AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Messagerie

Partagez | 
 

 « Sweet Poison »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❧ MISSIVES : 142
❧ PIECES D'OR : 422
❧ AVATAR : David Tennant
❧ CREDITS : (c) schizophrenic


MessageSujet: « Sweet Poison »   Ven 25 Déc - 11:31

Sweet Poison

« C'est comme un élan vers le masochisme »


Ce n'était pas rare que certains de ses actes le dépasse complètement. Au fond, Leo n'avait que peu de contrôle sur lui-même, il ignorait complètement ce qui le poussait à agir de manière particulièrement étrange si souvent. Finalement, il se laissait porté au grès de ses envies, de ses pulsions mystérieuse se mêlant à une douce folie qui le possédait depuis presque toujours. Fort heureusement, ses pulsions n'étaient pas que néfaste, il avait eu de belles expériences grâce à cela... Mais d'autre fois, c'était une autre histoire, il en a presque perdu sa tête, littéralement, ou du moins un autre membre moins vital. On peut dire qu'aujourd'hui, il évite comme les courbes les objets tranchants. Mais c'est une autre histoire, issu d'un passé pas si lointain, peut être étais-ce hier ? Il ne savait plus vraiment, la mémoire lui faisait légèrement défaut, les souvenirs s'emmêle et cette sensation permanente d'avoir perdu une part de lui ne l'aide pas a se concentrer. Soudainement, il sent le stress monter en lui, il commence à paniquer et immédiatement, il se mets à courir pour sauter la tête la première dans une flaque d'eau glacé. Un instant d'apaisement avant d'être heurter par un terrible mal de tête, il se relève en titubant quelque peu, le sol est plutôt dur, résistant que prévu, en plus d'être ondulé. Encore une preuve de la malice des courbes, celle-ci sont l'oeuvre d'esprit mauvais, c'est ce qu'il n'avait de cesse d'hurler à qui voulait entendre, « Les angles droits représentent l'ordre et les cercles le chaos, anéantissons les ! » ses paroles résonnent encore dans le village voisin. Les mots d'un fou, c'est ce qu'on disait, ou simplement d'un amoureux de la géométrie, même si ce terme dépassait les habitants de ce côté en plus de sonner horriblement mal. Finalement, la bosse qui apparu au sommet du crâne de l'homme lui donna une idée folle, une pulsion étrange car il savait que cette femme, il devait l'éviter, pas comme les lames, mais presque quand même.

Pourtant, c'est avec le sourire qu'il reprend sa route. Peut être avait elle quelque chose pour apaiser ce terrible maux de tête qui le tourmente, une douleur récurrente, lorsqu'il se cognait la tête, qu'il ne parvenait pas a expliquer. A croire qu'il avait oublié qu'un impact violent sur la tête provoquait une douleur équivalente à la puissance du choc, ou peut être étais-ce devenu une réflexion trop complexe pour son esprit malade. C'était tout juste s'il gardait en mémoire son nom et les visage des habitants de ce côté. A croire que son séjour de l'autre côté, Balgram, lui avait ramollit la cervelle, ou peut être étais-ce l'inverse ? Il ne sait plus trop, il se souvient juste de cette frustration intense, d'une partie de son existence passé dans une prison dorée et puis... C'est le trou noir jusqu'à ici, il y a quelques mois, ou quelques années, dur à dire, le temps semble à la fois si long et si court qu'il s'est finalement perdu. Il ne sait même plus où est la sortie de ce monde étrange. Une nouvelle fois, son esprit s'égare, comme d'habitude, il tousse et se retrouve à l'entrée du village qu'il avait quitté quelques jours plutôt. Il cherchait une « folle criarde qui cours parmi pieds nue dans les fleurs », une description peu commune, un peu près tout le monde connaissait ce drôle de personnage et ses plantes « magiques ». C'est justement ce qu'il était venu chercher, pour soigner son douloureux mal de tête.

