AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Lun 22 Fév - 15:22

Then I’ll raise you like a phoenix

Without you I can't stand the sound of the rain


User d'un nom sur un morceau de papier, simplissime. S'il y a quelques jours encore il m'aurait été plus qu'impossible de pénétrer dans ces lieux dans lesquels nous aimions venir nous perdre, il avait suffit d'un détail majeur pour qu'on nous laisse entrer sans se poser de questions. Ici, les Amputés ayant retrouvé leurs moitiés n'étaient qu'un mythe ridicule, personne dans ce quartier ne se penchait réellement sur ce problème, bien trop occupé à abuser de leurs privilèges pour se soucier des classes inférieures. Personne ne se douterai que l'un d'eux s'était glissé là, profitant d'un nom qui en signifiait trop pour que la question ne les effleure. Il en avait été de même pour la banque, mettre la main sur nos réserves plus qu'aisées endormies depuis plus d'un an n'avait pas été bien compliqué grâce à ma complice aux yeux masquées fraîchement retrouvées.

La dissimuler des yeux de Liscialle et de Delenrorn, sans parler du jeune Daemon à l'odorat affuté, avait été terriblement compliqué, surtout que notre lien refusait de nous laisser une distance raisonnable. Certes, au fil des jours nous avions constaté une amélioration, mais nous ne frôlions que le mètre-soixante. Peut-être nous fallait-il un temps de réadaptation, quelques semaines avant que notre lien ne redevienne ce qu'il avait été. La douleur fantôme revenait tout de même de temps à autre, refusant de disparaître entièrement en nous foudroyant, mais le pire était l'angoisse, la crainte qui tourmentait ma moitié, paranoïa d'être renvoyé là-bas, loin de tout ou qu'elle ne s'évapore d'un instant à l'autre, nous arrachant à nouveau. Est-ce qu'on en survivrait ? Sa présence ne m'avait jamais semblé aussi indispensable qu'aujourd'hui, maintenant que nous avions connu le pire durant trop longtemps.

Nous rentrions tard, trop tard et partions trop tôt aussi, évitant soigneusement de se faire remarquer et pincer. Nous aimions les entrées soignées et fracassantes, il fallait donc faire les choses dans les règles. Le problème c'est que cette mise en scène était trop, ne collant absolument pas avec mes propres valeurs, mais qu'importe, j'aimais me plier en quatre pour Li, surtout après autant de temps dans les Limbes à se tuer au travail et je devais bien ça à Guinerain qui, comme moi, avait souhaité conservé notre lien intime le temps de nos retrouvailles, de se faire à ce nouveau nous encore instable et différent.

C'est donc après une élaboration méticuleuse que j'avais envoyé un mot à ma femme, prenant soin qu'il ne soit pas écrit de ma main ou signé histoire de laisser planer le doute encore un peu. Il n'y avait plus qu'à attendre, vêtements neufs et en accord avec le lieu, gant s'enlevant discrètement alors que mes doigts effleurent mon âme dissimulée dans une poche assez grande. Bien entendu il fallait un prétexte pour l'entrée dans ce lieu sans Daemon et c'est par hasard que l'idée de la brindille nous est naturellement venue. Je la glissais dans mes cheveux, rire intérieur de Guinerain dans sa cachette se moquant en imaginant ma tête avec le pseudo-phasme qui ne collait certainement pas avec notre caractère.

Enfin, le son des pattes si caractéristiques de Delenrorn s'élevait dans mon dos, la table étant isolée du reste pour que nous puissions discuter tranquillement et ne pas déranger le reste de la clientèle si notre fille se mettais à user de ses cordes vocales. La pensée manquait de faire gigoter Guine qui s'impatientait, s'extasiant d'avance de pouvoir enfin approcher la jeune âme qu'elle n'a vue qu'assoupie en pleine nuit. Je me levais aussitôt, m'inclinant pour accueillir ma femme, rattrapant de justesse le petit morceau de bois qui glissait déjà. Baise-main plus qu'exagéré, manquant d'éclater de rire en retrouvant de telles manières après plus d'un an.

J'indiquais le nom d'un vin au garçon de salle en attendant que Liscialle s'installe. Aussitôt l'homme retiré, j'esquissais un sourire tout en montrant fièrement la brindille, pseudo plan machiavélique totalement faux alors que Guinerain manquait de se tortiller de rire. Heureusement, la poche était sous la table, peu repérable, sauf pour le Daemon explorateur de notre fille. « Un phasme. Il n'y ont vu que du feu. » Le rire m'échappe vu le ridicule de la chose. D'un autre côté, je me maudissait de ne pas y avoir pensé plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Mar 23 Fév - 0:57

Then I'll raise you like a phoenix

Silver clouds with grey linings


La lettre se froisse entre mes doigts, encore et encore, tandis que je me prépare en soupirant, reprenant une robe de sorte à dissimuler le poids que j'ai pu perdre ces derniers temps, consciente de ne rien pouvoir faire pour dissimuler ma pâleur et les cernes qui se sont davantage creusés sous mes yeux au fil des derniers jours. Pala m'évite, rentre impossiblement tard, part impossiblement tôt, toujours si lumineux et heureux que je n'ose même pas lui demander ce qu'il se passe. Sa réponse m'effraie, cette mise à l'écart me maintient éveillée la nuit, prenant ma fille dans mes bras et me blottissant avec elle sous les couvertures une fois mon mari reparti pour oublier son côté du lit qui se refroidit, les rares mots qui sont tout ce à quoi j'ai droit lorsque je suis assez chanceuse pour être éveillée lors de l'un de ses passages éclairs. Ed bout de doute, d'indignation, tandis que je tente de chasser les idées terribles, les suspicions que je sais fausse et qui pourtant, face à la solitude et à l'épuisement, gagnent chaque jour plus de poids.

