prendre une minute ? Regarde pépite, c'est ta petite cousine Elspeth, même s'il va falloir lui trouver un autre surnom parce que "petite cousine Elspeth" c'est vraiment trop long et franchement pas très joli. M'enfin je suis sûr qu'elle va trouver quelque chose, elle a beaucoup d'imagination. » Je lui tend, l'abandonnant dans ses bras avec toute la confiance du monde. Elle a eu des sœurs cadettes, puis c'est une femme, ce genre de chose est un réflexe inné après tout. A moins que je ne me trompe.

La dernière question laisse la furette muette malgré le fait que le jeune Daemon se soit calmé en imitant son pelage putoisé. Je lève les yeux au ciel, tâchant de la convaincre mentalement. Certes Elspeth arborait un uniforme qui ne me plaisait pas vraiment à moi non plus, mais nous n'avions rien à craindre d'eux et elle devait le savoir. Elle délaissa un instant le jeune furet se faisant louveteau qui escaladait le comptoir pour rejoindre Areldil avec curiosité. Ma moitié grimpa le long de mes vêtements, trouvant son épaule-perchoir, presque convaincue. Mes doigts effleurent distraitement ses poils alors que ma bouche s'ouvre contre son gré, me lançant un regard presque outré.

« Disons que c'est compliqué, elle, enfin nous, pensons que c'est peut-être temporaire, qu'à un moment où un autre le conseil décidera probablement de nous renvoyer là-bas. Je crois que c'est ton uniforme qui l'inquiète. Comme si elle était venue pour nous y renvoyer, franchement ! C'est ridicule, tu as bien regardé Areldil ? Comme s'il allait t'y renvoyer en te maintenant dans sa gueule. » « Il va vraiment falloir que tu ré-apprennes à la boucler lorsque je te parle, tu es vraiment resté trop longtemps tout seul, ça ne te réussit pas. » La voix mentale et boudeuse s'indigne dans mon esprit, vexée par de telles confidences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Jeu 7 Avr - 22:49

J'ai vu un ange

Et ma vie n'a pas réellement changer...


La surprise se mêla à la tendresse tandis que le Balshilek confia sa précieuse progéniture à la rousse sans expérience. Pourtant, c'était presque naturel de prendre cette enfant dans ses bras, instinctif, comme si elle avait toujours eu cette petite chose entre ses mains fébriles. Sans doute étais-ce qu'on appelait l'instinct d'une mère, elle se surprit même à doucement sourire en contemplant la jeune fille, encore trop jeune pour parfaitement tenir sur ses frêles jambes. Cet instant de tendresse effaça même l'information glissé maladroitement par son cousin sur cette fameuse forêt qui trouble les esprits... Le bois de Tulgey, c'est donc ainsi qu'il se nommait, un lieu qu'elle éviterait comme la peste à l'avenir, une mésaventure qu'elle préférait oublier, chose déjà presque faîte en réalité, elle n'en gardait qu'un goût amer dans la bouche et une faible migraine. C'était frustrant cette sensation, ces souvenirs qui lui échappent encore maintenant... Même si ceux-ci n'avaient sûrement pas d'impact sur son existence au jour d'aujourd'hui. Elle laissa se faufiler un léger soupir d'aise entre ses lèvres tandis qu'elle berçait doucement le bambin, tout le reste s'effaça autour d'elle, jusqu'aux pensées de sa moitié bien excité par toute ces découverte. Pour une fois, le coeur de la rousse ne battait pas au fil des humeurs de son daemon, celui-ci était paisible, attendrit par toute l'innocence de l'enfant gazouillant, lui attrapant une mèche de sa chevelure de feu. Eslepth sourit, malgré la douleur, par ce juste brute et simple, par toute cette insouciance qui émanait des yeux de la petite Hélionne.