Il n'y avait que deux endroits où il pouvait la trouver et l'homme évitait les tavernes. Donc, il n'espérait qu'une chose, qu'il n'aurait pas trop à attendre dans le champ de fleur, il n'avait pas trop confiance aux fleurs violette, leur couleur ne lui inspirait aucunement confiance. De plus, leur pétale étaient des arrondit et non carré, une raison de plus pour ne pas vraiment aimer ce genre de compagnie. Malgré tout, Leo s'installa au milieu du champ, assit. Il attendrait le temps qu'il oubli pourquoi il était ici, surtout pour qui... Quoique, il n'avait de cesse d'associer fleur à cette femme, tout aussi diabolique que ses beautés naturelle ondulé de mille et une manière. Il ne lui faisait pas confiance, mais ses préparations s'étaient toujours avérer efficace contre ses douleurs à la tête. Malgré quelques effets secondaires parfois étrange. C'est alors qu'il aperçu la folle au cheveux de blés au loin, hurlant sur quelque chose, étais-ce étonnant ? Pas vraiment pour lui, il n'aimait déjà pas ça et pourtant, il restait là, bien installé au centre du champ de fleur, il attendait que l'apothicaire s'approcher pour ouvrir la bouche.

« T'es espèce de remède magique, ils ont toujours des courbes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 51
❧ PIECES D'OR : 1325
❧ AVATAR : Asa Butterfield
❧ CREDITS : sparkle


MessageSujet: Re: « Sweet Poison »   Dim 27 Déc - 14:53

Circles

Quand on cherche les cubes, on les trouve



Serpe attachée solidement à la ceinture, effort plus que surhumain d'avoir enfilé une robe à cause des supplices d'Elindille, je m'avançait dans les champs fleuris. C'était plus fort que moi, je ne parvenais pas à résister au minois et grands yeux tristes et emplis de supplication de ma sœur cadette. C'était un cadeau après tout, elle avait mis du temps à la faire et heureusement elle était tout ce qu'il y avait de plus sobre, sans trop de fioritures ni autres choses qui me gêneraient dans ma marche. Heureusement, les chaussures n'étaient pas au programme pour cette courte expédition qui devait être un simple aller-retour dans les fleurs, récolter quelques spécimen et rentrer tout aussi rapidement. Je lui en aurai probablement voulu à mort si elle m'avait forcé à enfermer mes pieds.

L'herbe sous les fleurs colorée est fraîche, la rosée perlant encore feuilles et pétales. J'aime sentir cette odeur douce et agréable que je connais par cœur, orteils évitant les spécimens rares avec le plus grand soin, en déterrant d'autres pour les déposer soigneusement dans ma besace. C'est alors que mon regard tombe sur ce type, cet homme que je considère toujours comme un étranger, Balgramiens tout aussi étrange que les autres avec un esprit beaucoup trop carré à mon goût. Entre lui et Hasard, c'était clair que mon appréhension vis à vis de ces "Amputés" mâles n'allait pas changer, même si dans le fond ce ne sont pas de mauvais bougres. Enfin je pense ou alors ils cachent terriblement bien leurs jeux.

Je sursaute, douleur vive me prenant au pied. Foutue mouche des brûlot qui trainait dans le coin, je risque d'avoir une belle plaie maintenant. La mouche se voit insultée de tous les noms, décrétant que non, elle n'avait pas à se mettre juste sous mon pied au moment où il s'écrasait sur le sol. Tant pis, je passerai une pommade une fois rentrée. Si l'autre était installé là en me fixant de la sorte, c'est qu'il avait probablement besoin de mes services pour poussière sait quel mal probablement imaginaire. Dommage, je n'ai rien pour le calmer ici, même si avec les espèces de fleurs sauvages, il y a de quoi faire pour l'endormir. Je m'approche, main sur le manche de ma serpe, lui faisant clairement comprendre que je n'ai pas envie qu'il me fasse perdre mon temps, chose que je soupçonne vu la question.