Et maintenant, cette lettre. Anonyme, d'une main que je ne connais pas, d'un style qui ne m'est pas familière, me convoquant au restaurant de l’Érable. Je crains d'y retrouver un homme sombre et sévère, ses papiers m'arrachant ma fille et mon nom en même temps que mon époux. Idée stupide. Et pourtant, je m'en inquiète d'avance tandis que je glisse les peignes dans me cheveux et enfile mes gants, attache mon chapeau et passe un châle brodé autour de mes épaules. Il faut faire honneur au lieu, faire illusion face à l'inconnu que je vais retrouver, en espérant ne pas tomber dans un quelconque piège, dans un cauchemar éveillé. Les derniers jours y ressemblent bien assez, me tirant un sourire amer alors qu'Ed prend le daemon d'Hélionne dans son bec et que je berce ma fille dans mes bras, ses affaires ballotant contre mon côté, besace jurant avec ma tenue mais bien plus nécessaire qu'elle. Il faut marcher, prétexte pour repousser l'échéance, effort ayant l'avantage de faire monter une maigre couleur à mes joues tandis que mon souffle se fait court et que mon cœur martèle contre mes côtes. Les portes passées à la feuille d'or qui s'élèvent devant moi me terrifient. J'ignore ce que je vais y trouver, tandis que je veux fuir.

Ed me précède, m'ôtant la décision des mains, nous guidant vers le restaurant où la longue silhouette de Palareth habillé à la perfection d'un costume qui proclame sa caste de noble comme il n'en a pas mis depuis son retour nous accueille, baise-main même exagéré ne parvenant pas à me faire sourire tandis que je me glisse dans ma chaise, pressant Hélionne contre moi et ne prêtant aucune attention à la manière dont son daemon furète autour de la poche de Palareth. Sans doute aura-t-il senti une quelconque bricole, une sucrerie oubliée, quelque trésor ramassé lors d'une promenade de Pala. Le fait qu'il s'agisse de la première fois qu'il remet ses vêtements, du moins à ma connaissance, est volontairement occulté. Je veux rester aveugle un moment encore, me laisser croire que quelque chose ne va pas de nouveau changer aujourd'hui, probablement pour le pire. L'optimisme m'est difficile face aux derniers jours, la brindille censée être phasme elle-même ne me tirant qu'un pauvre rire tandis qu'Ed rit plus franchement, bec se levant au ciel. Le plan fait écho à son sens de l'humour, après tout.

"Tout va bien ? Tu voulais me voir ?"

Pourquoi ici plutôt que chez nous, pourquoi cette lettre anonyme plutôt que simplement me parler ? Je connais l'amour des mises en scène de Palareth, m'en suis amusée plus d'une fois, mais celle-ci me donne envie de pleurer, mes doigts jouant machinalement avec ceux d'Hélionne pour me donner une contenance. Je ne parviens pas à comprendre pourquoi tout cet anonymat et ces journées passées à nous éviter, ni même cette culmination en ces lieux si froids et nobles, en dépit de leur raffinement, m'oppressant. Et Ed ne m'est d'aucune aide, occupé comme il l'est à rattraper encore et encore le daemon d'Hélionne qui semble étrangement déterminé à explorer le contenu de la poche de Palareth.

"Il n'y a rien de grave... pas vrai ?"

Tu n'as pas d'ennuis, pas vrai ? Tu n'as pas décidé de nous abandonner, pas vrai ? Tu n'as pas laissé quelqu'un te séduire loin de moi pas vrai ? Tu ne me suspectes pas de t'avoir trahi, pas vrai ? Ton comportement de ces derniers jours et cette invitation grandiose ne sont que des coïncidences, pas vrai ?

Les mots se bloquent dans ma gorge tandis que je me mords nerveusement la lèvre en fixant Palareth, aile et bec d'Ed délaissant un instant l'âme d'Hélionne pour venir caresser mon dos et se nicher dans mes cheveux dénudés, chapeau sagement posé à mes côtés, comme il se doit. Je préfèrerai le porter encore, je crois. Il abriterait mes yeux, dissimulerait les cernes violacés qui s'y sont creusés comme l'inquiétude qui doit sûrement en transparaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Mar 23 Fév - 15:17

Then I’ll raise you like a phoenix

Without you I can't stand the sound of the rain



Mon regard se pose d'instinct sur Delenrorn alors que son rire, beaucoup plus enthousiaste que celui de Liscialle, s'élève. C'était bien le genre de chose qu'il était capable de faire après tout. J'ignore si c'est le lieu, les normes, le quartiers, mes disparitions qui rendent Liscialle nerveuse, respirant le doute à plein nez malgré mon sourire qui se veut plus que rassurant. Pourtant l'agitation autour de la poche dangereuse me fait froncer les sourcils, jeune Daemon manquant d'y enfoncer les pattes si le manchot paternel ne le retenait pas.  « Dis-moi que tu n'as pas oublié les friandises. » S'inquiétait ma moitié, cramponnée comme elle le pouvait dans ce tout petit espace. Mon silence bien embêté servit de réponse, furette me sermonnant un bref instant.