Puis c'est le retour à la réalité, les inquiétudes de la furette. Même l'attention d'Areldil, ayant regagner l'épaule de sa moitié quelques instants plus tôt se retourna sur l'autre duo Balshilek. C'était à la fois surprenant et compréhensif. Le martre incarnait à cet instant la surprise tandis que la rouquine comprenait parfaitement les inquiétudes de Guine. Les deux êtres avaient déjà subit tant d'épreuves, l'emprisonnement, la séparation, une chose qu'elle même est incapable d'imaginer, une terrible souffrance qu'elle ne voudrait jamais vivre. Elle eu alors un sourire rassurant envers la furette tandis qu'elle bordait l'enfant, jamais elle n'emprisonnerait sa famille... Elle n'était pas aussi impitoyable que l'avait été son oncle envers son propre fils, une décision qu'elle ne comprendra jamais, la preuve que la justice avait ses limites, au risque de brisé sa propre existence. Tout comme son père, elle possédait une certaine souplesse avec la justice, elle ne cautionnait pas toujours toute les condamnations, certaine lui semblait complètement absurde. Elle dépose le bambin alors à moitié somnolant dans son berceau de bois, au côté de son daemon tout aussi adorable de l'enfant avant de se retourner vers son cousin, toujours un doux sourire aux lèvres, un sourire se voulant rassurant pour la furette.

« Jamais, jamais tu ne repartiras de l'Autre-côté temps que je serais passeuse. Je refuse... En parlant de l'Autre-Côté... » « On connaît ce fameux bois ! » Coupa Areldil, visiblement impatient de partager l'information avec le monde... Ou du moins les habitants de ce petit magasin. « Avec ton père, on s'est retrouvé... » « Areldil !... Euh, hum, oui, on s'est réveillé la dedans et... Je dois t'avouer que je ne sais plus trop ce qui s'est passé et comment on est sorti. Mais c'était étrange. Je ne pourrais pas vraiment expliquer ce qu'il s'est passé mais... L'Autre-Côté est effrayant je trouve, il y a une atmosphère, étrange. Enfin, je ne sais pas comment t'expliquer, mais bref, tu dois savoir de quoi je parles, tu y as passé énormément de temps. Enfin, bref... Hum, elle est magnifique Hélionne, un véritable petit ange, on peut dire que tu en as de la chance... Oh, pas que je sois jalouse, euh, oula, je m'embrouille un peu, je suis un peu ébranler, c'est idiot, regarde comment je tremble... Ah ah... »

Oui, aussi stupide que ça puisse paraître, la jeune femme était à la fois ébranler, émerveiller et choquer par toute ces découvertes. Un flot ahurissant d'émotion fluctuait un elle, un océan flamboyant, rayonnant, elle se découvrait des instincts, des envies dont elle ignorait l'existence jusqu'à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Ven 8 Avr - 17:03

Bleu nuit, ou presque

Too much feels



Elspeth semblait agir comme un vrai somnifère, à croire qu'une présence féminine parvenait à apaiser là où je ne parvenais qu'à les faire gesticuler. Ce fut un soupir de soulagement, presque de remerciement d'ailleurs, qui sorti de mes lèvres alors qu'Elspeth déposa ma fille somnolente vite rejointe par son daemon. Elle devrait venir plus souvent pour la peine. Mes doigts se perdent sur le petit front, sentant le mécontentement de Guinerain jusqu'au bout des ongles. Elle allait finir par me mettre une muselière si ça continuait ou tout faire pour qu'on me coupe la langue.

Les premiers mots de la rousse ne firent qu'appuyer mon propos et mon point de vue, il était ridicule d'imaginer ne serais-ce qu'une seconde qu'elle soit à son tour un bourreau. Certes en plus d'une année, les gens avaient plus que le temps de changer et de transformer, mais j'en doutais, pas elle. Pourtant mon sourire de vainqueur finit par se changer au reste de la tirade. Poussière, de l'Autre Côté ? Déjà le scénario semblait absurde, mais l'évocation de mon géniteur me fit presque défaillir. Était-ce un coup du hasard, une aventure quelconque ou était-ce pour trouver encore et toujours de nouvelles façon de rendre la sentence plus pénible encore ? Je l'imaginais bien proposer d'enfermer les sentencés à Tulgey et tant pis s'ils n'en reviennent jamais.