« Oui, les cubiques coûtent deux sous de plus, ce qui n'est pas rentable, le but est que ce soit accessibles à tous. De plus les coins ne sont pas pratiques pour les pommades et sont nettement plus fragiles à transporter. Rassurez-moi, vous ne m'attendiez pas pour uniquement cette question saugrenue ? Je n'aime pas vraiment qu'on me fasse perdre mon temps. »

Le ton était ferme, strict et le plus calme possible (enfin qu'il m'était possible d'avoir en cet instant), puisque je savais que cet être avait tendance à devenir encore plus énervant, au point de vouloir lui couper tout ce qui dépassait, lorsqu'il était en proie à la panique. Je finis par m'asseoir en tailleur en face de lui, sortant une fleur aux pétales roses que je broyais comme je pu entre mes doigts avant de la frotter sur ma plante de pied dans le but de faire dégonfler la piqure. Au moins cette pause ne sera pas totalement inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 142
❧ PIECES D'OR : 422
❧ AVATAR : David Tennant
❧ CREDITS : (c) schizophrenic


MessageSujet: Re: « Sweet Poison »   Lun 25 Jan - 15:42

Sweet Poison

« C'est comme un élan vers le masochisme »


Sorcière et radine qui plus est, chose qui était loin de plaire a Leo, surtout que les pièces... C'est rond ! Encore une chose matériel qui vit le jour dans l'esprit chaotique d'êtres profondément diabolique, il en avait la certitude. Ce qui n'allait guère soigner sa névrose, bien au contraire. Sans surprise, il grimaça lorsqu'il apprit la sinistre nouvelle, point de pot ou fiole cubique pour lui, il devait se contenter de l'incarnation de l'anarchie, ce qui n'allait pas soulager ses migraines chroniques imaginaire, bien au contraire, l'ancien typographe était à deux doigts de filer aussi vite que le vent quand la sorcière s'installa pour soigner ce qui semblait être une piqure, une nouvelle preuve que les êtres dénués d'angles droits étaient mauvais, pour lui, pour elle, pour le monde. Pourtant, personne ne l'écoutait à son grand désespoir, il soupira longuement, réfléchissant à comment tourné sa demande... Même s'il n'aimait pas se servir de courbe pour tourner, dans son esprit, c'était plutôt des angles de quatre vingt cinq degrès qui lui permettait de réfléchir, parfois même de quarante ou nonante, mais rien de courber, il ne le supporterait pas, son esprit rejettait le moindre écart à ce niveau. Pourtant, souvent cette discipline se retrouvait réduite a néant par les errances de l'homme, évidemment, cela il n'en a pas pleinement conscience. Il persiste a s'enfermer dans sa douce illusion, il persiste a croire en ces formes géométrique, mais pourquoi ? Sans doute est-ce le dernier fragment de son passé, ces étranges symboles qui demeure dans son esprit, ses tentatives vainte de réécrire l'écriture elle-même. Des polices loupés pour un typographe raté à l'esprit malade, cela résume bien son existence de l'autre côté, son autre côté, ce monde qu'il rejette, ce monde pourtant si proche de son idéal, ce lieu aux bâtiments solide, aux courbes effacé.

Son esprit s'égare quelques instants, le silence s'empare du champ de fleur, seule la douce brise persiste a chanter, une douce mélodie aux oreilles de l'homme égaré. Celle-ci apaise quelque peu les tourment de cet esprit brisé, le retour à la réalité, du moins celle qu'il connaît se fait progressivement, les souvenirs s'effacent a nouveau, l'écho du passé n'est plus qu'un maigre murmure. Il regarde quelques instants la sorcière à laquelle il était venu quémander de l'aide pour sa maladie imaginaire. Il ouvre lentement la bouche, pendant quelques secondes aucun sons n'en sort, puis vint cette question qui demeurait silencieuse jusqu'à présent.

« Enfaîte, je suis venu pour ce fameux médicament, qui apaise mes maux de têtes... » Un faux espoir, l'homme tourmenté par les courbes ressurgit soudainement. « Mais comme tu n'as pas de récipient cubique, ça vas être difficile. Mais, le sais-tu que les courbes, les cercle, les sphères et compagnie sont là pour semer le chaos ? C'est mal de leur faire confiance, il faut au contraire s'en méfier, je suis certain que c'est de leur faute que j'ai mes migraines. Ils en profitent quand je me cogne la tête, quand je les surveille plus pour me lancer leur malédiction, je le sais ! Ils sont le mal incarné. »