« Pourquoi ça n'irait pas ? Détends-toi je voulais juste te faire une surprise. On dirait que tu viens de voir un fantôme à moins qu.. » « Pal ? Tu ne te souviens pas de ce qu'on a dit à propos de tes discussions tirées en longueur ? » Je m'arrête, bouche toujours ouverte se refermant en une moue à moitié boudeuse et frustrée se dessinant malgré-moi. J'avais l'impression d'être bridé, qu'elle venait de me couper la langue et éteindre le son qui pouvait s'échapper de mes lèvres. Au lieu de s'excuser d'avoir provoqué un tel mal être, elle ne fit que rire intérieurement.

L'inquiétude de Liscialle me fait retrouver mon sérieux, enfin si on en oubliait le fait que j'avais terriblement de mal à rester là, assit sur cette chaise. « Il faut quelque chose de grave pour venir ici ? Enfin j'avoue, il y a quelque chose d'important. Enfin plusieurs choses je dirai même, mais je ne vais certainement pas dire quoi avant d'avoir commandé. Prends tout ce qui te fait de l’œil. » A peine eu-je terminé ma phrase que les verres de vin se remplirent, prenant commande de mets principalement à base de viande, côté carnivore reprenant amplement le dessus sur le reste, comme si le retour de mon âme influençait mon estomac, bien qu'elle devrait attendre encore avant de glisser ses crocs acérés sur une partie de mon repas par pure et simple gourmandise.

Une fois le garçon de salle s'étant retiré, j'en revins à Li, doigts s'enfuyant dans ma poche, pas celle qui dissimulait ma moitié, mais une autre, en sortant une boite que je glissais sur la table. Elle ne manquerait certainement pas de reconnaître l'objet, petite clef d'argent qu'elle avait gardé précieusement durant presque une décennie. Sourire de môme se dessinant sur les lèvres, trépignant d'impatience le temps qu'elle ose, à deux doigts de prendre Hélionne pour que ce soit plus rapide. « De nouveau à nous dans quelques jours. Forcément il va probablement falloir retrouver du mobilier, mais on y sera mieux, Hélionne y sera mieux. » Fis-je tout en me redressant fièrement maintenant la boite ouverte. « Ah oui et j'ai probablement fait une bêtise, mais j'ai acheté une boutique, tu vas pouvoir arrêter de te tuer à la tâche à la taverne. »

Elle serait probablement mieux à coudre tranquillement, notre fille à ses côté que d'avoir à faire à quelques ivrognes dangereux de temps à autre. Puis je n'aimais pas me savoir parfaitement inutile, à tourner en rond à longueur de journée. Bien entendu, j'avais pris soin de ne pas encore aborder la raison de ses changements, gardant le meilleur pour la fin, lançant de temps à autre des regards à Ed sans qu'il ne se doute que sa compagne n'était en réalité pas bien loin, contrairement au jeune Daemon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Mer 24 Fév - 23:11

Then I'll raise you like a phoenix

Silver clouds with grey linings


L'anxiété s'accentue en dépit de moi en notant la manière dont Palareth s'interrompt, monologue coupé à la source, avant même d'avoir pu commencer. Il n'a jamais fait ça depuis son retour, n'a jamais essayé de retenir les mots, changement me perturbant autant que cette moue qu'il affiche. Comme s'il s'arrêtait en dépit de lui-même. Mais cela ne fait aucun sens, n'est-ce pas ? Sûrement rien ne peut empêcher Palareth de partir dans un monologue, mots et gestes lui échappant ? Mes dents trouvent ma lèvre, la mordent, tandis qu'Ed retourne s'occuper du daemon d'Hélionne, notre fille gigotant contre moi, mes doigts la caressant pour la distraire. J'écoute mon mari tandis qu'il recommence à parler, mots augmentant mon anxiété. Commander tout ce que je veux ? Ici ? Sûrement, ce n'est pas raisonnable... et pourtant Pala semble penser différemment, ma voix finissant par le rejoindre, commandant divers plats à base de poisson et faisant saliver d'avance Ed, me tirant un rire muet et une promesse toute aussi muette de partager avec lui. Une requête est ajoutée, serveur s'engageant à nous amener un biberon de lait de chèvre pour Hélionne. Je peux difficilement l'allaiter en public, après tout. Et cela me distraira si nécessairement de ces nouvelles si importantes que Palareth doit m'annoncer et qui ne parviennent qu'à générer de l'appréhension en moi.

