AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 1284
❧ PIECES D'OR : 4200
❧ AVATAR : Alan Rickman
❧ CREDITS : Vava : Doomsdry // Signa : KSS ©


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Mar 16 Fév - 16:10


Chipping of a stone heart

behind an iron mask...

Leodeheriscialle

Comme d’habitude, la neige tombait ce matin… Les pavés étaient recouverts d’une fine pellicule de neige, juste assez pour faire glisser les personnes les moins attentives et les moins chanceuses. Néanmoins ce temps faisait le bonheur des enfants… De gros flocons ne tarderaient pas à tomber dans l’heure ! Il faisait pourtant encore clair, le ciel était un peu dégagé, laissant place à quelques rayons de soleil bien timides. Mais les gros flocons ne viennent pas tout seul. Bientôt le ciel se verrait entièrement bouché de nuages chargés.

Leodeheris regardait l’extérieur de la haute fenêtre de son bureau, qui permettaient au plus curieux de voir l’impitoyable juge de la tête au pied. Les mains dans le dos, se tenant droit comme un roi régnant sur son royaume de glace, Leodeheris contemplait avec un visage sévère, les nuages qui commençaient à arriver… Une assistante dont il n’avait pas pris la peine de retenir le nom, arriva pour lui apporter avec sa petite tasse de café, des biscuits qu’elle avait confectionnés dans l’espoir d’attirer la sympathie du patriarche Balshilek. Elle toqua à la porte et Leo envoya une autorisation d’entrer, sans même prendre la peine de se retourner, il savait parfaitement que c’était l’une de ses assistantes ou secrétaire éphémères et stagiaire qui venait à la porte pour lui apporter sa collation qu’il avait commandé plus tôt. La jeune fille déposa son plateau sur son bureau et repartie aussitôt sans avoir osé dire un seul mot. La pression était plutôt palpable dans le bureau du juge, et n’importe qui se serait senti mal à l’aise en entrant. Empreint de la passion de son métier, Leo était en train de se concentrer sur une affaire, réfléchissant au degré de sentence qui pourrait octroyer à un jeune rebelle qui a dégradé une partie d’un mur du palais de justice… Cette affaire avait été directement envoyée au juge Balshilek, espérant ainsi une correction exemplaire qui calmerait les potentiels prochains délinquants…

Sentant le parfum du café lui chatouiller le nez, un sourire en coin apparu sur son visage dur, et il se détourna de sa fenêtre pour venir accueillir entre ses doigts, la tasse de café chaud qui lui faisait envie depuis un quart d’heure. Il ne fit même pas attention aux biscuits sur le plateau. Il but sa tasse, enfila sa veste et sortit de son bureau.

Vetu de sa traditionnelle longue veste gris foncé, de ses gants en cuir noir et de son élégante petite écharpe en soie ivoire, le terrible homme de loi sortit du palais de justice, des papiers en main, continuant à étudier la question de sa prochaine sentence. Il avait bien l’intention de rentrer chez lui avant d’être totalement bloqué par la neige qui commençait sérieusement à tomber… ! Toutes les personnes qu’il croisait s’écartaient de son chemin et le saluait poliment sans que jamais il ne réponde. À quoi bon lorsque l’on est concentré à lire en marchant ?! À propose de cette fâcheuse habitude, cela lui permis d’avoir pour la première fois, une rencontre violente à laquelle il ne s’attendait pas et surtout à laquelle il n’espérait pas ! Il ne se cogna guère contre le landau qui lui faisait barrage, mais il s’arrêta vivement, constatant que pour une fois, quelqu’un faisait outrance aux habitudes qu’il avait imposé à son entourage de travail, s’écarter de sa route. Visiblement, ce n’était pas quelqu’un d’habitué au lieu ou à cette règle ! Ou était-ce même quelqu’un qui voulait lui chercher des maux en le faisant exprès ? Toutes ces questions eurent leur réponse quand Leo, surpris de cet obstacle, leva les yeux de ses papiers pour regarder l’auteur insurgé. Il arqua un sourcil de surprise en constatant que c’était Liscialle Toleras… Jamais il n’avait accepté le mariage de cette couturière avec son fils… C’était en partie à cause d’elle qu’il s’était détourné de sa famille… ! Leodeheris la tenait pour responsable.