Guinerain se renfrognait, le poil à moitié hérissé et retranscrivant mes impressions alors que la douleur, fantôme invisible qui nous narguait, pointait ses griffes à ces pensées. Ma main chercha d'elle-même la tasse de thé, encore à moitié pleine, abandonnée derrière le comptoir afin de la porter à mes lèvres, pires cauchemars et images s'imposant à mes yeux. « Qu'est-ce que vous faisiez de l'Autre Côté ? » J'ignorai si je voulais vraiment avoir une réponse, de peur qu'elle ne me révolte ou me fasse défaillir.

« Poussière, ce n'est pas un endroit où il faut aller pour se promener ! Surtout à Tulgey ! Et si vous étiez resté coincé là à tout jamais ? Quoi que le vieux, ça l'aurait calmé. Et tu imagines si Areldil avait disparu ! Oh non pas que je lui veux du mal au patriarche, mais disons que lui faire oublier quelques traditions pour la moins archaïques ça lui ferai du bien. Même si je pense qu'il se fait vieux et qu'il commence à dérailler même sans ça. Tu savais qu'il m'avait enlacé ? Non mais Tulgey si tu veux y perdre la tête c'est le bon endroit. C'est vague aussi dans mon esprit mais je pense qu'encore un peu et je mangeait une horlogère. Dégoutant. Enfin non, le vieux ne t'a probablement rien dit sur cette histoire, bien trop de fierté, mais je crois qu'il commence à éprouver des... sentiments. Rien que cette phrase me fait frissonner tellement elle ne colle pas. Oh non pas que ça me déplaise, ne t'y trompe pas ! Enfin soit, ne me dis pas que c'était pour une expérience quelconque dans l'espoir de rendre la sentence plus horrible, ce serait particulièrement idiot et parfaitement inhumain. Bien que je la trouve déjà particulièrement idiote et inhumaine, mais tu connais mon point de vue à propos de la chose, ça a assez fait de bruit et de discussions. Oh poussière dis-moi que vous êtes juste tombé dans un passage par hasard. Ça va ? Tu n'as pas l'air d'aller bien. Tu devrais te marier, il est plus que temps. J'admets, je ne suis pas un exemple à suivre et ton fiancé est un parfait... snobinard, sans parler que butée comme tu es tu ne finira jamais avec, mais fais au moins l'effort de trouver un mari convenable avant de te faire traiter de vieille ffff.... »

Ce fut Guinerain qui, une fois de plus, coupa ma tirade, pattes et fourrure juste devant mon visage et mes lèvres pour me faire taire. Je tentais de continuer, ne faisant que des sons incompréhensibles alors que je mangeais des poils. La grimace fut immédiate. « Poussière Pal tu me donnes la migraine ! Vu comment tu t’égares, je doute qu'ils aient compris quelque chose à part des piaillements incessants et de grands gestes. Tu vas finir par t'étouffer avec ta propre langue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Lun 11 Avr - 23:09

J'ai vu un ange

Et ma vie n'a pas réellement changer...