Le son d'un objet contre la table, partiellement absorbé par l'épaisse nappe d'un blanc pur qui la recouvre, attire mon attention, mes yeux tombant aussitôt sur la clef reposant à l'intérieur et s'agrandissant sous le choc. Notre clé. La clé de notre maison, de notre chez-nous, de notre foyer, sur la table. Mes doigts tremblent tandis qu'ils s'avancent pour la tracer, s'en saisissant avec hésitation avant de la presser contre mon sein, regard perdu cherchant celui de Palareth. Comment l'a t-il récupérée ? Et où a t-il trouvé l'argent pour cette boutique qu'il dit avoir acheté ? Nos économies d'avant sont toujours à la banque, endormies, hors de notre portée. Un instant, j'imagine le pire, avant de balayer l'idée. Palareth ne ferait jamais cela, pas maintenant qu'il y a Hélionne. Il ne ferait rien qui puisse la blesser.

"Notre maison ? Et une boutique ? Quand ? Comment ?"

Trop d'informations, trop peu de détails, la tête m'en tournerait presque, ma main se fermant à l'aveugle sur le verre de vin devant moi et le portant à mes lèvres, liquide glissant dans ma gorge et m'éclaircissant les idées. Ce n'est pas très élégant, de boire un quart de son verre de la sorte, mais qu'importe. J'en ai besoin. D'un coup, nous sommes sur le point de retrouver notre chez-nous, nous avons une boutique (de quoi, là est tout le mystère, mais je n'ose pas poser la question, une petite part de moi craignant qu'il ne s'agisse d'une boutique de thé, feuilles provenant de l'Autre Côté vendues sous le comptoir), Palareth parle de racheter des meubles comme si veiller à notre budget n'était soudainement plus une nécessité... Ce détail me fait d'ailleurs froncer les sourcils, cerveau recherchant péniblement une information dont je sais que je devrai me rappeler. Mon daemon prend le relais tandis qu'une patte garde l'âme d'Hélionne plaquée au sol pour l'empêcher de tenter une énième ascension de mon époux.

"Li a mis autant de vos meubles et autres qu'elle pouvait dans un garde-meuble, l'argent de la location servait majoritairement à le payer d'ailleurs. Apparemment, c'était une meilleure idée qu'on aurait pu le croire sur le coup, même si j'aurais pas parié une plume là-dessus."

Le serveur revient, déposant les plats devant nous, cloches dévoilant leur contenu, viande tant appréciée par Palareth et poisson pour lequel j'ai le même goût que Delenrorn. Ma cuillère plonge dans la riche soupe cuivrée, la remuant un instant avant de la porter à mes lèvres, paupières se fermant tandis que le goût envahit mes papilles, me tirant un soupir de contentement.

"C'est délicieux... Merci de m'avoir invitée, même si je crains de ne pas comprendre pourquoi toute cette mise en scène."

Hélionne gigote de nouveau, me contraignant à délaisser mon plat, Ed profitant de l'occasion pour y plonger son bec et boire, y retournant et reprenant un peu de l'épais liquide pour le faire goûter au daemon de notre fille qui semble aussi enthousiaste que mon âme, se faisant bébé manchot et se réfugiant entre les pattes protectrices, levant le bec en une mimique implorante qui fait rire Ed. J'en souris, tandis que je vérifie rapidement la température du lait d'Hélionne, la calant au creux d'un bras pour la nourrir, l'autre s'aventurant à se saisir de nouveau de mon couvert pour refaire monter une cuillerée de soupe à mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Sam 27 Fév - 13:19

Then I’ll raise you like a phoenix

Without you I can't stand the sound of the rain



J'enregistre l'expression de Liscialle, me redressant un peu, toujours encré dans la chaise bien que mes jambes éprouvaient l'envie irrésistible et déraisonnable de gigoter. Le sourire en coin s'élargit, enregistrant son interrogation. Je ne peux m'empêcher de rire légèrement alors qu'elle porte la verre à ses lèvres. Certes, j'aurai préféré qu'elle le fasse avec du thé plutôt que du vin. Je sens ma moitié trépigner de plus en plus d'impatience face à cette réaction qu'elle ne peut voir, face aussi au ridicule de Delenrorn qui s'évertue à retenir la jeune âme sans se douter une seconde de ce qu'elle cherchait en réalité.

Mais aux mots du manchot, mes sourcils se froncent, fait dissimulé qui ne me plait pas et fait un instant disparaître mon rictus. Mon regard voyage entre Delenrorn et Liscialle, emprunt d'un reproche. « C'est ridicule, idiot, matérialiste, ce ne sont que des plaques de bois, ça aurait été mieux pour Hélionne. Delenrorn pourquoi tu ne l'a pas empêchée ? Non, laisse-moi deviner, une vraie Balshilek, plus entêtée tu meurs. » Un soupir m'échappe, de toute manière ce n'était plus le moment pour penser à tout ça, je me détends en une seconde, entamant une bouchée de mon entrée qui fait râler ma moitié. « Enfin c'est sans importance à présent, nous iront les récupérer une fois la maison libre. »

