AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 ❧ Intrigue : Le son des rouages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 140
❧ PIECES D'OR : 1464


MessageSujet: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Lun 1 Fév - 11:11

Le son des rouages

Anastasia - Avaïane - Palareth


Un simple thé, petite retrouvailles entre amies qui tourne mal. Anastasia, Avaïane, si votre petit rendez-vous semblait dans un premier temps se dérouler en toute tranquillité, c'était sans compter sur les doigts gantés et les mouchoirs imbibés de chloroforme qui vous prennent par surprise, emportant vos corps endormis loin de vos demeures.

Le réveil risque d'être compliqué mes demoiselles, puisque vos paupières s'ouvrent dans un endroit qui vous est inconnu. Le cliquetis des sabots retentit sur le pavé de la rue voisine, les colonnes de vapeurs dissimulent en partie les nuages et surtout les passants sont accompagnés de Daemons qui vous toisent avec mépris, ne voyant en vous que de vulgaires Amputées. Bienvenue à Balgram, puissiez-vous retrouver le chemin de l'Autre Côté avec l'aide de Palareth et d'un plan menant à une cabane abandonnée hors de la ville dans votre poche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clavis-aurea.forumactif.com

avatar

❧ MISSIVES : 67
❧ PIECES D'OR : 705
❧ AVATAR : Maisie Williams
❧ CREDITS : Insuline


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Sam 6 Fév - 0:13

Le son des rouages

Un monde nouveau


Je n’avais pas revu Avaïne depuis qu’elle m’avait donné ce rendez-vous il y a presque une semaine. J’étais impatiente de la revoir, j’avais tellement de choses à lui dire, et surtout, je voulais lui parler de Leo. Nous avions rendez-vous à 15h tapantes, heure d’Ava, mais la ponctualité n’allait pas être un souci aujourd’hui, j’étais bien trop excitée à l’idée de la revoir.
Il était seulement 14h30 et après un dernier coup d’œil dans le miroir, j’étais prête à rejoindre mon amie. Je portais une robe bleue ciel aux manches ballons qui mettait en valeur ma silhouette et était complétement en accord avec les couleurs que prenait Wonderland à cette époque de l’année. Mes cheveux, lâchés, flottaient négligemment dans mon dos alors que je gambadais jusqu’au jardin où nous devions nous retrouver. Il était dans une petite cour, entouré de haies, rendant l’endroit intime et propice aux confidences.

Je m’assis sur une des chaises en métal au dossier en forme de cœur, une théière était posée au centre de la petite table ronde, ainsi qu’un serviteur rempli de petits gâteaux. Je mis le thé que j’avais apporté à infuser, puis je posais mes coudes sur la table et mis ma tête entre mes mains, pensive. J’étais un peu en avance mais ce genre de choses ne dérangeait pas Ava, alors que je rêvassais, pensant au bel homme que j’avais rencontré il y a peu, un sourire niais aux lèvres. Ses yeux pensifs, sa bouche fine, son odeur, tout chez lui était réconfortant, attirant. Du coin de l’œil, je perçu un mouvement, je tournais alors délicatement la tête, pour apercevoir Avaïne qui arrivait, pile à l’heure comme à son habitude, toujours aussi resplendissante. J’entrepris alors de servir le thé, qui infusait depuis quelques minutes déjà, le temps qu’Ava vienne s’installer à mes côtés.

J’avais laissé ma belle amie raconter ses aventures la première, de peur que mon histoire avec Leo ne prenne trop de temps. Elle avait seulement dit quelques phrases, lorsqu’un mouvement brusque eu lieu dans ma vision périphérique, je sentis une pression sur mon visage, le monde se troubla, trembla puis tout devint noir.

Lorsque j’ouvris les yeux, mes pupilles mirent un moment à s’adapter à la faible luminosité de l’endroit où j’étais. Assise sur un sol dur, aux formes étranges, j’étais assaillie par des sons et des images inconnues de toute parts. Où pouvais-je bien être ? Et Avaïne ? J’eus rapidement la réponse à la seconde question, tournant la tête, je la vis à mes côtés. Remettant la tête droite, je remarquais finalement les gens qui peuplaient cet endroit inconnu, tous étaient accompagnés d’un animal. Lorsque leur regard tombait sur moi, il se détournait très vite mais je pouvais tout de même sentir leur mépris. C’est alors que je compris, tous ces gens, accompagnés d’animaux, ce lieu étrange, malodorant, inhospitalier, était Belgram, et nous passions pour d’anciennes criminelles de retour au pays.