Incohérence, les divagations de l'homme n'ont ni queue, ni tête. Il a oublié le sens du maux douleur, il a oublié qu'un choc provoque de la douleur, action et réaction basique pour tous, sauf pour lui. Qu'est-ce qu'un crâne qui se brise a l'impact du sol ? Il l'ignore. Mémoire troublé, brisé, tout comme le reste de son être. Il n'est plus homme, ni enfant, il n'est que la moitié d'un être dont il ignore le nom, il n'est plus qu'un fragment de miroir, la moitié d'un monde, perdu sans son âme. Alors il s'accroche a des échos, des murmures dans les ténèbres de son esprit, des symboles mystérieux, des immenses bâtiments, des machines infernal et aussi des cris, colère, trouble, pleurs. Tout cela résonne dans son crâne, formant l'atroce cacophonie qui l'empêche souvent de dormir, ce vacarme permanent qu'il fait taire en se pendant par les pieds. Il perd, peu à peu le peu qui lui reste, coquille vide, errant a travers ce monde énigmatique, que se passera t'il ensuite ? Lui-même l'ignore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 51
❧ PIECES D'OR : 1325
❧ AVATAR : Asa Butterfield
❧ CREDITS : sparkle


MessageSujet: Re: « Sweet Poison »   Ven 29 Jan - 15:19

Circles

Quand on cherche les cubes, on les trouve



Je ne prends même pas la peine de lever les yeux sur Monsieur Cube, plus occupé à grimacer par la plante et ma piqure que par son histoire de maladie imaginaire. A croire que cet hurluberlu ne parvient pas à se mettre dans le crâne que lorsqu'on se cogne la tête, on a mal. Ce Leoker était décidément un sacré phénomène particulièrement atteint par cette chose invisible qui touche les amputés balgramiens une fois que leurs Daemons se sont évaporés dans la nature. Ils ressemblent à des jouets mécaniques qu'on a remonté et dont on a retiré la clef pour qu'ils partent à la dérive dans des mouvement et pensées incontrôlables. Il leur fallait une clef de remplacement, histoire de faire revenir le mécanisme à la normale, mais hélas je ne l'avais pas encore trouvée.

« Je vous arrête tout de suite, si vous vouliez un remède c'est au village qu'il fallait venir, je n'ai rien sur moi. Je ne vais pas emporter tout mon attirail alors que je viens remplir mes réserves. Puis si ça vous dérange tant, imaginez que vous sauvez le contenu des fioles de ses abominables choses carrées. » Marcher dans son jeu, c'était ridicule, mais plutôt amusant. Je relevais enfin la tête, esquissant un sourire en coin teint d'ironie avant de reprendre. « Mais je pense que le souci vient de vos globes oculaires. Forcément ce sont des globes. Si vous voulez je peux tenter de vous les extraire, par contre vous n'y verrez plus rien. » Le pire dans cette histoire, c'est qu'il était tout à fait capable de plonger dans cette absurdité les yeux fermés.

Mon regard se pose sur l'herbe, réalisant alors l'horreur, la monstruosité de la chose qui me fit frissonner d'effroi, manquant de me faire hurler de terreur. Là, dans ces brins d'herbe fraîche, à proximité de mon pied, dégoulinant de bave immonde dont je refuse de croire les propriétés médicinale, un affreux et vile escargot rampe, agitant ses yeux étranges en ma direction. Je saute sur mes deux pieds en une seconde, montrant la chose du doigt avec horreur tandis que ma respiration s'accélère. Yeurk. Beurk. Beurk. Instantanément, le me dissimule derrière Leoker, mains sur ses épaules telle une enfant effrayée avec une grimace parfaitement visible sur le visage.  