Je replonge dans l'assiette en silence, gibier cuisiné à la perfection. Seul un sourire un brin espiègle persiste, satisfait de voir que l'invitation et l'entrée en matière plaisent, profitant de l’inattention de Liscialle et de Delenrorn pour faire disparaître ma fourchette ornée d'un morceau de viande sous la table comme si de rien n'était, museau s'extirpant à peine de la poche pour planter ses crocs acérés dedans. « Tu vas comprendre, je vais y venir, mais d'abord j'attends que tu termines, je ne tiens pas à ce que tu noies notre fille par mégarde. Si tu doutes de moi, dis-toi que je ne suis pas devenu dealer de Thé si c'est ce à quoi tu penses et si ça peut te rassurer, même si l'idée n'est dans un sens pas si mauvaise, j'aurais de sacrées réserves personnelles. »

Nouveau rire, doigts pianotant sur la table une fois mon assiette terminée, attendant qu'elle termine et qu'on nous retire les couverts alors que l'impatience me gagne à mon tour, passant le temps en observant les mimiques de notre fille. Je sens que Guinerain m'en voudrait de louper le plat de résistance, d'être forcée d'attendre immobile jusqu'au dessert ou jusqu'à la fin du repas, nous étions deux moitiés d'un même ressort dont on avait mis un doigt dessus pour qu'il se tienne en place, à deux doigts de partir dans tous les sens aussi bien l'un que l'autre. Enfin l'attente entre les plat arrive, pause idéale. « Je veux que vous fermiez les yeux, Ed, tu devrais probablement t'asseoir, je préfère ne pas te voir glisser sur le sol ou défaillir ici, quoi qu'un manchot peut être en état de choc ? Oui, non, en fait dit comme ça, c'est un brin effrayant, oubliez. »

J'attends qu'ils opèrent, me retrouvant seulement face aux grands yeux verts d'Hélionne et de son âme qui me regardent faire avec attention, mains se glissant sous la table pour aider Guinerain à sortir de son endroit restreint, entendant son soupir de soulagement mental alors que ses yeux sombres se plissent sous la luminosité de la pièce, il lui faudrait quelques minutes pour s'y adapter de nouveau, bien que ses yeux n'y verraient pas aussi bien qu'une fois le soir venu. Le rire de ma fille s'élève, jeune Daemon s'agitant plus encore alors que la furette se dresse fièrement avec sa fourrure d'hiver beaucoup plus épaisse sur mon épaule. « Surprise ! » La petite voix s'élève, tout de même faible pour ne pas attirer l'attention sur nous, on allait probablement déjà avoir un problème de manchot alors si on faisait comprendre que j'étais un sentencé, nous serions cuits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Lun 29 Fév - 21:32

Then I'll raise you like a phoenix

Silver clouds with grey linings


La soupe se fait cendres dans ma bouche face à la réaction de Palareth, cuillère retrouvant mon assiette sans un son, encore à demie-pleine, tandis que je lutte pour garder le contrôle de mes traits. Juste des planches, oui, mais des planches qui ont une valeur à mes yeux. Des planches qui ont des souvenirs ancrées en elle. Et des planches qui ont une valeur autre que monétaire. Un instant, je reprends conscience de la différence de nos classes, de nos éducations, en dépit de tout. En dehors de cette année, Palareth n'a jamais manqué. Comment lui faire comprendre que ces planches étaient une garantie ? De l'argent éventuel, une dot si nécessaire, une certitude, et oui, des souvenirs. Je ne le regrette pas, mais je regrette la réaction de Palareth tandis que je reporte avec hésitation ma cuillère à ma bouche et tente de retrouver le délice de tout à l'heure. Discuter ne servirait à rien, la conclusion de mon époux en est la preuve, pour tout ce qu'elle me tire un sourire secret.

Un sourcil interrogateur se hausse face à la réponse de Palareth, avant que mon âme et moi ne nous concentrions de nouveau sur nos tâches respectives, Hélionne finissant son repas et faisant son rôt avec obéissance, me laissant libre de terminer mon entrée. Mes yeux se ferment dans un sourire alors que nos assiettes nous sont retirées, envie de les rouvrir me saisissant aussitôt alors que je sens l'incompréhension d'Ed face à l'âme d'Hélionne qui se débat davantage.

La voix nous prend, pour le coup de manière appropriée, par surprise, mes yeux se rouvrant tandis qu'une main se porte à ma bouche, retenant une exclamation qui n'aurait fait qu'attirer sur nous l'attention. Mais ma surprise n'est rien face à celle de mon âme, vague de joie et de peine, de douleur et de ravissement, d'incompréhension et de doute me submergeant et faisant monter les larmes à mes yeux. Un simple coup d’œil me suffit à réinstaller ma fille contre moi, main délaissant ma bouche pour caresser une des ailes entrouvertes et figées, le bec incurvé s'entrouvrant en tremblant avant de se refermer, muet, se rouvrant enfin, murmure débordant d'une joie désespéré s'en échappant.

"Guine ? C'est toi ? T'es vraiment là ?"

Ses ailes tremblent d'une énergie réprimée tant bien que mal, mon daemon luttant contre l'envie de fondre contre sa compagne pour la presser dans ses plumes, là où on ne pourra plus la lui arracher, bébé daemon se frottant contre lui comme pour le consoler avant de se faire furet semblable à Guinerain, me tirant un rire saisi. Après toutes ces tentatives pour qu'il adopte cette apparence, il semblerait qu'il s'y soit décidé de lui-même, tandis qu'il bondit et tente d'escalader la nappe, bien déterminé semble-t-il à rejoindre l'âme réapparue et à la flairer.