« Ava, je crois savoir où nous sommes, tous ces gens doivent être des Belgramiens accompagnés de leurs Daemons. Je ne sais pas comment, mais quelqu’un nous a transporté de l’autre côté ! »

Je ne pouvais m ‘empêcher d’être enthousiaste à l’idée, depuis le temps que je rêvais de découvrir ce lieu fantastique où tout fonctionne à la « vapeur » et où la Poussière permet l’existence des daemons.

« Nous allons enfin pouvoir découvrir cet autre monde ! Etudier ces gens, peut être retrouver notre Daemon ! Et qui sait, peut être que Palareth est par ici ! »

Je savais à quel point Ava avait été touchée par le départ de son grand ami et j’espérai sincèrement qu’elle puisse le revoir. Doucement je me relevais, époussetant ma robe, qui jurait quelque peu en ces lieux, essayant tout de même d’avoir l’air présentable. Je fis alors un grand sourire à Avaïne et lui dit gaiement :

« Partons à l’aventure ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2180
❧ PIECES D'OR : 9240
❧ AVATAR : Mia Wasikowska
❧ CREDITS : Vintage Phonic & Acidbrain


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Sam 6 Fév - 18:48

Le son des rouages

Ville mécanique


La conscience revient lentement, mes yeux papillonnants un instant peinant à se focaliser sur ma montre ondulant au bout de sa chaîne devant mes yeux, vérifier l'heure mon premier réflexe en retrouvant mes esprits. Les chiffres valsent, avant de lentement se figer, sentence irrévocable faisant monter une vague d'irritation teintée de peur en moi. Il me manque du temps, encore, et cette fois je suis certaine de ne pas être passée par le bois de Tulgey, le jardin où j'avais rendez-vous avec Anastasia plus proches des déserts que des bois et marécages. Quelque chose ne va pas, outre le sol dur et étrange sous mes mains, si différent de la douce herbe de mes plaines natales.

Je me redresse lentement, époussetant machinalement ma robe au bleu sombre, regard buvant les hauts bâtiments de pierre et les animaux si solides et différents des créatures dorées apparues lors de la Fête des Lanternes. J'aimerais pouvoir croire Anastasia et la rejoindre dans son enthousiasme, mais les regards hautains et les visages presque écœurés qui se détournent de nous racontent une histoire bien différentes de celle des Amputés que nous côtoyons d'ordinaire. A moins qu'il ne s'agisse de l'autre versant de leur histoire, celui que nous ne connaissons pas, gardé secret pour éviter d'y penser avant qu'il ne soit l'heure de retraverser le Passage. Qui sait... Ma main se glisse dans celle de mon amie, regard craintif jeté aux gens bien habillés qui n'hésitent pas à faire un crochet pour nous éviter, pestiférées que nous semblons être. Étrangement, cela m'effraie moins que d'ordinaire, cette opinion si clairement arborée qu'ils ont de nous. Pour une fois, je la sais fausse, ma tête se redressant fièrement à cette idée.

"Nous ne sommes pas sûres d'être à Balgram, Ana, je suis sûre que Telgram a d'autres grandes villes. Et combien même, quelles sont nos chances de croiser Palareth ?"

Soyons raisonnable, contenons l'enthousiasme d'Ana que je sais être parfois débordant... cela semble si simple. Et pourtant, un mince sourire espiègle se glisse sur mes lèvres, rebelles, tandis que je presse la main dans la mienne, robes aux tissus bleus si différents se frôlant tandis que je me mets en marche, certaine que ma chère amie me suivra.

"A l'aventure, dis-tu, et nous ignorons même si notre monnaie vaut quelque chose ! Heureusement que nous avons eu le temps de boire un peu de thé, peux-tu imaginer être ici, sans cela ? Le thé d'ici ne vaut pas grand chose, à en croire Palareth... Difficile à croire, ils semblent faire des choses si complexes, comment cultiver le thé peut-il leur être difficile ?"