Sa prochaine réaction fut simplement de froncé les sourcils et de lâché une froide réplique « Vous ici…. » sans intonation de surprise, même si celle-ci était plutôt réelle…


© KSS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Mer 17 Fév - 19:51

Chipping of a stone heart behind an iron mask

There are some people you'd rather just forget the existence of


L'appartement résonne des sons du quotidien, tintement de la tasse de Palareth reposée à ses côtés, froissement des pages de son livre, crissement des ongles d'Ed sur le parquet, gloussements d'Hélionne et cris et pépiements de son daemon, preuve audible qu'ils se sont remis de la Fête des Lanternes qui me réchauffe le cœur tandis que je passe une robe chaude. Ma fille rit tandis que je l'installe au creux de mes bras, la chatouillant avant de changer ses langes et de la couvrir chaudement, riant tandis que je couvre ses jolies boucles brunes d'un bonnet de laine blanche brodé de bonhommes de neige et lui enfile de chaudes moufles assorties, déposant un baiser sur le bout de son nez avant de m'éloigner, passant un manteau assorti à ma robe, mes gants, et épinglant mon chapeau. Il neige, et j'entends en profiter, embrassant rapidement mon mari avant de quitter l'appartement avec Hélionne, Ed me précédant, daemon d'Hélionne volant autour de sa tête en pépiant joyeusement.

Ses mains s'agitent tandis que je l'installe dans son landau et la couvre, me dirigeant aussitôt hors des Limbes, Ed à mes côtés tandis que le daemon d'Hélionne se fait ourson polaire et se blottit contre elle, fourrure blanche la gardant plus encore au chaud. Les bâtiments se transforment autour de moi alors que ma fille glousse, fascinée par les flocons qui tombent du ciel, moufles tentant de les attraper, me tirant un sourire alors que mon âme se régale du froid et de la neige sous ses pattes qui simplifie sa marche. L'hiver est sa saison, là où une partie de son élégance dans l'eau se fait visible même sur terre, par éclairs, ne manquant jamais de me tirer un sourire secret, et la neige épaisse qui couvre l'herbe du Palais de la Justice fait mon régal tandis que mon daemon met un point d'honneur à y marcher tandis que je choisis de rester sur l'allée, même enneigée comme elle l'est, parlant doucement à Hélionne et m'amusant de ses mimiques, sans prêter attention à ce qui se trouve devant moi. Grave erreur.

Le landau bute contre un obstacle, faisant aussitôt se relever mes yeux, glace envahissant mon cœur et faisant geler la surface du lac qui subsiste dans mon esprit, attirant l'attention d'Ed qui se rapproche calmement de moi, son corps emplumé une douce pression contre mon bras. L'indifférence de cet homme qui me toise, ces deux mots on ne peut plus condescendants dans leurs implications, font pointer l'irritation en moi sans que je laisse transparaître, optant à la place pour reculer légèrement le berceau d'Hélionne avant de m'incliner en une révérence parfaite, tête d'Ed m'imitant et se penchant à l'angle parfait. J'ai grandi avec Palareth, j'ai été son amie, sa compagne de jeux et de leçons avant d'être sa femme, cet homme m'a ouvert les portes de sa demeure avant de les refermer. Je connais mes manières, ses manières. Et j'entends être irréprochable, probablement la plus belle insulte que je puisse le faire, ne lui laisser aucune faille à critiquer. Ed approuve, étincelle de malice nous traversant, tandis que notre maintien se fait plus impeccable encore et qu'un sourire poli, parfait sourire de société n'étirant guère que mes lèvres et ne donnant à mes yeux qu'une bonne humeur de surface, s'installe sur mon visage.

"Bonjour Votre Honneur, veuillez excuser mon inattention, je prends l'entière responsabilité de cette collision."

Mon attention relâche mon terrible beau-père tandis qu'Hélionne s'agite, pattes de son daemon aux longues griffes noires se posant sur le rebord de son landau, truffe flairant l'air avec curiosité. Doucement je prends ma fille dans mes bras, veillant à la garder bien à l'abri dans sa couverture, alors que je l'apaise, Ed sortant péniblement le daemon bien décidé à rester ourson du landau et le déposant à ses côtés. Les yeux noirs et curieux se posent aussitôt sur la chienne qui nous a donné plus d'un cauchemar au cours de notre enfance, visage d'Hélionne imitant celui de son daemon et se tournant vers l'âme de son grand-père, qu'il le veuille ou non, grand yeux émeraudes si semblables à ceux de son père l'observant. Je retiens un sourire mesquin, masque poli et placidement heureux fermement en place, tandis que je l'installe plus confortablement dans mes bras et fixe le terrible juge avec une curiosité de surface.

"Veuillez m'excuser, je ne crois pas que vous ayez déjà rencontré ma fille. Votre Honneur, laissez-moi vous présenter Hélionne Rae."