« Et après ça, il crache pas trop de boule de poil ton humain ? T'es certaine que tu risque pas de l'étouffer avant qu'il s'étrangle avec sa propre langue ? Vu l'effet de surprise, je resterais prudent à ta place, n'oublie qu'ils ont des dents et qu'ils sont parfois un peu trop impulsif ces Balshilek là. » Comme à son habitude, l'esprit du daemon était vagabond, lui qui n'avait gardé absolument aucun souvenir de l'Autre-Côté, qu'une vague sensation de mal être, bien moins présent que dans le cœur de la rouquine. Évidemment il ne se sentait pas réellement concerné, seule la réaction de la furette le fit glousser, le reste de la conversation lui passait au dessus de la tête. Tandis qu'Elspeth était se sentait bien plus concerné, évidemment qu'elle n'était pas informé de ce rapprochement de la part de son oncle envers son fils... Étrange, elle était un peu comme son cousin a cet instant, elle ne pensait pas le vieil homme capable de tels actes. Certes, elle ne le pensait pas dénué de sentiment comme semblait le croire le Balshilek, mais plutôt très peu démonstratif. Enfin, Leodeheris était une énigme pour ceux qui ne partageaient ses idéaux et sa rigidité, ce qui était leur cas à eux deux. Tout comme le fait qu'elle se soit réveillé de l'Autre-Côté restait une énigme, les souvenirs sont encore flou, elle se souvient juste de se terrible réveil dans ce bois de malheur. Ce lieu avait enfin un nom... Une aide pour le situer dans son esprit, un mémo pour ne pas définitivement oublié cette mauvaise expérience, une belle leçon de vie dans un sens... Bref, elle soupire longuement, bien entendu Palareth avait abordé un autre sujet particulièrement épineux, sa croix qu'elle traîne avec rancœur, ses fiançailles, l'engagement, chose qu'elle laissait en général derrière elle. Mais les errances de Palareth, son monologue qui s'éternise effleure la corde sensible

Immédiatement, elle se braque, se mord la lèvre. Fort heureusement, la furette immobilise la bouche de sa moitié, situation pouvant être tourné au ridicule, mais c'est ici le point de départ. Après que le martre est ouvert la bouche pour ricaner, l'esprit de la rousse s'immobilisa sur cet instant, se contentant de rassembler toute les informations rassembler au fil de la conversation. Et récapitulant toute les réponses qu'elle n'avait pas. Alors elle soupire longuement avant de rouvrir la bouche.

« Si seulement je savais comment je suis arrivée là-bas... Le soucis, c'est que je n'arrive plus à me souvenir du début de ma journée, enfin, surtout de l'instant où j'ai sombré... Je me souviens que je me suis levé, que j'allais travaillé puis... Soudainement de me réveiller dans ce ''bois de tulgey'' entre le chemin vers le boulot et le réveil, c'est le trou noir complet. Enfin bref, je sais pas comment on en est sorti non plus, je me souviens juste d'avoir trébuché ou quelque chose dans le genre et de mettre cogner la tête à Balgram... Enfin, une drôle d'aventure, ton père avait le nez gonflé en sortant de là. Bref, je n'étais pas au courant pour cet élan de tendresse, j'avoue que c'est étrange... » « Terrifiant même ! J'ai jamais eu confiance en son molosse, moi ! » « Mais on ne parle pas de toi Arel... Guine, je crois que tu peux délivrer Pala, il va finir par étouffer je crois... Enfin bref, ne te mêle pas de ma vie sentimental, c'est déjà assez lourd de devoir me trimbaler le Tholath à la moindre soirée mondaine. T'imagine pas a quel point c'est un calvaire de devoir balader cette espèce de glue et ensuite, je n'ai vraiment pas le temps de chercher un homme... Surtout si c'est pour devoir prendre un jeune célibataire de la haute société, ça ne m'intéresse aucunement. Ça peut te surprendre, mais je n'ai pas besoin d'un ''mâle'' pour subvenir à mes besoins, je suis votre égal, ne me traite surtout pas comme une gamine, tu sais que ça m'insupporte vraiment. Enfin, pour changer de sujet... Mes supérieur pensent qu'il y a un passage clandestin, tu en penses quoi en toute sincérité ? Tu n'as jamais rien entendu de ce genre en ville ? J'en ai un peu marre de chercher ce ''mythe urbain'', mais les grosses têtes on l'air persuadé de ce qu'ils avancent. » Elle soupire à nouveau, lasse tandis qu'Areldil l'observe en silence, elle lit dans son regard la remarque qu'il garde muette, oui, elle parle presque autant que son très cher cousin, elle s'égare souvent... Au fond, peut être aurait elle eu sa place de l'Autre-Côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Sam 23 Avr - 13:45