Mes yeux s'écarquillent tandis que je recule précipitamment, évitant de justesse ce qui me semble être une boîte à roues tirée par des chevaux. A quoi cette chose peut-elle donc servir ? Et ces bâtiments si hauts et serrés, comment les gens peuvent-ils s'y entasser ? Et comment les routes sont-elles pavées si régulièrement ? Ce monde est si différent du nôtre, si agité...

Ce mouvement perpétuel ne me déplaît pas, je dois bien l'admettre, tandis que je commence à mon tour à trépigner sur place, scrutant les visages des gens autour de nous avec curiosité, yeux s'agrandissant et cri surpris m'échappant tandis qu'il me semble reconnaître un profil.

"Palareth !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Sam 6 Fév - 22:54

Click Clack

Retrouvailles improbables



Quelques mots sur un journal, phrases percutant encore à peine dans mon esprit, tournant encore et encore. Alors c'était vrai, des Amputés avaient retrouvés leurs Daemons après cet "incident" lors de la Fête des Lanternes. Enfin catastrophe des Lanternes plutôt. Je du relire les quelques fois les quelques lignes, regard écarquillé s'assurant que je n'avais pas halluciné. Peut-être était-ce bel et bien Guine qui s'était faufilé dans mon esprit l'autre jour, peut-être qu'il fallait quelques temps pour les individus revenu récemment. Liscialle, il fallait que je lui dise, excitation faisant que je ne pouvais pas attendre qu'elle rentre du travail, incapable de rester enfermé une seconde de plus.

Il ne m'avait fallu que quelques minutes pour nous couvrir, n'hésitant pas à lésiner sur les couches d'Hélionne sous le regard amusé de son Daemon qui se faufila dans une sacoche, faute d'avoir une âme à laquelle s'accrocher. Voyons le bon côté des choses, avec un sac qui gigote sans cesse et des vêtements relativement coûteux que Liscialle avait conservé durant ma sentence, nous pourrions aller faire un tour dans les beaux quartiers, plus agréables pour finir une promenade que les Limbes. Ma fille solidement attachée contre mon torse, emballée tel un colis, je m'éclipsais dehors avec hâte en oubliant le journal de ce matin.

La taverne était déserte, concluant que ma femme devait être en train de prendre des mesures pour un client quelque part. Tant pis, je devrais ravaler mon excitation, grandes enjambées rapides et un brin maladroites nous guidant automatiquement vers un endroit plus agréable, loin des quartiers malfamés dans lesquels nous sommes encore contraint de vivre. Les gazouillis sur mon torse et couinements dans la sacoches indiquent clairement que ce rythme et ces secousses plaisent.

Je suis soudainement stoppé dans ma lancée, tournant la tête vers l'origine de l'appel. Décidément, il faut que j'arrête de me fournir en thé chez des petits fournisseurs douteux, ils ne doivent pas être terribles vu le nombre d'hallucinations. Comme si Avaïane et Anastasia pouvaient se retrouver au beau milieu du quartier de Valtourbe, sur la chaussée. Mon regard se plisse, continuant de les scruter en détail les jeunes femmes, cherchant une logique, une explication, le tout pendant que la main de ma fille saisit ma lèvre inférieure pour tenter de jouer avec. Elles semblent tout ce qu'il y a de plus réel, bel et bien dans une scène qui ne leur correspond pas. Je m'approche, tout de même avec précaution, Daemon s'étant fait mulot sortant son museau par curiosité pour observer.

« Avaïane ? Anastasia ? » Le ton est hésitant, imagination fertile déformant probablement les traits de deux passantes. Il faudrait que je me débarrasse de ce thé, vraiment, il ne me réussissait pas. « C'est bien vous ? Mais comment ? Puis Poussière, ne restez pas là au milieu de la route comme ça ! C'est idiot ! Parfaitement inconscient ! Pire, venir dans un tel quartier sans Daemon, c'est suicidaire ! » Je m'efforçais de ne pas faire de trop grands gestes, ne voulant pas produire des secousses trop sèches. Mes bras s'ouvrirent pour tenter une accolade, hésitant en ne sachant pas trop comment prendre l'horlogère dans mes bras avec Hélionne au milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 67
❧ PIECES D'OR : 705
❧ AVATAR : Maisie Williams
❧ CREDITS : Insuline