« Enlevez cette chose ! Vite ! Mais pas avec vos doigts voyons !  Elle est dangereuse ! Redoutable ! Dégoûtante ! Ça ne devrait même pas exister comme bestiole ! Dites-moi qu'il est partit ! Poussière qu'il disparaisse ! Je déteste ces petites choses qui bavent partout ! Dire qu'il y en a qui se mettent ça sur le visage ! Quelle horreur ! Ne me dites pas que vous trouvez ça mignon, vous voyez la spirale de sa coquille ? Ça c'est du cercle diabolique, les messagers du mal, des anti-daemons ! Et puis ces yeux ! Vous avez vu comment il me regarde ! Ah ! Non ! Vas-t-en l'escargot ! Oust ! Pschhh ! Dire que j'ai peut-être marcher dans ses trainées de bave collantes ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 142
❧ PIECES D'OR : 422
❧ AVATAR : David Tennant
❧ CREDITS : (c) schizophrenic


MessageSujet: Re: « Sweet Poison »   Lun 21 Mar - 19:22

Sweet Poison

« C'est comme un élan vers le masochisme »


Il aura suffit d'un instance, d'un animal pour que la sorcière se transforme en créature apeurée, limite hystérique. Un événement impressionnant, autant pour les yeux de l'homme que douloureux pour ses oreilles, les cris de peur de l'herboriste étaient un véritable supplice en réalité, résonnant dans son crâne comme un souvenirs oubliés, un passé révolus, un poussiéreux cauchemar, en plus de le faire sursauter. Sérieusement, un escargot ? Malgré sa moue de dégoût envers cette chose, serviteur des formes sphériques maudites, il n'y avait pas de quoi faire une telle crise, il était si... Petit. Inoffensif sans doute, du moins, se fut sa pensée à cet instant, mais il ne fallait pas sous-estimer les serviteurs de ces monstres hideux que sont les cercles. Un instant d'égarement avant son retour à la réalité, du moins à sa réalité, cet escargot et sa coquille ronde était l'incarnation même de la folie, cette pensée le percuta avec une telle ardeur qu'il n'avait aucune raison de la remettre en doute. Après tout, seul la vérité nous percute ainsi, n'est-ce-pas ? Comme l'omniprésence d'arbre gigantesque dans ce monde parfois troublant, et plus d'un arbre l'ont frappé en pleine face, ou peut être est-ce lui qui les a percuté, histoire de prouvé son existence de ce côté-ci. Il ne savait plus trop, mais dans un de ces arbres, il y a laissé une dent, c'est certain. Bref, son esprit s'égare tandis que la folle sorcière continue son immonde description du monstre... Oui, oui, il avait croisé son regard comme elle. Il voyait bien cette chose gluante, pleine de fierté, dominant un brindille, rien de très glorieux, il en avait presque pitié sur le coup.

Une pitié qui se mêlait au mépris du brun pour les maîtres de cette chose, cette forme qu'il porte sur le dos comme un refuge... Qui pouvait bien trouver ne serais-ce le moindre confort et réconfort dans une construction aussi étrange et sans le moindre angle. C'était un concept qui lui échappait, c'est même pour cela qu'il préférait bien souvent dormir à la belle étoile, n'accordant que peu de crédit aux constructions courber de ce pays. L'attention de l'ancien typographe, plus sur de lui que jamais auparavant se tourna vers la sorcière blonde, cette crise d'hystérie dont elle faisait preuve lui faisait perdre tout ses repères. Et cette chose, en général considéré comme insignifiante à tord, en était l'origine, de plus il portait des cercles sur le dos, c'était suffisant pour animer en lui un esprit guerrier somnolant.

« Je peux exorciser ce champ de fleur corrompu par le serviteurs du chaos, mais il faut vous reculez. » Dès qu'elle s’exécuta, il fit voler sa jambe gauche en arrière, puis en avant avec force. L'escargot s'envola haut de le ciel avec la force de l'impact... Tout comme la chaussure usée de l'ancien typographe qui s'exclama. « MA CHAUSSURE ! Ce vil démon m'a volé ma dernière chaussure ! » Il se retourna vers la sorcière, lui attrapant les bras il la secoua. « Ma chaussure ! Ma dernière chaussure ! J'en ai besoin ! C'est de ta faute s'il l'a prise, il faut qu'on la retrouve ! Tu as pas le choix, sinon... Sinon... Sinon je te noie dans les escargots ! Je connais un trou dans les bois où vivent des milliers, des millions d'escargots ! Si tu ne m'aide pas, j'entourerais ta maison de ses créatures, je t'en lancerais au visage tout les jours ! Je pactiserais avec les cercles pour te tourmenter ! Cette chaussure, c'est une de mes rares amies, elle m'a suivit partout et sa soeur serait triste de se retrouver toute seule. » Il se retourna vers le ciel, là où a disparaît la chaussure. « Kazadrina ! Nous te retrouverons, je te le promets ! » Il attrapa le bras de la sorcière et la tira. « Allez, viens, tu n'as pas le choix ! »