Inutile de préciser son nom de famille, cela ne ferait qu'irriter ouvertement le doyen des Balshilek, chose que je tiens à éviter. Et les choses sont tellement plus amusantes de la sorte ! Je dissimule un sourire secret sous prétexte de rajuster le bonnet d'où quelques boucles sombres s'échappent, tandis qu'Ed joue à la perfection le rôle du daemon paternel, veillant à ce que le daemon d'Hélionne ne s'approche pas trop d'Andrastarias, son rire résonnant dans mon esprit seul. Il est aussi impatient que moi de savoir comment notre cher beau-père va réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 1284
❧ PIECES D'OR : 4200
❧ AVATAR : Alan Rickman
❧ CREDITS : Vava : Doomsdry // Signa : KSS ©


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Dim 28 Fév - 17:59


Chipping of a stone heart

behind an iron mask...

Leodeheriscialle

Les bras légèrement écartés du son tronc, Leodeheris constatait avec un peu d’horreur, la présence de cette Toleras, surpris par cette collision. Cette fille. La fille qui jadis, avait tenu compagnie à son fils et qui avait plutôt une bonne influence de travail sur lui. Mais c’était sans compter sur la distraction qu’elle amenait avec elle ! Naturellement, il fallait que ces deux-là se retrouvent plus tard pour tomber amoureux l’un de l’autre. L’amour… L’un des plus beaux mensonges qui puisse exister pour excuser un acte qui viole la justice. On prétend bien tout faire au nom de l’amour ou comme on le dit ‘par amour’. Le patriarche n’y croyait vraiment pas. L’amour est un prétexte, point. De ce fait, il ne croyait pas non plus qu’on puisse accepter un mariage entre un noble et une roturière, telle qu’elle… Il s’était déjà suffisamment montré généreux pour l’éducation de cette petite venant d’une classe moyenne et maintenant, il fallait qu’elle fasse miroiter ce soi-disant sentiment à son fils ?! Et sur le même chemin, elle s’était marié avec lui, portant désormais son nom et pour officialiser le tout, elle lui fit un enfant… Leodeheris ne reconnut jamais la légitimité de cet enfant, ni-même de ce mariage !

La toisant d’un regard sévère, celle-ci fit une révérence digne de son éducation que Leodeheris lui avait offert gracieusement lorsqu’elle était enfant. Il constata qu’elle n’avait pas oublié ses leçons ! Il pensa qu’elle ne devait pas se donner autant de mal… Il ne l’appréciait guère et ce n’est pas en faisant mine de bonne manières qu’elle arrivera à acheter son appréciation. Même son Daemon ridicule l’imita. Andrastarias ne bougea guère et resta aux pieds de sa moitié, droite et sérieuse comme d’habitude. Liscialle lui dit aussitôt : « Bonjour Votre Honneur, veuillez excuser mon inattention, je prends l'entière responsabilité de cette collision. » Leodeheris baissa les bras, retenant ses papiers dans une de ses mains gantées et soupirant d’une façon à bien se faire comprendre. Il était plutôt naturel qu’elle endosse l’entière responsabilité de cette collision, puisqu’elle n’avait aucune raison de se trouver ici. En tout cas, c’est ce que pensait fermement le juge. Néanmoins, son regard montrait bien sa mauvaise humeur. Il n’était guère content de la rencontrer ici ! Surtout avec ses fausses bonnes manières. Certes, elle restait polie et heureusement pour elle. Elle applique à la lettre ce qu’elle avait appris entre les murs de sa propriétés, c’était la moindre des choses à présenter lorsqu’on se trouve face au patriarche.

Mais soudain, alors qu’il était en train de la démolir de son regard encore plus froid et dur que l’hiver lui-même, le landau, obstacle à l’origine de cette collision et de cette rencontre fortuite, se mit à gigoter. Leodeheris vit des griffes noires et une truffe dépasser de curiosité. Il devina naturellement que ce trouvait dedans, le rejeton de son amputé de fils… Liscialle prit sa fille dans ses bras, le Daemon fit de même avec celui de la petite fille et qui regarde avec grande attention Andrastarias qui, fière et sérieuse, s’assis, droite comme un soldat à côté de son maître, la truffe légèrement pointée vers le haut, mais ne quittant guère les Daemons-futurs-potentielles-victimes de ses crocs acérés. Du côté des humains, la petite fit de même en regardant son grand-père de sang. La mère et la fille scrutant le visage du vieil homme autoritaire. Leodeheris vit instantanément les yeux de son fils dans celui de sa petite-fille.

Liscialle ajouta alors avec un sourire en coin : « Veuillez m'excuser, je ne crois pas que vous ayez déjà rencontré ma fille. Votre Honneur, laissez-moi vous présenter Hélionne Rae ». Leodeheris regarda alors la jeune fille aux délicates boucles brunes qui dépassaient de son petit bonnet, surement confectionné par les mains de sa mère. Puis, reportant son regard, toujours aussi draconien sur son officieuse belle-fille, il ajouta d’un ton plutôt monocorde et austère : « Et maintenant que c’est chose faite, vous ne devriez pas trainer ici plus longtemps… » Dit-il en repliant ses papiers, constant à l’évidence qu’il ne pourrait pas les lire en ce lieu tout en marchant. À ces mots, Andrastarias montra ses crocs sans grogner. Il voulut faire comprendre poliment et à sa façon,  qu’elle n’était pas à sa place ici, dans le parc du palais.