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Sam 20 Fév - 0:47

Le son des rouages

Un monde nouveau


Ma main glissée dans celle d’Ava, nous avancions lentement, cherchant à nous glisser dans la foule. Les passants ne cessaient pas de nous dévisager, un air de dégoût sur le visage, avant de détourner rapidement le regard. J’avais décidé de reporter mon attention sur les bâtiments, gris, fumants et immenses d’où sortaient un nombre incroyable de personnes. Mon regard tomba ensuite sur une des ces énormes boites en bois ciselé auxquelles étaient harnachés des chevaux, il devait s’agir des fameux carrosses que certains amputés se plaisaient à me décrire, et désormais je comprenais pourquoi.
Au milieu de cette foule dense et malveillante, Ava eut un geste saccadé, s’arrêtant, tout en poussant un cri de surprise, ce qui me sortit de mes rêveries. Elle semblait avoir reconnu celui qu’elle considérait comme son frère, et après l’avoir cherché quelques instants du regard, il me semblait qu’elle avait raison.
L’homme se tourna et commença à venir vers nous, j’étais désormais sûre qu’il s’agissait bien de Pala. Il portait quelque chose devant lui, mais à cette distance j’étais incapable de savoir ce dont il s’agissait.

Il semblait avoir du mal à y croire lui aussi, le ton de sa voix n’était pas très sûr, mais il nous appelait. Avant même de nous avoir salué, il nous poussa sur le côté tout en nous morigénant. Il était apparemment complétement impensable de se rendre dans ce lieu sans Daemon à ses côtés. Je ne comprenais pas vraiment en quoi cela pouvait être si gênant pour ces gens, mais soit. Les amputés n’avaient pourtant jamais évoqué cette face de Belgram, mais ce devait être quelque chose qu’ils préféraient faire semblant d’ignorer.

Pala était effectivement accompagné, il tenait juste devant lui une petite fille, certainement la sienne. Bien que les enfants ne soient pas ma passion, je ne pus m’empêcher de fondre devant ce visage angélique aux grands yeux verts. Les bouclettes qui encadraient son visage souriant ne faisaient que de le rendre plus adorable encore. J’étais absorbée par l’enfant, un sourire béat sur les lèvres tandis que Pala et Ava faisaient preuve de souplesse pour s’enlacer malgré la petite.

J’étais heureuse de le voir, nous n’étions pas particulièrement proches à Wonderland, mais Avaïne semblait avoir perdu une partie d’elle même depuis qu’il était parti. Je ne comprenais toujours pas comment nous avions pu atterrir ici, mais dans la mesure où Ava retrouvait un de ses meilleurs amis, ça ne pouvait pas qu’être mauvais.

Je restais à distance, silencieuse, perdue dans ma contemplation de la petite fille et du monde qui nous entourait, laissant ces deux êtres profiter de leurs retrouvailles. J’attendrai qu’ils se séparent pour moi même saluer Pala, cela ne pressait pas.
Tout était gris et sombre ici, mais j’avais l’impression qu’ils apportaient un peu de lumière et de joie à ce monde que j’avais toujours voulu découvrir. Bien que les gens paraissent ternes et fatigués contrairement aux Wonderlandiens, ce défilé continu de Daemon avec leurs humains ne cessait de m’émerveiller. Peut être que si nous restions un peu ici, je pourrais retrouver Meïko, cette autre partie de moi que j’ai toujours voulu connaître.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2180
❧ PIECES D'OR : 9240
❧ AVATAR : Mia Wasikowska
❧ CREDITS : Vintage Phonic & Acidbrain


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Dim 21 Fév - 10:32

Le son des rouages

Ville mécanique


Route ? Quartier ? Ces mots ne font guère de sens à mes oreilles tandis que nous nous retrouvons sur le côté, boites folles et chevaux passant près de nous sans nous heurter. D'accord, route. Je comprends mieux maintenant, opinant de la tête et faisant une mine désolée à mon ami avant de me glisser entre ses bras pour une étreinte, me glissant contre son côté pour ne pas risquer d'abimer le bébé contre son torse. Elle est tellement jolie, avec ses yeux semblables à ceux de Palareth et ses boucles sombres et ses joues rondes et roses. Je ne veux pas risquer de lui faire mal, doigts hésitant un instant avant de se poser près du tissu l'enserrant et notant du coin de l’œil la fascination d'Ana comme sa mise en retrait. Ma main se tend se tend vers l'arrière, se resserrant de nouveau sur la sienne alors que je me recule, mettant fin à l'embrasse, sourire envahissant mon visage tandis que de nouveau je fixe Palareth.