C'était une nouvelle aventure qui s'offrait a Leoker, même si en général ce n'était pas son passe temps favoris, il était prêt à tout pour retrouver sa chère et tendre chaussure perdu. C'est en boitant légèrement, comme un homme blessé, qu'il avançait, souffrant énormément du manque de cet accessoire de marche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ MISSIVES : 51
❧ PIECES D'OR : 1325
❧ AVATAR : Asa Butterfield
❧ CREDITS : sparkle


MessageSujet: Re: « Sweet Poison »   Lun 28 Mar - 22:36

Circles

Quand on cherche les cubes, on les trouve



En une seconde à peine, le masque glacial et sérieux s'était envolé, me décrédibilisant toute seule face à cet horrible monstre baveux et tout à fait repoussant. Vile créature qui me fait dérailler l'esprit, j'aurais encore préféré croiser un flamand rose ayant consommé du thé. Je l'aurai probablement fait griller à la broche et déguster chaque bouchée autour du feu. Il y avait quelque chose de diabolique dans ces choses à coquilles que les gens nommaient vulgairement "escargots", certains même les mangent, Poussière, jamais !

Il ne valait mieux pas que je qualifie Mr Carré de héros, ni même de pro chevalier, surtout vu la couche qu'il en rajoutait pour prendre un air pour le moins hautain et certainement... beaucoup trop confiant face à la chose gluante. En vérité, c'était d'un ridicule... et je ne valais certainement pas mieux. Mes yeux suivirent la petite boule de la coquille qui s'envolait, suivie de la chaussure -encore un instrument de torture-. Ce n'était pas mon problème les chaussures, je détestais ça, comme s'il s'agissait de coquilles d’escargots géantes qui compriment les pieds.

Pas le temps de réagir d'avantage que l'autre me tire le bras, me faisant instantanément grincer des dents par le contact. Je redevenais fidèle à moi-même, rêvant de lui trancher les doigts un par un pour qu'il cesse de toucher ma peau. Quelle idiote, stupide, j'ai été en exposant ainsi une faiblesse pareille. Je me maudissais et me stoppait net, peu importe l'attachement pour l'autre et sa chaussure. « Je t'interdis de me toucher espèce de dégénéré du dimanche et tête angulaire. Ôte tes doigts IMMÉDIATEMENT de mon bras si tu tiens ne serais-ce qu'un petit peu à eux. Et je me fiche te ta chaussure comme d'un dodo avec un manque total d'instinct de survie ! Tu te débrouilles, c'est TON problème et je t'INTERDIS de parler de ce qui vient de se passer à qui que ce soit où je t'arrache la langue et je te la fais manger ensuite. Essaie un peu de me balancer dans une fosse pleine d’escargots l'allumette et le mot "douleur" aura probablement une toute autre signification pour toi. J'espère que j'ai été clair. »

La serpe est brandie sous son nez, pointe du crochet l'effleurant histoire que les mots entrent dans sa petite tête pleine d'angles. Aucun homme n'avait le droit de poser ses pattes dégoûtante sur moi. Aucun. Je m'assurais que le message passe durant encore une bonne minute avant de faire volte face, grommelant encore et encore contre ce stupide escargot qui avait tout manigancé depuis le début, tout, jusqu'à ce contact ignoble et infâme et ce kidnapping de chaussure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Sweet Poison »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Sweet Poison »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Sweet Poison »
» la boutique de cality sweet (J-DOLL PULLIP ...)et vétement
» [Shop] Sweet Rococo (USA)
» Aigre Douche (Sweet and Shower) édition limitée
» couches Sweet-Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clavis Aurea ::  :: Le Passé-