"Guinerain... tu vas bien ? Comment... ?"

Le murmure m'échappe à mon tour, aussi empreint de joie retenue que celui de mon âme, avant que l'idée ne me traverse, presque douloureuse, comme une aiguille qui s'enfonce dans mon sein.

"C'est pour cela que vous nous évitiez ? Pour vous retrouver ?"

Je peux le comprendre, certes... tant l'envie de se retrouver que celle de vouloir nous faire la surprise, mais... cela reste douloureux, de me dire qu'ils ont voulu garder le secret. C'est enfantin comme réaction, mais qu'importe. L'incompréhension enfantine de mon daemon frustré de ne pouvoir toucher sa compagne encore m'influence, alors même que sa joie et le comportement de l'âme d'Hélionne m'amusent et me réchauffent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Lun 29 Fév - 23:33

Then I’ll raise you like a phoenix

Without you I can't stand the sound of the rain



L'extérieur est le bienvenue, délaissant cette maudite poche étroite qui m'entravaient dans mes mouvements pour enfin m'étirer comme je peux sur l'épaule de Palareth. Évidement ça allait être compliqué de se dégourdir les pattes ici, surtout avec le peu de distance que nous avions entre nous, omis tourner autour des quatre pieds de la pauvre chaise où était installé ma gigantesque moitié, il n'y avait rien d'autre. J'attends un bref instant que ma vue médiocre discerne autre chose de de vagues formes, me fiant à mes yeux plutôt qu'aux images qui traversent notre lien via ceux de Pal, le tout en trépignant, simple mot sortant et qui, comme prévu, provoqua plusieurs réactions en chaine.

Le rire de Pal, si léger se joignit au mien en voyant l'expression sur le visage de Liscialle. Ce fut pourtant Delenrorn qui attira toute mon attention, acquiesçant à ce qui semblait être une question pourtant rhétorique, descendant de mon épaule-perchoir fraîchement retrouvée une fois que Pal eut haussé les épaules à la question de sa femme. Nous ne savions pas comment après tout, ni pourquoi, c'était juste comme ça, une sorte d'évidence et il n'y avait aucune explication rationnelle. Nous n'en avions pas besoin de toute manière, bien que la tourmente de nous arracher l'un à l'autre persistait.    

A peine une patte au sol que ce minuscule Daemon me sautait dessus, roulades s'enchainant dans une ébauche de jeu, prenant soin de ne pas franchir la limite si proche alors que nous nous rencontrions enfin, autrement que lorsqu'il était assoupi et blotti contre l'adorable filette. Je sentis Pal un brin contrarié à travers notre lien fragile, me confrontant face à quelques souvenirs hilarant où Ed et lui jouaient les professeurs de forme à prendre. J'aurai donné cher pour voir ça, imaginant les heures d'échec alors qu'il ne m'avait fallu qu'une seconde, espérant un brin et secrètement de le voir adopter cette forme en tant que favorite, sentant déjà toute l'énergie dont il pouvait faire preuve et si ce n'était pas le cas, il y en aurait d'autres, enfin j'espérais, bien que cette pensée fit sourire Palareth.

Mon museau se pointe enfin vers le manchot, mon manchot, attendant qu'il s'approche en lui faisant comprendre que je n'avais pas la possibilité de m'avancer d'avantage pour me fondre dans son plumage, empruntant le frottement d'un chat avant de me glisser dans ses pattes tout en gardant la jeune âme en otage entre les miennes, jeu continuant plus calmement, se changeant en une étreinte maternelle.

En attendant, Pal acquiesce à la nouvelle interrogation de Liscialle alors qu'il me lance un regard furtif, ouvrant les lèvres en sachant pertinemment que je compterai le nombre de mots inutiles employés. « Il y a ça et régler le reste, nous pensions que c'était mieux de tout faire d'un coup. » « Puis nous avions peur que ce ne soit que temporaire ou qu'on nous y renvoie... » Complétais-je en lui coupant le sifflet. Certes ce n'était pas tout à fait vrai, nous avions toujours peur, la crainte était devenue partie intégrante de notre lien, derrière chaque regard, chaque individu. Bien que ce fut idiot et que c'était impensable, infondé, nous avions même peur de Liscialle et de Delenrorn. Et si leur rancœur était toujours là ? Et si ils attendaient depuis le début que quelque chose se passe pour nous y renvoyer par vengeance pour nos fautes ? Nous séparer d'Hélionne et de ce petit trésors plein d'énergie pour nous blesser d'avantage ? Nous ne savions plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Mar 1 Mar - 17:57

Then I'll raise you like a phoenix

Silver clouds with grey linings


Elle est là, vraiment là, fourrure et yeux sombres et brillants, toujours la même voix, et j'en tremble dans mes plumes tandis que je vois le minuscule daemon prendre sa forme et jouer avec, corps fins s'enroulant ensemble. Je maugrée malgré moi de le voir si aisément adopter cette forme que Palareth et moi avons tenté si fréquemment de lui faire prendre, images, encouragements et sucreries à l'appui pour la plus grande hilarité de Cia.