"Comment vas-tu ? Tu ne m'avais pas dit que tu avais une fille, c'était une surprise ? J'aime beaucoup cet endroit, tu sais ? On dirait un peu un engrenage, c'est reposant à observer... Certainement différent de la maison en tout cas."

Mes épaules se haussent en une mimique embarrassée tandis que je tente de décider comment expliquer notre situation à Palareth sans qu'il tente aussitôt de nous reconduire de l'Autre Côté. J'ai envie d'explorer cet endroit, opinion ouvertement mauvaise et pourtant si erronée que les gens ont de nous un réconfort après des années à constamment me demander comment l'on me percevait. Ils ne nous voient pas, ne me voient pas, ces gens, ils voient juste l'absence de nos âmes, et nous décident infréquentables. C'est étrange, mais cela me plait réellement. S'ils perçoivent un défaut en moi qui occulte le reste, je préfère que ce soit une tare qui n'est pas de mon fait, sur laquelle je n'ai aucun contrôle. Au moins, je n'ai pas à me demander comment y remédier; je sais déjà que c'est impossible, même si j'aimerai avoir la silhouette délicate aux grands yeux liquides et aux pas nerveux d'Eysteinn à mes côtés. Ne serait-ce que pour me sentir un peu moins bête tandis que je réponds enfin aux questions de Palareth.

"Je ne suis pas vraiment certaine de comment nous sommes arrivées ici, je n'ai en tout cas pas la moindre idée de ce que tu veux dire par ce quartier... Les gens comme nous sont interdits, ici ? Ils ont peur qu'on dérègle leurs mécanismes ?"

Ma main se noue davantage à celle d'Ana tandis que je jette un regard nerveux autour de nous, me demandant si c'est possible. Est-ce que notre seule présence suffirait réellement à enrayer le cours de leurs vies et de leurs temps ? Ils me semblent plutôt doués pour nous éviter, après tout, nous laissant dans une petite zone de quarantaine, comme de peur de nous toucher. Je ne comprends pas vraiment pourquoi ils font ça. Même si ils nous prennent pour des Amputés, ils doivent bien savoir que ce n'est pas contagieux, n'est-ce pas ? La question me brûle la langue, s'échappant sans mon accord.

"Dis, Palareth... Les gens croient vraiment qu'on est contagieuses, pour éviter comme ça d'entrer en contact avec nous ?"

C'est quand même bizarre, si ils pensent ça. Ce serait comme croire qu'il suffit de mettre une montre cassée près d'une montre en bonne santé pour qu'elle ne fonctionne plus.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2476
❧ PIECES D'OR : 13265
❧ AVATAR : Matt Smith
❧ CREDITS : Mad Hattress & Beylin


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Sam 27 Fév - 11:35

Click Clack

Retrouvailles improbables



Leur présence se concrétise, sentiment d'illusion ou de rêve étrange s'éloignant de plus en plus, bien que les silhouettes ne collaient en aucun cas à cet environnement, tâches au milieu de Valtourbe et qui étaient loin de comprendre les mécanismes compliqués et soigneusement imbriqués les uns dans les autres. Si mon regard s'était illuminé à la vue de leur présence, de revoir leurs visages et avec ma langue qui me démangeaient, n'attendant que de s'exprimer en long et en large, j'avais le sentiment qu'elles ne devaient cependant pas rester là, pas après la catastrophe de la fête des Lanternes, pas maintenant que les choses devenaient compliquées. Mais connaissant les deux demoiselles, il allait falloir sortir l'artillerie lourde en plus de trouver un miracle pour parvenir jusqu'à un passage. Après tout ce n'était pas vraiment comme si j'avais encore le droit de mettre les pieds dans ce genre de lieu ou alors ce serait pour m'envoyer à nouveau de l'Autre Côté.  