Bleu nuit, ou presque

Too much feels



Les mots d'Areldil firent rire Guinerain, qui prit soin de me libérer en douceur pour regagner mon épaule, me menaçant mentalement pour ne pas reprendre le fil de mes mots. Elle n'eut en guise de répondre, un regard blasé, agacé par ce genre d'initiatives. Qu'on laisse ma langue s'exprimer en paix, elle ne fait pas de mal après tout. « Que tu crois... » La réponse à mes pensées me fit lever les yeux aux ciel alors qu'elle répond au martre. « Ne t'y trompes pas et ne lui donne pas des idées de ce genre, mes dents et mes griffes sont plus pointues et tranchantes que les siennes. »

Elspeth finit par ouvrir les lèvres, les mots s'enchainant autant que les miens, continuant pour rivaliser, Areldil tentant de s'incruster, mais se faisant immédiatement envoyer paître. « Je crois que tu commences à devenir contagieux. » fit mentalement la furette qui tente de suivre la tirade, mais s'y perdant. Elspeth avait toujours été comme ça de toute manière aussi remontée et active, probablement celle avec qui je partage le plus de choses, de "vices" comme disent les autres. Je croise les bras sur mon torse, me redressant un peu plus tout en prenant une profonde inspiration, ma moitié enfuyant d'avance sa tête dans ses pattes, exaspérée.

« Tu me rassures, je n'ose même pas imaginer le genre d'horreurs qui auraient pu se produire si vous y alliez pour de petites expériences et évaluation du terrain. Il se peut que j'ai trop parler lors de notre dernière entrevue, voilà que le patriarche trouve la sentence trop douce. Pourquoi pas des poules qui pondent des œufs carrés tant qu'on y est ? Au moins nous sommes d'accord pour le molosse, rien que d'y penser j'en ai des frissons, un vrai cauchemar ambulant celle-là et je peux te confirmer que ses crocs sont très bien entretenus. Néanmoins, j'aimerai revenir à cette histoire d’œufs carrés, pourquoi tout doit toujours avoir des courbes ? Tu as déjà vu quelque chose de parfaitement carré naturellement ? Certes pondre un œuf avec des angles ne doit pas être très agréable pour une poule, mais tout de même. Je trouve que les proportions ne sont pas justes et équilibrées entre les lignes droites et les angles et les courbes et les cercles. Ça me rappelle un type étrange, un amputé, je ne sais plus ce qu'il avait fait, mais il avait un terrible conflit avec les cercles. Je crois que je commence à voir où il voulait en venir, enfin plus ou moins, voir pas du tout en fait. Mais Aïe ! Ne me tire pas les cheveux comme ça ! Oui ça va, je m'égare, j'ai compris. Espèce de Daemon masochiste et non, ce n'est pas plus masochiste de m'écouter "jacasser" que de nous infliger du mal. J'ai perdu le fil. Tu veux que je te dise Elspeth, tu es trop butée. Même si j'avoue que l'autre est loin d'être... enfin je ne trouve pas vraiment de mots, c'est bizarre, ça sort tout seul d'habitude, mais là... Enfin soit tu ferais probablement une bonne mère, mais je te l'accorde avoir des enfant avec ... oui non en fait je ne veux même pas essayer d'imaginer. Laisse tomber on passe à autre chose oui. Des passages clandestins tu dis ? »

Pause, le temps de reprendre de l'oxygène, mais aussi de méditer un instant. Avaïane était apparue à Balgram il y a quelques temps et certainement pas par un passage gardé à la perfection. Était-ce une bonne chose de savoir qu'il y avait une possibilité que certains amputés traversent avant qu'on leur arrache leur moitié ? Valait-il mieux en parler ? Ne serais-ce que pour qu'Elspeth garde ça pour elle. Guinerain m'indique sa tenue, son uniforme, ses mots purement destinés à l'usage professionnel. Je prends le temps de boire une longue gorgée de thé pour justifier cette pause un peu plus longue avant de reprendre, esquissant un sourire en coin.