Je les observe en silence, perdu dans ma joie même si je me stupidement blessé qu'elle ne me soit pas revenue de suite, préférant garder le secret, même si Cia et moi aurions probablement fait pareil dans leur situation, enfin, si mon apparence le permettait. C'est probablement quelque chose qu'on ne pourra jamais comprendre, se cacher, me dissimuler. On en est simplement incapables. Je me demande ce que ça fait, de pouvoir être entièrement possessifs l'un envers l'autre, de pouvoir empêcher un contact juste en sortant d'une poche. Et puis je me fais distraire par le regard de Guine, me rapprochant puisqu'elle ne le peut pas et la sentant aussitôt se fondre entre mes pattes, bébé daemon entre les siennes dans une sorte de câlin.

Je ne prête aucune attention à ce que raconte Palareth, enregistrant juste vaguement le soulagement de Cia face à l'explication de son mari et partageant son indignation et sa douleur à l'idée que la réapparition de la furette ait pu n'être que passagère. Ce serait trop cruel, mon bec plongeant aussitôt dans sa fourrure pour m'apaiser et calmer les pensées rebelles qui ne veulent que trouver ceux qui leur ont inspiré cette crainte et leur crever les yeux, arracher les langues de leurs daemons et les réduire en pièces. Comme si j'allais laisser quelqu'un toucher à Guinerain maintenant qu'elle est réapparue ! C'est un miracle, et plus personne ne la blessera, plus jamais, j'en fais le serment, bec effleurant son museau si délicat en ma version d'un baiser tandis que je sens Cia approuver calmement ma décision. Nous sommes possessifs, je crois. Ou juste protecteurs. Ou peut-être que c'est juste notre famille qui inspire ça en nous. Qu'importe.

Du coin de l'oeil, je peux voir ma Cia saisir la main de Palareth et la porter à ses lèvres un instant avant de la garder au creux de sa paume, indifférente aux regards, l'avoir retrouvé lui apportant la certitude qu'Hélionne ne court plus le danger de lui être arrachée, de leur être arrachée, nous être arrachée, à tous les quatre. Quatre... Six, même. Étrange comme ces chiffres me transportent, mon bec s'ouvrant, murmure rempli de joie m'échappant.

"On est six..."

Je peux sentir un éclair de douleur muet traversé Cia en réponse, regret familier qui n'a jamais été entièrement surmonté pour ce bébé qu'elle n'a pas su protéger, pensée à peine formée me parvenant. Oui, on devrait être huit... mais je reste bêtement heureux qu'on soit six, dissimulant les deux furets de mes pattes et de mon bec tandis que le serveur amène les plats principaux, odeur de la viande et surtout fumet du poisson me parvenant sans me faire relâcher mon emprise, les abritant des regards et ne me reculant qu'une fois l'homme reparti sans cesser de frotter mon bec contre eux, tirant un rire à Cia qui semble hésiter à relâcher la main de Palareth pour pouvoir manger, me faisant rire en retour. Aussi possessifs l'un que l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Ven 11 Mar - 13:07

Then I’ll raise you like a phoenix

Without you I can't stand the sound of the rain



Mon regard se baisse, se perdant loin alors que les mots de Guinerain résonnent encore dans notre lien avec cette même sensation angoissante qui nous prends aux tripes depuis son retour. J'hésite un bref instant à compléter sa phrase à voix haute, à parler de mon géniteur témoin de la scène, du simple fait qu'il sait, même s'il y avait beaucoup plus de détails pour le moins étrange dans cette histoire. Je m’abstiens, me contentant d'un sourire alors que Delenrorn prend ma moitié sous son aile, la dissimulant et ne doutant pas qu'il y ait quelques yeux crevés si un Daemon étranger s'approchait un peu trop.

De la même manière et dans un écho presque parfait, mes doigts se font capturés par ceux de Liscialle, sortant ce regard qui se veut rassurant, lèvres s'étirant ensuite à la phrase de Delenrorn qui me fait instantanément redressé sur ma chaise en acquiesçant avec fierté, le regard rivé vers notre fille. Il ne restait plus qu'à rester six et sur ça, je sais que Guinerain est moins optimiste, raison et doutes la malmenant. Dans un sens, nous restions coupables d'un crime, nous avions été sentencé et nous avons juste subit un effet secondaire, nous ne devrions pas être là tous les deux. Mon rang était pour une fois à mon avantage, pouvant prétexter un voyage ou un exil en démentant les rumeurs de mon amputation. Nous devrions pouvoir reprendre le cours de notre existence où nous l'avions laissé par ma faute.

L'arrivée du plat parvient tout de même à chasser ces pensées, odeur et estomac appâté prenant le pas sur le reste. Guinerain ne manqua pas de délaisser un instant le manchot pour venir dérober un morceau en bonne voleuse agile et ne faisant pas défaut à son regard masqué, partageant sa prise avec l'âme qui venait tout juste de l'adopter comme figure maternelle. Je suis certain que Delenrorn est tout aussi contrarié que moi à propos de sa forme d'ailleurs. Le nombre de fois où nous avions parié pour savoir qui allait y arriver. Je me défait de l'emprise de Liscialle pour pouvoir déguster à mon tour, assiettes se vidant dans les bonnes manières pour faire honneur au lieu, enchainant avec le dessert, légendaire morceau de tarte aux pommes et une tasse de thé fade qui me fait grimacer.