« Je vais bien oui, encore entier, juste en manque de thé, enfin je veux dire d'une tasse infusée dans les règles. Il est ignoble ici et les feuilles de votre monde sont rares et illégales, je n'en peux plus de les couper avec tu thé d'ici. Ah oui effectivement, encore un peu j'oubliais ! Voici Hélionne, une sacrée surprise effectivement vu que je n'étais pas au courant, je vous présenterai bien son Daemon, mais on ignore encore son nom. » J'ouvre un brin la sacoche, jeune âme s'étant fait fennec pointant son museau dehors et ses oreilles avant de la refermer, ne préférant pas exposer mon absence d'âme, pas ici et certainement pas alors que nous étions plusieurs.

Je soupire à la question suivante, bien forcé de devoir expliquer un brin les choses. D'instinct je les invite à me suivre en voyant un agent qui rôde et pose le regard sur elles deux de façon méfiante, il ne valait mieux pas attirer l'attention et faire profil bas en quittant Valtourbe pour les Limbes. Je les invite d'un signe, ouvrant la marche. « Il vaut mieux qu'on file d'ici, c'est compliqué, une montre est enfantine à côté de cet endroit. Enfin disons que, en résumé, Balgram est organisé en plusieurs quartiers où les habitants se regroupent en fonction de leurs richesses et classes, même si ça doit être assez flou comme concept, et ici, nous sommes dans les beaux quartiers, là où les "demi-êtres" comme nous n'ont pas droit de mettre les pieds. J'avoue que je ruse un peu, l'avantage d'avoir conservé des vêtements nobles et d'avoir un sac qui gigote. Enfin soit, nous devrions commencer à trouver un passage pour vous faire rentrer, embêtant vu que je n'ai plus accès à ce genre de lieux. Vous ne vous souvenez vraiment de rien ? Il a bien fallu que vous traversiez quelque part, d'autant plus que c'est insensé, tous les passages sont gardés. Vous n'êtes tout de même pas apparues là par magie, ce serait ridicule. Oh et non, ne me faite pas ces moues de celles qui ne veulent pas rentrer, vous allez vite comprendre que vous êtes bien mieux de l'Autre Côté et puis la situation est beaucoup trop tendue en ce moment pour venir faire du tourisme. Et non vous n'êtes pas contagieuses, ils vous voient juste comme des criminelles, sans Daemons, c'est un peu comme si vous étiez marquées au fer rouge. »

La tirade cesse enfin, me laissant reprendre mon souffle alors que le débit avait été plus que rapide, mots s'enchainant encore et encore sans jamais s'arrêter et pourtant c'était du résumé condensé. J'avais tout de même pris soin de ne pas parler trop fort et de contenir mes gestes tant bien que mal, ne voulant pas attirer l'attention. Les décors se dégradaient au fil des pas, maisons indiquant clairement que les moyens n'était plus les mêmes, classe moyenne de Tertremine beaucoup moins ostentatoire avant de laisser place aux bas-fonds, à la saleté et aux bâtisses tenant à peine debout, toutes petites et s'imbriquant les unes dans les autres jusqu'à envahir les remparts. Les Daemons se faisaient de plus en plus rares, ici nous n'aurions pas de problèmes, même si tout était relatif bien entendu. « Ici nous pouvons parler plutôt librement, enfin essayez de ne pas vous faire trop remarquer tout de même, imaginez un peu la panique si on apprend que des locaux de l'Autre Côté se sont retrouvés à Balgram comme par enchantement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 2180
❧ PIECES D'OR : 9240
❧ AVATAR : Mia Wasikowska
❧ CREDITS : Vintage Phonic & Acidbrain


Mes petits secrets
❧ RUMEURS:
❧ RELATIONS:
❧ AMBITIONS:

MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   Ven 6 Mai - 17:22

Le son des rouages

Ville mécanique


Mes sourcils se froncent à mesure que Palareth parle, ma main se saisissant de nouveau de celle d'Anastasia et la pressant au rythme de nos pas qui s'enchaînent, mes yeux errant entre la haute silhouette de mon ami et la ville qui nous attire. Tant de gens, habits sombres ou colorés, bâtiments de pierre claire, sombre, lisse ou usée par les années, rues se transformant autour de nous alors que les mots s'écoulent. Je ne comprends pas vraiment pourquoi ces gens choisissent de vivre comme ça, entre eux, sans contact avec ceux qui sont différents d'eux, mais je suppose que c'est un peu pour la même raison que les Amputés vivent en dehors de nos villages. C'est une idée étrange, que ces gens puissent ne pas avoir confiance en leurs propres concitoyens, craindre les conséquences de passer trop de temps avec eux, mais qu'ils puissent les accepter sans questions pour peu qu'ils leur ressemblent.