Mais alors que le cœur de pierre de Leodeheris Vorn Balshilek était intouchable, dur et imprenable, la petite innocente offrit un large sourire à son grand-père offrant des étoiles pétillantes dans ses grands yeux émeraude. Il y avait une joie de vivre et une innocence qu’on envie dès le premier regard. Lorsqu’on est enfant, on ne connait rien. On est candide et le monde reste totalement à découvrir. Cela contraste parfaitement avec l’image du juge impitoyable qui connait tout sur tout. C’est un peu l’utopie que ce que Leodeheris rêve en secret. Alors que la petite crédule offrit ce sourire et ses yeux pétillants gratuitement à son grand-père qu’elle ne connait pas encore, Leodeheris ressentit une petite pointe entre ses côtes. De l’innocence à l’état pur. Rien ne vaut un tel spectacle pour un homme de loi tel que lui. Leo regarda l’enfant pendant de longues secondes… fronçant les sourcils et trahissant ainsi qu’il était en train de se remémorer des instants similaires passé avec son propre et unique enfant… Il lisait totalement Palareth en elle. Il y avait un subtil mélange entre Palareth et Liscialle… Leodeheris fut un peu perturbé, voire un peu déstabilisé. Sur un ton moins grave et se rendant compte qu’il devint un peu plus faible, perdu dans les yeux d’Hélionne, il ajouta sans la quitter des yeux : « … Vous devriez partir maintenant… »



© KSS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Mar 1 Mar - 13:48

Chipping of a stone heart behind an iron mask

There are some people you'd rather just forget the existence of


Le parc est presque vide autour de nous tandis que je me retrouve face à mon beau-père aux mains pleines de papiers divers que je devine aisément lié à sa profession, révérence ne trouvant aucune réponse en dehors d'un lourd soupir. J'aurai presque préféré que le père de mon époux soit accompagné tandis que mes yeux rencontrent les siens. Cela aurait été la garantie d'un minimum de courtoisie, d'une certaine sécurité. Je n'aurai pas eu à craindre sa réaction alors même que je m'amuse en l'anticipant.

Le juge est austère, le juge est froid, me toisant du regard sans rien laisser transparaître de plus que le dédain qui l'anime depuis des années déjà à mon égard. Mais je ne peux que noter la fixité de son regard tandis qu'il observe ma fille qui lui sourit, parfaite innocente inconsciente de la nature de cet homme qui préfère condamner son fils à l'exil et à une demie-vie plutôt que le protéger comme l'exige son devoir paternel. Ferait-il de même avec elle, en dépit de son âge, la condamnerait-elle pour le crime de sa naissance ? Probablement pas, nulle lui ne l'interdit après tout, hormis la loi tacite des gens. Nous devrions partir, si j'écoutais cette loi, quitter ce parc que les gens de Valcalme perçoivent comme le leur, comme une extension de ce Palais de Justice qui est au cœur de leurs vies. Mais je n'y tiens pas, et la manière dont le juge se répète, mots se faisant moins fermes, me persuadent de rester. Parce que ma fille semble bien capable de l'ensorceler, comme elle ensorcelle tout le monde, et qu'elle n'aura sans doute aucune autre occasion de connaître cette partie de sa famille, le père de son père. Et il neige toujours.

Dans un aboiement, l'ourson à l'épais pelage blanc adopte la forme canine de la terrible chienne, pattes pataudes pataugeant dans la neige tandis que mon âme l'empêche de trop s'approcher, se souvenant des crocs qui le saisissait avec un peu trop de fermeté et qui faisaient de même sans hésiter avec l'âme de Palareth. Il ne veut pas voir ses crocs s'enfoncer dans le pelage fin du daemon d'Hélionne dont la truffe frémit de curiosité, humant les différentes odeurs, les tensions, et tentant de les comprendre, je n'en doute pas. Les yeux d'Hélionne clignent tandis que sa joue se frotte contre mon sein, soupir satisfait se changeant en un rire ravi suivi d'un babillage enthousiaste alors que les flocons de neige touchent son nez et ses joues, fondant contre avant d'être balayés par mes doigts gantés qui refusent de risquer la voir s'enrhumer.

"Je vous remercie, Vote Honneur, mais je crains de ne devoir rester un peu, il s'agit de la première fois qu'Hélionne voit de la neige après tout..."