J'hésite un instant, m'assurant qu'aucun regard externe n'était posé sur nous pour glisser quelques feuilles provenant de ma petite réserve personnelle. Je me fait mentalement gronder par Guinerain pour continuer à prendre des risques inutiles et pour une simple tasse de thé, répliquant à voix haute pour me justifier, bien que je doutais avoir le soutient de Liscialle ou de Delenrorn. « J'essaie d'arrêter, mais j'aimerai vous y voir. » Marmonnais-je en faisant tourner ma cuillère. La douleur fantôme était toujours là, bien que je refusait catégoriquement d'inquiéter Li à propos de ça, comme la distance, il fallait probablement attendre que notre lien se reforme pleinement et redevienne aussi solide qu'avant sa rupture, sans parler des effets du manque de ce thé qui était capable de faire plier une armée entière pour quelques goûtes. « Puis arrête de te mentir et nier les faits, je sais que tu rêves d'en laper quelques gorgées. » Ajoutais-je mentalement, la sentant désormais découverte et contrariée.

L'addition onéreuse fut réglée discrètement, aidant Liscialle à enfiler son manteau tout en effleurant la joue d'Hélionne de mon index qu'elle saisit de sa minuscule main, prenant le relais en la portant fièrement jusqu'aux jardins où Guinerain peut enfin se dégourdir les pattes, emportant le jeune Daemon dans ses bonds. Enfin plus ou moins étant donné la distance, contraint de la suivre à grandes enjambées comme si j'étais entrainée par une ficelle invisible qui nous lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   Mer 16 Mar - 22:16

Then I'll raise you like a phoenix

Silver clouds with grey linings


Le repas se poursuit, mains se délaissant de sorte à pouvoir manger plus aisément, plats débarrassés laissant place au dessert et au thé. Je sens Ed se tendre, alerte, tandis que Palareth glisse quelques feuilles dans sa tasse, me tirant un soupir réprimé alors qu'il se défend. Je ne doute pas qu'il essaie d'arrêter, mais suis incertaine que cela justifie de les mettre en danger de la sorte. Le manque est atroce, même aujourd'hui je me prends à jeter un regard en passant aux précieuses feuilles, goût riche et merveilleusement nuancé me revenant en bouche tel un souvenir, mais... elles sont illégales, ces feuilles, et nous sommes en public. Je m'abstiens de le pointer. Ça ne ferait qu'attirer l'attention. Je mange distraitement mon dessert à la place, tandis qu'Ed continue de veiller sur ses deux amours, bec prêt à frapper au moindre danger.

Hélionne finit dans les bras de son père tandis que nous sortons profiter des jardins, notre fille gloussante tandis que les deux furets jouent et courent, mes sourcils se fronçant tandis que j'enregistre la manière dont Palareth les suit, Ed à mes côtés, silhouette attentive plus sérieuse que jamais. Il a grandi au cours de cette année, mon âme au tempérament d'enfant se faisant chevalier protecteur. J'espère que Guinerain saura le faire sortir de cette attitude qu'il a adopté, le tirer de ce sérieux qui ne cède que lorsque le daemon d'Hélionne est concernée. Il ne joue plus assez, Ed. Il ne glisse même plus dans les escaliers. Je n'aurai jamais pensé que la douleur fantôme des marches contre mon ventre et mes côtes me manquerait. Cette proximité que Palareth maintient avec Guinerain me préoccupe, doute et crainte confuse. Ils pouvaient s'éloigner davantage, j'en suis certaine. Probablement un effet de la séparation. Y en a t-il eu d'autres ? Je l'ignore, et je crains la réponse autant que je crains qu'ils soient séparés de nouveau, bec frottant un instant ma mâchoire en réconfort muet. Profitons du spectacle, pour l'instant, de la joie.

Je m'installe dans l'herbe, jupes arrangées autour de moi tandis qu'Ed s'installe dans mon dos, plumes me tenant lieu de dossier. Nous observons le spectacle, minutes s'égrenant dans les rires, jusqu'à ce qu'Hélionne ne baille et que son âme ne revienne en trébuchant se cacher sur les pattes de mon manchot, message clair. Ils sont fatigués de ces émotions, de l'air qui commence à se rafraichir, sommeil reprenant ses droits et nous convaincant de rentrer, lourdes portes dorées nous laissant passer en silence, nos six ombres se mêlant jusqu'à n'en faire qu'une.

Nous sommes au complet, enfin. Mes doigts effleurent un instant mon ventre, se souvenant et espérant tout à la fois avant de se glisser au creux du coude de mon époux. Pour l'instant, il faut rentrer, coucher Hélionne. Le reste viendra plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Then I’ll raise you like a phoenix » ❧ Ft. Liscialle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ≈ RAISE HELL
» RETRO - PHOENIX
» Phoenix (Phoenix Rising)
» Bulle de coco (Yuzu and Cocoa)
» PHÉNIX (DC)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-