Les hautes demeures cèdent à la place à des rues plus étroites, des bâtiments plus sombres, vêtements se faisant moins riches dans les décors et les couleurs, mes yeux enregistrant la simplicité des quelques montres que je vois comparé à certains modèles que j'ai pu autrement apercevoir. Nulles ornementations, nulles incrustations, simple métal et chaine. Des objets utilitaires, que mes doigts brûlent toutefois de démonter et d'étudier, curieux de voir s'ils sont différents de mes montres à moi, dans les matériaux employés, les méthodes d'assemblage, avant que nous ne nous arrêtions, rue désormais sombre et étroite, daemons bien moins fréquemment aux côtés des gens qui passent à nos côtés. Je ne saisis pas vraiment pourquoi parler ici serait plus sûr, quand ce lieu n'inspire nulle confiance, mais je crois Palareth. Je suis simplement curieuse, et un peu anxieuse, mes doigts se crispant autour de ceux d'Ana. Je n'ose pas la regarder, partiellement effrayée de pouvoir voir ma crainte reflétée dans ses yeux, partiellement inquiète à l'idée qu'elle puisse toujours avoir ce regard plein de curiosité et avide d'aventures qu'elle affiche si souvent lorsqu'elle pense à Balgram.

"Palareth ? Où sommes-nous, exactement ?"

Ce lieu est inquiétant, anxiogène, alors même que nous ne sommes pas enfoncés loin dans ses rues. Comparé aux grands espaces auxquels je suis habituée, aux larges rues et allées des quartiers que nous avons traversé, j'ai la sensation d'être dans une boite remplie à capacité, tentant de naviguer les maigres espaces qui subsistent, et mon souffle se fait plus rapide malgré moi. Les hauts bâtiments qui semblent prêts à chuter et à s'entrechoquer, la rue si étroite aux ramifications qui disparaissent dans l'obscurité, je me sens perdue et oppressée, incapable de lâcher la main d'Ana, terrifiée à l'idée qu'elle puisse décider de partir explorer. Comment cet endroit peut-il être plus sûr que les rues lumineuses, même s'il y a moins de daemons ici, nous rendant plus discrètes, et je me mords la lèvre tandis que j'observe la si petite fille dans les bras de son père. Elle n'a pas l'air effrayée, elle. Même si je ne suis pas sûr qu'elle saisisse où nous sommes.

"Tu promets que c'est sûr ? Et pourquoi penses-tu que nous pouvons rentrer ? Nous ne savons pas ce qui s'est passé, et si les Passages sont surveillés comme tu le dis, notre présence ne fait pas sens et notre départ est compromis d'avance. Je doute que des gens s'amusent à nous kidnapper pour mieux nous faire rentrer chez nous. ou peut-être que c'est une anomalie ? Un Passage qui n'est resté ouvert qu'un instant ?"

L'idée me semble étrange, et mes jambes se mettent en marche alors même que je réfléchis à voix haute, main libre se refermant autour de la manche de Palareth en un geste machinal. Je peux voir la foule qui se referme autour de nous, gens soudainement tous dehors nous pressant, épaules me bousculant et me faisant reculer malgré moi. Le tissu de la redingote m'échappe tandis que je me sens entrainée vers l'arrière par les corps qui nous entourent, certaine qu'Anastasia subi le même sort uniquement grâce au contact de nos mains toujours serrées l'une dans l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ❧ Intrigue : Le son des rouages   

Revenir en haut Aller en bas
 
❧ Intrigue : Le son des rouages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✻ intrigue fête foraine (Halloween)
» Jeux de société
» Ma collection que j'aime à la folie ! (MAJ 24/09/2008)
» Le Cercle des poètes disparus
» → (intrigue 1) les topics chrono

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-