Comme pour me donner raison, les mains de ma fille se lèvent de nouveau, moufles tentant d'attraper les flocons tandis qu'elle poursuit son babillage enjoué, chiot se défaisant enfin des pattes d'Ed pour tenter de sauter après les flocons se faisant rapidement par sa queue, enchainant les tours sur lui-même avant qu'un flocon plus gros que les autres ne rattrape son attention. Je souris du spectacle, rajustant les pans de la couverture qui protège ma princesse du froid avant de frotter rapidement son nez au sien, fronçant les sourcils en le sentant légèrement froid et replaçant bonnet et couverture pour mieux protéger son petit visage.

"J'espère que votre épouse se porte à merveille, Votre Honneur ?"

Pourquoi donc faire la conversation, je ne le comprends pas moi-même, d'autant que je connais le dédain du juge pour son épouse. A dire vrai, je le comprends, la mère de Palareth une pauvre créature effacée et misérable, étouffée par son époux qui trouve refuge dans son piano et sa broderie, parfaite femme de la bonne société entièrement dépourvue de caractère. Mais il me semble qu'elle a été mariée jeune au terrible Balshilek, ce simple fait suffisant à expliquer qu'elle soit si faible. Il n'empêche, je ne lui souhaite pas d'être en mauvaise santé, et j'aimerais pouvoir dire à Palareth ce soit que sa mère va bien, même si l'idée qu'elle puisse aller mal ne lui aura sans doute pas traverser l'esprit. Cette femme est si aisément oubliée... Je n'ose me demander si j'aurais pu finir comme elle, si j'étais née dans la même classé que mon mari, ou si je m'étais mariée selon mon rang. L'idée est trop terrible pour être contemplée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 1284
❧ PIECES D'OR : 4200
❧ AVATAR : Alan Rickman
❧ CREDITS : Vava : Doomsdry // Signa : KSS ©


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Sam 5 Mar - 18:13


Chipping of a stone heart

behind an iron mask...

Leodeheriscialle

Leodeheris était presque hypnotisé par la beauté de l’innocente petite fille de Palareth, étant le portrait d’un mélange équitable entre son fils et sa belle-fille-officieuse. Mes ses yeux sévères et rudes vinrent automatique se porter sur Liscialle lorsqu’elle le remercia, mais qu’elle déclina automatiquement son conseil de quitter les lieux : « Je vous remercie, Votre Honneur, mais je crains de ne devoir rester un peu, il s'agit de la première fois qu'Hélionne voit de la neige après tout.. » Cela importait très peu le juge ! Il fronça les sourcils, en désaccord avec les propos de sa belle-fille.

Mais son attention fut déportée lorsqu’Andrastarias émit un gémissement plaintif. Elle avait envie d’aboyer, d’attaquer ou peut-être de jouer. Leodeheris regarda alors le Daemon de sa petite-fille, qui s’était transformé en chiot, ressemblant étrangement à Andrastarias… Toujours le regard dur, le patriarchie Balshilek regardait le spectacle que le petit Daemon encore instable, donnait. Chiot jouant dans la neige, dans l’insouciance… C’était sans doute beau à voir, mais le fait que ce soit un canidé renforça tout de même l’égo du grand-père ! L’idée que sa petite fille ait un avenir ou un caractère prometteur, affilié à la famille Balshilek lui traversa l’esprit. Mais non… Il la considérait quand-même comme une bâtarde ! Une enfant qui malheureusement n’aurait jamais dû voir le jour ! Fruit d’un mariage qui contre toute la logique de la famille et les lois ! Un mariage qui est prétendu ‘d’amour’ si le père écoutait les propos de son fils… ! Bref, un mariage qui n’avait pas été autorisé par les autorités.

Alors que des pensées impures concernant un avenir prometteur dans un monde totalement parallèle étaient en train de tourner dans l’esprit de l’aîné, Liscialle vint le sortir de ses pensées en demandant : « J'espère que votre épouse se porte à merveille, Votre Honneur ? » Leodeheris replia ses papiers en regardant de haut la jeune femme. Il ne trouva pas cela nécessaire de faire autant de politesse ! Si c’était pour caresser l’homme dans le sens du poil et tenter d’étouffer cette tension à laquelle elle est parfaitement consciente d’en être l’origine, c’était peut-être bien essayé, mais cela ne marcherait pas. Leodeheris répondit froidement et toujours sur ce ton monocorde qui rend fou n’importe qui : « Bien. » Dit-il peut-être un peu sèchement. Mais au moins, Liscialle savait ce qu’elle voulait savoir en un mot et rien de plus.