« Jamais entendu parlé. Ce serait ridicule, s'il y avait un ou plusieurs passages clandestins, je serai revenu beaucoup plus tôt et crois-moi que ce monde n'aurait pas eu le temps de nous séparer. C'est probablement des bruits de couloirs venant de gens qui n'ont rien d'autre à faire que de se rendre intéressant en racontant des scoops croustillants. » Ma pseudo théorie pouvait tenir la route, même si dans un sens, les récupérations de Daemons étaient du même acabit et j'étais bel et bien la preuve que ce n'était pas que des rumeurs infondées.


Dernière édition par Palareth L. Balshilek le Ven 29 Avr - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 53
❧ PIECES D'OR : 435
❧ AVATAR : Karen Gillan
❧ CREDITS : (c) madhattress


MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Jeu 28 Avr - 23:10

J'ai vu un ange

Et ma vie n'a pas réellement changer...


« Je te l'avais dit, ils te font chercher qu'une vulgaire légende urbaine. » Elle lança un nouveau regard noir vers son daemon qui ne savait décidément pas tenir sa langue, malgré le fait qu'il ne faisait d'exprimer les pensées profondes de la petite rousse. « Tu ne veux pas un peu te taire ? Tu ne sais vraiment pas tenir ta langue. » « Comment veux tu ? T'a vu la longueur de mes pattes ? Et je n'ai pas de pouce ou de long doigt comme toi. De toute manière, je ne fais qu'exprimer tes pensées. J'assume parfaitement le fait d'être agaçant, oui oui. » Le martre bondit de l'épaule de son humaine pour atterrir avec peu de grâce au milieu des livres, l'air outrée. Mais au fond, il n'avait pas tout à fait tord pensait la Balshilek, une nouvelle fois on l'avait envoyé chercher un mythe, une rumeur, une chose qui ne semblait guère existé... Quoique, sa désastreuse expérience avec son oncle semblait signifié le contraire, pourtant, elle ne parvenait plus réellement a définir où elle était réapparu dans son monde originel. Les souvenirs étaient encore vagues, aucune rues et ruelles lui rappelait l'endroit où elle s'était retrouvé en sortant de ce sinistre bois de Tulgey. Bref, la jeune femme soupire tandis que son cousin s'était quelques peu égaré avant de finalement répondre à sa question... Évidemment, ça n'existait pas un portail ainsi. Finalement, ce n'était pas surprenant. Peut être même que cette affaire était monté de toute pièce pour tourmenter la bleusaille, elle se mit sérieusement à l'envisager, ce n'était pas la première fois qu'on l'a tourmentait ainsi, mais cela avait un côté positif, à chaque fois sa route croisait celle de son cousin fraîchement revenu de l'Autre-Côté.

Finalement, sa tristesse s'évapora, elle releva lentement la tête tout en souriant. Au fond, il lui avait énormément manqué, souvent elle repensait a cet être cher qu'elle avait perdu, souvent elle le voyait comme un héros qui avait sauvé plus d'une vie. Et cela, malgré la sinistre condamnation qu'il subit, il était revenu, il semblait s'être reconstruit une nouvelle vie, une existence plus paisible et avait une fille... Mari et père en apparence comblé, elle ne pouvait être que ravis pour son cousin. Finalement, elle ouvrit la bouche, effaçant la déception de son esprit ainsi que son visage.

 « Tu as raison, c'est se dont je me doutais aussi... Des portails clandestins, une bien étrange folie, même si... Je me demande alors comment on est revenu... Je veux dire ton père et moi, enfin bref... » « Tu t'égare » « Oui, je m'égare un peu... Bref, heum... Donc. » Elle commença a bafouiller, sa mésaventure encore bien présente dans sa tête, le martre s'approcha du cousin de sa moitié et décida de continuer la conversation, laissant son humaine faire le tri dans sa pauvre cervelle. « Excuse-la Pala, je crois que cette histoire d'Autre-Côté la hante un peu trop. Mais passons ! Elle voulait dire que tu avais une charmante petite fille, un véritable petit ange. Et je suis tout à fait d'accord avec elle, ce qui assez rare je tiens à noter. » Une vérité aux yeux du daemon, mais pas toujours au reste du monde. Il se mit alors soudainement à chuchoter. « Je pense que cette rencontre à éveillé la maman somnolente en elle. » « Arel ! » Malheureusement, elle avait entendu. Une énième soupir, un onzième regard noir de la journée envers son daemon définitivement incontrôlable certains jours. « Ne l'écoute pas, il est peut être dans ma tête, mais je doute qu'il cerne parfaitement le fonctionnement des hormones féminin... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   Lun 2 Mai - 10:23