Leo se résilia. Si elle ne voulait guère quitter les lieux, c’était son problème. Après tout, il défendait le prestige de ce dernier, mais s’il n’y avait pas grand monde, tout ce qu’il pouvait espérer, c’est que personne ne remarque de trop ce petit duo de filles de basse classe. De plus, Leodeheris n’avait pas de temps à perdre. Après sa réponse donnée, il replia ses papiers sans quitter la femme non désirée de son fils, des yeux. Il glissa ces dits papiers sous son bras, qu’il projeta de lire plus tard. Il tapa ensuite l’une de ses mains sur la cuisse, Andrastarias se leva et le suivi de très près. Le patriarche de la famille passa à côté du landau et de Liscialle, sans jamais quitter ses yeux, le regard sévère, il s’arrêta à sa hauteur. Il ne lui souhaita même pas une bonne journée. Il ne daigna même pas regarder l’enfant ! Il reprit sa route après quelque longue seconde à regarder cette fille à qui il avait prêté son toit. Son regard se faisait perçant et lourd. Comme s’il était possédé par un démon qui était en train de dévorer l’âme des personnes en un simple regard. Ses paupières ne clignèrent pas. Ses yeux et ses pensées étaient remplies de rancune quant au passé. Leodeheris Vorn Balshilek reprit sa route, accompagné de son Daemon, sans même dire un mot coup-de-poignard.

Encore un peu, et il se laissait bercé par la douceur et l’innocence de l’enfant de son fils qui était encore porté disparu à l’heure actuelle…




© KSS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Lun 21 Mar - 19:43

Chipping of a stone heart behind an iron mask

There are some people you'd rather just forget the existence of


Bien. Quelle réponse vague... j'ignore pourquoi je m'attendais à autre chose, l'homme n'est pas plus attaché à sa malheureuse épouse qu'il ne l'est à moi. Je devrai sans doute m'estimer heureuse de ce mot qu'il condescend à me donner, m'inclinant en une révérence et exprimant mon soulagement face à la nouvelle en un murmure poli. Nul doute qu'il l'ignorera, que la chienne grondera ou haussera une babine. Qu'importe. Ed se laisse tomber derrière moi, glissant sans hésitation dans la neige jusqu'au chiot qui bondit sur son ventre avant de sauter de nouveau dans la neige, aboyant comme un fou. Inutile de me demander d'où lui vient son énergie, je ne doute pas que Guinerain se soit conduite de même à cet âge, au désespoir de leur nurse. J'espère pour la pauvre femme que Palareth n'avait pas les poumons d'Hélionne. Ma fille sait faire trembler les verres lorsque la colère ou la contrariété se saisissent d'elle. Poussière merci, ses rires portent tout autant, et emplissent bien plus souvent l'air autour d'elle. Hélionne est d'une disposition facile, qui je n'en doute pas en aurait fait une parfaite enfant de la noblesse, aisément modelée jusqu'à ce que son tempérament ne finisse de se former et qu'elle ne prenne le contrôle de sa personne. Elle aurait fait, elle fera, tourner plus d'une tête. Une émeraude à la teinte limpide.

Je ne tremble pas sous le regard froid du patriarche, ma tête se redressant au contraire, certaine de son bon-droit. Un sourire réprimé tente de glisser sur mes lèvres tandis que le contact se brise et que j'observe le terrible juge s'éloigner, victorieuse. Je ne suis pas celle qui s'est inclinée, cette fois, et j'en tire une froide fierté, celle d'avoir fait plié cet homme censé être mon supérieur, ce beau-père qui ne me reconnait pas comme sa belle-fille. Qu'importe qu'il ait ignoré toutes les règles de la courtoisie en s'éloignant de la sorte, j'ai gagné, je ne me suis pas inclinée, pas éloignée. Je tairais ce sentiment à Palareth en lui racontant cette rencontre, bien sûr, peu désireuse de jeter de l'huile sur un feu dont j'ignore la force. Peut-être même ne lui parlerais-je pas de cette rencontre. Je l'ignore encore.

Le bec d'Ed claque avec satisfaction tandis qu'il se redresse et frotte un instant son bec contre la tête du bébé daemon avant de s'en détourner, tirant à la place la langue à la chienne qui lui tourne le dos, immaturité me tirant un rire amusé étouffé par une main avant que je ne replace Hélionne contre mon côté, la chatouillant du bout des doigts et faisant s'élever son rire dans le parc tandis que son petit corps se trémousse dans sa couverture et que ses mains tentent de se fermer sur mes doigts. Le chiot jappe, se roule dans la neige, hilare lui aussi, avant de brusquement s'enfuir, se glissant entre les pattes de la doberman, mes doigts se figeant tandis que le premier sanglot échappe à ma fille. Le lien semble trop tendu, mes jambes me rapprochant aussitôt du juge, réduisant la distance entre le précieux fardeau entre mes bras et son âme qui s'apaise et surgit d'entre les pattes massives, sautillant et tentant de lécher le museau arrogant, pour la plus grande horreur d'Ed qui imagine déjà les crocs ivoires se refermer dessus. Seule la crainte d'aggraver les choses l'empêche de s'avancer, de la provoquer en montrant sa crainte, de la satisfaire en prouvant qu'elle est toujours crainte.

J'avoue avoir la même appréhension tandis que je tente de trouver une solution à la situation, bras maintenant Hélionne contre moi tandis qu'elle s'agite et tend les bras contre ce grand-père qui ne veut pas d'elle, yeux d'émeraude brillants de curiosité et de ce que je ne doute pas être une bonne dose d'obstination. Ses parents sont tout deux particulièrement entêtés, après tout, sans même parler du reste de sa famille. Cela semble être le seul trait que nous partageons tous, même je ne l'admettrais jamais.

Je me demande qui des deux sera le plus têtu, ma fille décidée à connaître les bras de son grand-père, ou la fierté de ce dernier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 1284
❧ PIECES D'OR : 4200
❧ AVATAR : Alan Rickman
❧ CREDITS : Vava : Doomsdry // Signa : KSS ©


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Mar 29 Mar - 15:54


Chipping of a stone heart

behind an iron mask...

Leodeheriscialle

Ils étaient partis, ne faisant pas demi-tour, mais passant leur chemin. Liscialle et sa bâtarde n’étaient qu’un obstacle sur leur chemin… De plus, un obstacle qui n’avait pas lieu d’être puisqu’il n’avait pas à se trouver là. Leodeheris en était persuadé, comme le lion qui surveille son territoire en voyant une lionne d’un autre clan venant se promener comme si de rien n’était, sur le territoire de la justice… Le lion aurait dû la tuer, mais à la place, il a préféré passer son chemin… « Tu as été trop gentil Leodeheris… » Envoya Andrastarias, à l’intention de son maître, lorsqu’il compara cette rencontre à cette métaphore.

La chienne émis alors un gémissement qui rompis le sourire amusé de Leodeheris en un faciès d’étonné. Il constata alors que sa chienne avait entre les pattes un chiot un peu trop actif… La connexion se fit rapidement et la déduction en fut tout aussi terrible. Il regarda alors sévèrement en direction de la pauvre inattentive que Liscialle incarnait. Mais alors qu’il s’attendait à la voir à sa place originelle, il la trouva non loin de lui, à préserver le lien fragile entre sa fille et son daemon. Andrastarias ne fit rien. Elle était plutôt admirative d’une telle vie infatigable dans un si petit daemon à l’allure bien familière. En réalité, ça lui plaisait de voir son portrait craché en plus petit et en plus fougueux. Mais personne ne le su. Elle resta là, ne bougeant que le museau pour éviter de se le faire lécher par un petit daemon pas encore fixé… Et presque d’une façon aussi inexpressive que passive, elle regarda ensuite Leodeheris d’une manière totalement désintéressée par le petit, comme s’il n’existait pas.

Alors que le patriarche s’apprêtait à lâcher une répartie bien blessante sur la qualité de mère qu’elle faisait, Helionne tendis les bras vers son grand-père, les yeux émeraudes grands ouverts de curiosité et d’innocence. Leodeheris se ravisa et ne dit un mot. Il regarda l’enfant pendant de longues secondes. Et alors qu’Andrastarias se serait volontairement jeté sur son maître pour l’empêcher de commettre l’impensable, elle ne fit rien et reporta son attention sur le chiot qui ne cherchait qu’à jouer avec elle. Elle s’assit, fièrement, en attendant que son maître bouge.

Leodeheris regarda alors Liscialle d’un regard moins dur mais toujours aussi sérieux, essayant de savoir si c’était vraisemblable que sa propre fille veuille connaître les bras de son grand-père… Mais visiblement, la mère n’empêchait guère la fille de tendre les bras vers l’homme le plus détesté de Balgram !
Son sourire, son visage, son regard… tout lui rappelait Palareth dans ce petit bout d’être humain. Et plus encore ! Il ne s’était rapproché de lui que très rarement durant son enfance, et on sait pourquoi lorsqu’on constate l’effet qu’ont les enfants sur lui. Littéralement hypnotisé par la fille de son enfant, il ne put enlever son regard d’homme de loi, des iris colorés et innocents ayant du sang en commun avec lui. Lentement, l’environnement s’effaça autour d’eux et Leodeheris tendis les bras pour accepter que cette petite fille le connaisse. Le regard de plus en plus en doux, on aurait presque pu apercevoir un sourire sur le visage du juge. Leodeheris colla l’enfant contre lui, l’ayant enlevé délicatement des bras de sa mère dont il avait même oublié la présence, étant totalement plongé dans un autre monde parallèle. Y avait-il une connexion entre ces deux êtres ?