Bleu nuit, ou presque

Too much feels



Je grinçais des dents lorsque le martre bondit droit dans les livres, mes livres. Ils sont précieux, une marchandise de qualité et parfois rares, bien obligé d'aller chercher des œuvres d'exception pour pouvoir rester ouvert puisque les rumeurs vont vite dans les différents quartiers. Fort heureusement que Guine était bel et bien là pour démontrer qu'il n'y avait aucun amputé, ni de simple furet apprivoisé qu'on ferait passer pour un Daemon, j'avais probablement tout entendu. Je m'empresse de ramasser les livres qu'Areldil fait tomber, les replaçant en sécurité dans une étagère.

« Toujours à faire la basse besogne d'apprentie et à chasser les mythes ? Les légendes pas les papillons, remarque ça ferait un bon jeu de mots. Ils ne te gâtent pas chez les Passeurs. » La phrase est sortie d'elle-même, me souvenant parfaitement de son odeur pire que nauséabonde de la dernière fois. Je n'avais jamais vraiment eu droit à ce genre de bizutage sportif et amusant, partir à l'exploration de choses inconnues est toujours excitant selon moi, mais j'avais plutôt droit aux formes et aux manières ennuyeuses et dépourvues d'émotions. Le Palais de Justice était beaucoup trop sérieux et froid pour les plaisanteries, d'autant plus avec la réputation que mon géniteur y avait.

« Si ce travail ne te convient plus, tu peux toujours venir me donner un coup de main. Quoi que tu trouverais probablement ça très ennuyeux. C'est marrant c'est la seule chose qui parvient à me garder statique, enfin les livres, pas le travail, ce serait tout de même terriblement ironique si c'était le cas. Mais à ta place je prendrais ces balades pour un travail très sérieux, un peu comme si tu étais une exploratrice en quête d'un trésors perdu depuis des lustres, même si tout ça perd son charme dans les égouts. »

Ah oui problème, si elle était passée par le dit passage, mon mensonge ne tiendrait pas bien longtemps. Mon esprit part donc en quête d'aide dans celui de Guine qui relève le museau vers Elspeth du haut du comptoir, ayant délaissé mon épaule pour que je termine mon rangement. « Quelqu'un vous a peut-être ramené ou c'était peut-être le moment où les passeurs sont en pause. » Fort heureusement le sujet dérive, riant aux quelques mots du martre. Je jette un œil à la concernée, dormant avec son Daemon dans les bras.

« Tu devrais rester ce soir, il se fait tard et je suis sûr que Liscialle serait ravie de te revoir, mais ne l'influence pas trop avec des idées de femme révolutionnaire, je tiens à ce qu'elle ne veuille pas commencer à exercer un métier à risques. » Nouveau rire qui s'élève alors que je décide de laisser les comptes pour le lendemain matin, invitant la rousse à sortir une fois la boutique fermée. Je lui laisse le landau d'Hélionne avec un sourire de mioche, comme si ça allait lui donner un peu plus d'idées. Je ne prends pas en compte le sourire probablement faux des quelques passants qui se hâte de rentrer chez eux en nous croisant, profitant du bout de chemin et de la fraîcheur du soir, Guinerain réchauffant ma nuque en s'y blottissant.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: bleu nuit (palareth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
bleu nuit (palareth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bleu nuit (palareth)
» CHRYSLER VOYAGER S3 2,5TD SE 7 PLACES
» pierre de soleil
» aventurine bleue
» [IDENTIFICATION] Reconnaitre une sodalite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-