L’instant de bonheur fut très rapidement écourté lorsqu’Andrastarias aboya. Leodeheris ne regarda même pas sa chienne et son regard se fit instantanément noir. Le cœur de pierre de Leodeheris avait été fendu et Andrastarias l’avait ressenti. Ce n’était pas le moment de se laisser attendrir ! Un rappel à l’ordre et le grand-père quitta l’enfant du regard pour replonger dans celui de sa mère : « Reprenez votre enfant ma chère. » Dit-il sèchement. « Et que je ne vous surprend plus à trainer par ici ! » Ajouta-t-il en reprenant son chemin sur un pas plus que décidé après avoir été débarrassé de l’enfant. « Est-ce que tu te rend compte de ce qu’il vient de se passer Leodeheris Vorn Balshilek ? Tu viens de te laisser attendrir par la bâtarde de ton traitre de fils ! » Le patriarche n’en cru pas ses oreilles ! Il sentait bien que dans sa poitrine, il sentait un point plus chaud que d’habitude. Cet enfant était une arme ! Il ne fallait absolument pas qu’il s’en rapproche à nouveau !





© KSS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 386
❧ PIECES D'OR : 5530
❧ AVATAR : Jenna Louise Coleman
❧ CREDITS : Mad Hattress & .soulmates


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    Mar 12 Avr - 11:56

Chipping of a stone heart behind an iron mask

There are some people you'd rather just forget the existence of


Les mains du patriarche se saisissent de ma fille, petit corps d'Hélionne ravie passant dans ses bras, main potelée se fermant sans hésiter sur le menton de l'ogre de l'enfance de ses parents. Il y a quelque chose de profondément surréel au tableau, alors que des gloussements lui échappent, regard si vert accroché à celui de son grand-père qui pour la première fois me semble vaguement humain plutôt qu'automate justicier.

Mon âme partage mon choc retenu, ses yeux posés sur la chienne terrible qui se tient immobile, sa tête tournée vers sa moitié. Le couple est étrange, indifférence affichée de l'âme alors que son humain se fait plus doux, regard perdant de sa froideur, lèvres affichant cette expression que je n'y ai encore jamais vu, sourire les étirant. Un sourire du juge pour ma fille, l'idée semble si absurde, et pourtant Ed comme moi ne rêvons pas, chair discrètement pincée nous en assurant. Notre souffle se fait bref, fugace, tentant de préserver cet instant si étrange où nous nous sommes étrangers, spectateurs, intrus presque. Nous ne bougeons pas pour autant. Hélionne est notre, il nous faut la préserver, s'assurer qu'elle est sauve, la protéger du revirement d'humeur qui ne manquera pas d'arriver.

Un aboiement résonne, terrible daemonne rappelant son humain à l'ordre, alors que je ne peux que noter le changement. Le regard un instant doux redevient noir et orageux, mains se crispant, cris de protestation échappant à Hélionne alors qu'elle m'est rendue, mes doigts s'affairant aussitôt à l'apaiser. Ignorer le juge de la sorte est impoli, probablement une mauvaise idée, un manque de respect qui ne pourra que se retourner contre moi, mais l'homme me hait et me méprise déjà, et je m'y suis depuis longtemps rendue indifférente, ne lui accordant pas un regard alors qu'ils s'éloignent, alors même que les mots d'Andrastarias nous parviennent. Un rire échappe à Ed, froid et moqueur, alors même que son bec frotte le daemon redevenu manchot à ses pieds et l'invite à grimper sur ses pattes pour le réconforter et faire cesser ses plaintes qui font écho à celles d'Hélionne.

Nous nous détournons après une révérence adressée au dos du juge, pleurs d'Hélionne s'apaisant doucement tandis qu'elle tète mon mouchoir et que son daemon boude, enfoui dans sa robe sous la forme d'un minuscule rongeur. Pour ma part, je ne crois pas avoir jamais détesté le juge qu'en ce moment, alors que la neige crisse sous mes souliers et qu'Ed tente en vain d'inciter la jeune âme à sortir de sa cachette. Une sphère de rage tressaute dans mon ventre, alors que les Limbes nous entourent de nouveau, colère réprimée tant bien que mal de voir la fille de Palareth rejetée de la sorte. Le juge est un monstre au cœur froid, et je reste silencieuse tandis que je m'assois contre Palareth et lui tend notre trésor en silence, savourant l'amour qu'il a pour elle. Le juge est un monstre, de ne pas voir combien ils sont précieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle    

Revenir en haut Aller en bas
 
Chipping of a stone heart behind an iron mask.. . ✠ Leodeheriscialle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sharon Stone
» La Voix – première d’une émission très attendue
» Like A Rolling Stone
» Iron Man 3
» [Reprise] Black Sabbath - Iron Man

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-